VALENCE, chimie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Valence et coordinence

Alors que la thèse de la polyatomicité était universellement reconnue, après la mort de Kekulé, et figurait comme argument fondamental dans les systèmes chimiques de la fin du xixe siècle, les conceptions d'Alfred Werner allaient bouleverser l'ordre des constats précédemment élaborés. Dans ses Neuere Anschauungen de 1905, Werner observe que « les faits de la chimie inorganique nous convainquent constamment qu'aucune représentation adéquate de la structure des composés inorganiques ne peut être dérivée de la théorie de valence développée à partir de la constitution des corps organiques ». S'attachant à l'étude de ce que l'on appellera des « complexes de coordination », Werner découvre un type d'affinité chimique dont ne rendait pas compte la théorie élémentaire de la valence. Ses conceptions supposaient, au demeurant, deux corps de théorie préalables : la conception stéréochimique de la valence entendue comme propriété directionnelle et la dissociation ionique mise en évidence par Arrhenius, qui implique l'idée d'électrovalence.

Dès 1893, à la suite de ses investigations sur les amines du chlorure de cobalt, Werner est conduit à distinguer la valence et le nombre de coordination. La valence est, pour lui, le « nombre maximum d'atomes univalents qui, en l'absence d'autres atomes, se combinent directement avec un atome donné ». Quant au nombre de coordination, c'est dans ses vues « le nombre maximum d'atomes ou de groupes d'atomes susceptibles de se combiner directement avec un atome donné ». En construisant des modèles de « composés moléculaires », stables et dissymétriques, autour d'un atome central de métal, Werner instituait l'important chapitre de la chimie des complexes tout en dirigeant l'attention des chimistes sur l'opportunité d'un travail théorique sur la nature de la liaison chimique, dont les modalités apparaissaient de plus en plus complexes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VALENCE, chimie  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 246 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atomes et forces atomiques »  : […] Tous les atomes et molécules neutres, suffisamment éloignés l'un de l'autre, s'attirent avec une force dont l'énergie potentielle varie comme l'inverse de la sixième puissance de la distance mutuelle. Ce sont les forces d'attraction de Van der Waals , responsables de la cohésion des atomes des liquides ou des gaz rares solidifiés, par exemple dans les cristaux moléculaires d'hydrogène solide. Ces […] Lire la suite

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 167 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  La détermination des masses atomiques »  : […] Laborieuse tâche fondamentale qu'accomplirent les chimistes du xix e  siècle, la détermination des masses atomiques fut d'abord l'œuvre de Berzelius dont la méticuleuse précision et l'opiniâtreté analytique ont été un modèle éclatant. Il fut l'initiateur du symbolisme des formules de constitution dont l'écriture ainsi abrégée est d'un si grand secours pour l'intellect des chimistes modernes. Il […] Lire la suite

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 355 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Dès 1798, Tassaert observa que les solutions ammoniacales de chlorure de cobalt bivalent laissent déposer, au bout de quelques heures, des cristaux orangés CoCl 3 , 6NH 3 renfermant six molécules d'ammoniac pour une molécule de chlorure de cobalt trivalent ; l'ammoniac est si fortement lié qu'il est possible de chauffer ce composé à 180  0 C sans en perdre. Ce complexe se formule en fait [Co(NH 3 […] Lire la suite

COORDINATION (chimie) - Composés de coordination

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 5 021 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théorie électronique »  : […] L'hypothèse de base proposée par Sidgwick consiste à considérer, dans le cas d'un complexe octaédrique, l'établissement de six liaisons datives entre le cation métallique central jouant le rôle d' accepteur d' électrons, c'est-à-dire d'acide de Lewis, et six doublets électroniques de ligand(s) jouant un rôle de donneur d'électrons, c'est-à-dire de base de Lewis. Les liaisons orientées dans l'espa […] Lire la suite

FRANKLAND sir EDWARD (1825-1899)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Chimiste britannique né le 18 janvier 1825 à Churchtown, dans le Lancashire (Angleterre). Sir Edward Frankland fut l'un des premiers à mener des recherches dans le domaine de la chimie structurelle. Élève chez un pharmacien, Frankland apprit à réaliser des expériences chimiques. Puis il étudia la chimie dans les laboratoires de l'université de Marburg et obtint son doctorat en 1849. Il devint le p […] Lire la suite

KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 157 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La figuration graphique de l'architecture moléculaire »  : […] Ce pouvoir heuristique de l'hexagone kékuléen appelle quelques commentaires. Kekulé, de son propre aveu, aurait eu la vision de ses édifices moléculaires dans des états de rêverie, durant lesquels il apercevait les atomes mobiles s'associer selon leurs affinités, l'anneau benzénique se refermant « comme un serpent qui se mord la queue ». À partir de 1859, semble-t-il, il donna forme schématique au […] Lire la suite

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Méthode des orbitales moléculaires »  : […] La méthode des orbitales moléculaires pose a priori pour fonction d'onde totale un déterminant de Slater construit sur des fonctions d'espace ϕ monoélectroniques. Au voisinage de chaque noyau, le champ agissant sur un électron dans une molécule est pratiquement le même que dans l'atome correspondant isolé, si bien que, localement, les diverses orbitales atomiques constituent des solutions appr […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 607 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides covalents »  : […] À titre d'exemple, prenons deux atomes d'hydrogène initialement très éloignés l'un de l'autre ; ils possèdent chacun un électron occupant le niveau de plus basse énergie. On sait que ce niveau peut être saturé par deux électrons dans des états de spin opposé. Quand on rapproche ces deux atomes pour constituer une molécule d'hydrogène H 2 , chacun des deux électrons va être soumis à l'attraction de […] Lire la suite

MENDELEÏEV DMITRI IVANOVITCH (1834-1907)

  • Écrit par 
  • René BIMBOT
  •  • 2 161 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La classification périodique des éléments »  : […] L'établissement de la classification périodique exigeait la connaissance des propriétés chimiques des éléments et celle de leur poids atomique, puisque cette classification traduit la relation existant entre ces notions apparemment distinctes. Si les propriétés d'un bon nombre d'éléments étaient relativement bien connues, il n'en était pas de même des poids atomiques. Les importants travaux d'ana […] Lire la suite

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 142 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Valence électrostatique »  : […] Les composés ioniques devant être électriquement neutres, si la charge d'un cation est Z et le nombre d'anions l'entourant n , la force de liaison ionique entre le cation et un de ces anions est Z/ n  : c'est la valence électrostatique de la liaison. Les structures dans lesquelles toutes les liaisons sont de force égale sont appelées isodesmiques. Dans les cristaux anisodesmiques , les anions auro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « VALENCE, chimie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valence-chimie/