REISZ KAREL (1926-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine tchécoslovaque, Reisz appartient à la génération des Lindsay Anderson et des Tony Richardson qui secouèrent un cinéma anglais quelque peu endormi. Il participa au mouvement dit du Free Cinema. Après We Are the Lambeth Boys (1958), documentaire remarqué pour son souci d'objectivité et d'attention aux jeunes interrogés, il sort en 1960 son premier long-métrage de fiction. Œuvre curieuse d'un vérisme amer et cruel, Samedi soir et dimanche matin (Saturday Night and Sunday Morning, 1960) est inspiré d'un roman populiste d'Alan Sillitoe ; ce récit d'un week-end dans un milieu ouvrier révélait une vigueur autant qu'un tempérament d'auteur. Morgan (1965), le chef-d'œuvre de Reisz à ce jour, confirme cette impression tout en élargissant l'éventail des possibilités de l'auteur. Dans ce cocktail particulièrement explosif où Marx et King Kong se mêlent à l'amour fou des surréalistes, il donne le pas à l'imagination sur le regard critique, à la fantaisie la plus farfelue sur l'analyse clinique. Après une biographie très conventionnelle d'Isadora Duncan (1968) — mais il est vrai que le film fut mutilé par ses distributeurs —, Reisz a une production inégale. Quoique moins personnels, Le Flambeur (The Gambler, 1974) et Les Guerriers de l'enfer (Who'll Stop the Rain ?, 1978) sont plus attachants que La Maîtresse du lieutenant français (The French Lieutenant's Woman, 1981), d'après le roman de John Fowles, et sur un scénario d'Harold Pinter. C'est cette fois Arthur Miller qui écrit le scénario de Chacun sa chance (Everybody wins, 1989), brillant portrait d'une jeune femme.

La Maîtresse du lieutenant français, de K. Reisz, 1981

La Maîtresse du lieutenant français, de K. Reisz, 1981

photographie

Meryl Streep et Jeremy Irons dans «La Maîtresse du lieutenant français», de Karel Reisz (1981). 

Crédits : 1981 Juniper Films/ Collection privée

Afficher

—  Jacques LOURCELLES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  REISZ KAREL (1926-2002)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La tradition du réalisme social »  : […] Le cinéma primitif anglais est marqué par l'école de Brighton : les photographes James Williamson et George Albert Smith y découvrent, en filmant leur ville, les vertus d'un langage cinématographique qui se « fictionnalise ». Mais il faut attendre la fin des années 1920 pour qu'apparaisse John Grierson. Théoricien, maître du documentaire britannique, il réalise en 1929 le révolutionnaire moyen-mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/#i_4471

Pour citer l’article

Jacques LOURCELLES, « REISZ KAREL - (1926-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karel-reisz/