REDGRAVE VANESSA (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vanessa Redgrave est née le 30 janvier 1937 à Londres. Désignée « plus grande actrice de notre époque » par le dramaturge Tennessee Williams, elle est issue d'une célèbre famille de gens de théâtre. Son père, sir Michael Redgrave, était l'un des acteurs britanniques les plus populaires et les plus respectés de son époque et sa mère, Rachel Kempson, une comédienne de théâtre réputée. Sa sœur Lynn joue à la fois au théâtre et au cinéma – elle a tourné notamment dans les films Georgy Girl (1966) et Shine (1996) – et son frère, Corin, fut un metteur en scène reconnu et un acteur. Vanessa Redgrave est aussi la mère des actrices Natasha (1963-2009) et Joely Richardson, nées de son mariage, dans les années 1960, avec le réalisateur Tony Richardson.

Vanessa Redgrave fait ses débuts professionnels dans la pièce A Touch of the Sun (1957), dont elle partage la vedette avec son père. Elle débute au cinéma dans Behind the Mask (1958), mais, de la fin des années 1950 au début des années 1960, elle axe exclusivement sa carrière sur le théâtre. Pendant la saison 1959-1960, elle fait partie de la troupe du Shakespeare Theatre à Stratford-upon-Avon. Sa carrière à l'écran commence véritablement en 1966 ; en l'espace de trois ans, elle joue dans quatre films qui assoient sa réputation d'actrice intelligente dotée d'une présence exceptionnelle. Tourné sous la direction de Karel Reisz, Morgan (1966), son deuxième film, après huit ans d'absence, lui vaut un premier prix d’interprétation féminine au festival de Cannes et sa première nomination aux oscars ; cinq autres suivront. Au côté de David Hemmings, elle tient le rôle de Jane dans Blow-up (1966, palme d'or au festival de Cannes en 1967) de Michelangelo Antonioni, un film hors norme et mystérieux devenu « culte », notamment à cause de son évocation du Londres des sixties. Sa brève apparition dans le rôle d'Anne Boleyn dans A Man for All Seasons (Un homme pour l'éternité, 1966), son interprétation de Guenièvre dans Camelot (Camelot, ou le Chevalier de la reine, 1967) et celle d’Isadora Duncan dans Isadora de Karel Reisz (1968), qui lui vaut un second prix d’interprétation féminine au festival de Cannes, consolident sa place parmi les actrices les plus populaires et respectées de l'époque.

De la fin des années 1960 au début des années 1970, Vanessa Redgrave donne la pleine mesure de son talent dans des films de facture classique ou plus commerciale. Elle incarne Nina dans l'adaptation de la pièce d'Anton Tchekhov The Sea Gull (La Mouette, 1968), réalisée par Sidney Lumet. Dans The Devils (1970, Les Diables), de Ken Russell, elle interprète un de ses rôles les plus marquants, celui de sœur Jeanne-des-Anges. En 1971, elle joue Andromaque dans The Trojan Women (Les Troyennes) et le rôle-titre de Mary, Queen of the Scots (Marie Stuart, reine d'Écosse). Ce film, où elle donne la réplique à Glenda Jackson qui incarne la reine Élisabeth Ire, lui vaut une nouvelle nomination aux oscars. Vanessa Redgrave est également à l'affiche de films grand public et populaires tels Murder on the Orient-Express (Le Crime de l'Orient-Express, 1974) et The Seven Per Cent Solution (Sherlock Holmes attaque l'Orient-Express, 1976). Elle remporte l'oscar du meilleur second rôle pour Julia (1977), réalisé par Fred Zinnemann.

Durant les deux décennies suivantes, Vanessa Redgrave se détourne des grosses productions pour leur préférer des œuvres plus modestes aux scénarios bien ficelés, ou des films de facture plus classique. Son interprétation controversée d'une victime des camps de concentration nazis dans l'adaptation télévisée de Playing for Time (1980), d'Arthur Miller, lui vaut un Emmy Award, mais, en sa qualité de sympathisante de l'Organisation de libération de la Palestine, elle est aussi très critiquée pour avoir accepté le rôle. Elle est nommée une cinquième fois aux oscars pour le film The Bostonians (Les Bostoniennes, 1984), adapté du roman d'Henry James. Elle est remarquable dans le rôle d'un agent littéraire dans le film Prick up your Ears (1987), mais aussi dans ses performances pour la télévision, où elle incarne notamment Alice More dans le remake de A Man for All Seasons (1988), Lady Torrance dans Orpheus Descending (1990) d'après Tennessee Williams, et Blanche Hudson dans What Ever Happened to Baby Jane ? (Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?, 1991) – remake du film éponyme avec Bette Davis et Joan Crawford –, dont elle partage la vedette avec sa sœur Lynn. Elle est nommée une sixième fois aux oscars pour son rôle dans Howards End (Retour à Howards End, 1992), de James Ivory.

Vanessa Redgrave est presque aussi célèbre pour son militantisme politique farouche et controversé que pour ses films. Sympathisante de l'O.L.P. et de l'I.R.A., elle a, sans succès, fait campagne pour obtenir un siège au Parlement britannique en tant que candidate du Parti travailliste révolutionnaire (Worker's Revolutionary Party). Elle a produit plusieurs documentaires exprimant ses convictions, dont The Fifth War (1978), Occupied Palestine (1980), Can't They Put Humans First (1991), qu'elle a aussi réalisé, et Wake up, World (1993).

Ses activités politiques n'ont pas été sans répercussions : elle est huée à la cérémonie des oscars en 1978, lorsqu’elle manifeste son soutien à la cause palestinienne, et diverses organisations juives protestent quand elle incarne Fania Fenelon, une survivante de la Shoah, dans Playing for Time. Les opinions politiques de Vanessa Redgrave ont sans nul doute nui à sa carrière. Mais le ressentiment du public s'atténue au cours des années 1980, quand elle interprète des rôles de composition dans de grands films populaires comme Mission : Impossible (1996) réalisé par Brian De Palma ou Deep Impact (1998), de Mimi Leder. En 2003, elle remporte un Tony Award (comme meilleur actrice dans une pièce de théâtre) pour son rôle dans Long Day's Journey Into Night du dramaturge Eugene O'Neill.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Classification

Autres références

«  REDGRAVE VANESSA (1937- )  » est également traité dans :

RICHARDSON NATASHA JANE (1963-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 436 mots

L' actrice britannique Natasha Richardson, issue d'une longue lignée de comédiens, fit une carrière dans le cinéma et, surtout sur scène, dans le West End londonien et sur les planches new-yorkaises de Broadway. Née le 11 mai 1963 à Londres, Natasha Jane Richardson est la fille aînée du réalisateur Tony Richardson et de l'actrice Vanessa Redgrave. Cette dernière est elle-même la fille des comédie […] Lire la suite

Pour citer l’article

« REDGRAVE VANESSA (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vanessa-redgrave/