LOUVAIN UNIVERSITÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jusqu'au xve siècle la Flandre, le Brabant et les Pays-Bas n'eurent pas d'université propre et leurs étudiants devaient aller en France ou en Allemagne. En 1425, le duc Jean IV de Brabant obtint du pape Martin V l'érection d'un studium generale à Louvain. La commune accueillit favorablement cette création ; elle lui abandonna une partie de la halle aux draps et assura le salaire de certains professeurs ; les autres reçurent des prébendes dans les églises de la ville. Cette nouvelle université, dont les statuts imitaient ceux de l'université de Paris, eut un succès rapide. L'humanisme s'y introduisit très tôt, surtout à la faculté des arts ; créé en 1518, le collège des Trois Langues, où on enseignait le latin, le grec et l'hébreu, était tout pénétré d'esprit érasmien. Mais dès 1519, l'université de Louvain devint aussi un bastion catholique face à la Réforme ; cependant, si la faculté de théologie affirmait ainsi sa stricte orthodoxie, l'humanisme restait présent à la faculté des arts avec Juste Lipse.

Quoique accueillant toujours de nombreux étudiants, l'université de Louvain déclina lentement aux xviie et xviiie siècles : l'enseignement ne se renouvelait pas, le niveau des examens baissait, la tutelle du gouvernement Habsbourg se faisait sans cesse plus lourde. Supprimée par le Directoire en 1797, elle fut rétablie en 1816 (comme université d'État). Après l'indépendance de la Belgique, l'université d'État disparut et l'épiscopat put rétablir à Louvain une université catholique (1835). Celle-ci a été un des foyers du néo-thomisme contemporain, ainsi qu'un centre très actif de recherches historiques. En 1966, elle s'est scindée en une université de langue flamande (K.U.L.), qui est restée à Louvain, et une université francophone (U.C.L.), qui s'est installée à Louvain-la-Neuve, près d'Ottignies.

—  Jacques VERGER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Nancy-II

Classification


Autres références

«  LOUVAIN UNIVERSITÉ DE  » est également traité dans :

BAÏUS MICHEL DE BAY dit (1513-1589)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 700 mots

Né à Meslin, dans le Hainaut, Michel de Bay, dit Baïus, doit sa célébrité à la polémique qu'il engagea sur la question de la grâce et de la prédestination. La controverse allait, après sa mort, connaître un éclatant rebondissement avec la querelle du jansénisme. Étudiant à l'université de Louvain, président, en 1541, du collège de Standonck, docteur en théologie en 1550, successeur de Hasselius, B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baius/#i_36147

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 984 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le contentieux linguistique à la une »  : […] Au début des années 1960, l'emploi des langues est toujours régi par une législation qui date de l'avant-guerre et qui est l'objet de critiques de la part du mouvement flamand. Celui-ci est hostile au mode de fixation de la délimitation des régions linguistiques, qui varie en fonction des réponses aux questions relatives à l'usage des langues posées lors des recensements généraux de la population. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-la-periode-contemporaine/#i_36147

ÉRASME (1467 env.-1536)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 6 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre les Pays-Bas et Bâle : la rançon de la gloire »  : […] Toujours en quête d'un lieu de résidence propice à la fois à ses recherches savantes, à sa tranquillité, à ses intérêts (politiques, éditoriaux et même matériels), Érasme rentre d'Angleterre en juillet 1514, emportant avec lui de nombreux manuscrits. Il rentre, si l'on peut dire, au bercail, c'est-à-dire les Pays-Bas du Sud, où il fait à nouveau connaissance avec l'université de Louvain. Mais, dés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erasme/#i_36147

LOUVAIN

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 528 mots
  •  • 1 média

Ville belge, chef-lieu de la province du Brabant flamand, Louvain (Leuven en néerlandais ; 99 280 hab. en 2015) est installée sur la Dyle. C'était une des villes-étapes, espacées de 30 kilomètres l'une de l'autre, sur la route médiévale de Bruges à Cologne ; elle se situait à l'intersection de cette voie avec les rivières d'orientation sud-sud-ouest - nord-nord-est. La ville apparaît au ix e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louvain/#i_36147

MERCIER DÉSIRÉ JOSEPH (1851-1926)

  • Écrit par 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 670 mots

Archevêque de Malines, l'un des promoteurs du renouveau thomiste dès la fin du xix e siècle, ainsi que du mouvement œcuménique, notamment avec les « Conversations de Malines ». Né à Braine-l'Alleud, gros bourg du Brabant belge, dans une famille catholique aisée, Désiré Joseph Mercier, très tôt orphelin de père, fait ses études au collège Saint-Rombaut de Malines et s'oriente vers la prêtrise en e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desire-joseph-mercier/#i_36147

MOYEN ÂGE - Les universités médiévales

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction politique »  : […] Les écoles du xii e  siècle avaient fourni aux princes nombre de leurs plus efficaces collaborateurs. Les universités ne pouvaient que prendre une part déterminante à la vie politique, alors que grandissait à travers toute l'Europe le rôle des administrateurs. On trouva désormais maîtres et anciens élèves de l'université dans les conseils et les principaux rouages de l'État. Disposer d'une telle p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-les-universites-medievales/#i_36147

Pour citer l’article

Jacques VERGER, « LOUVAIN UNIVERSITÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-louvain/