‘UMAR ou OMAR SAÏDOU TALL dit EL HADJ ‘UMAR (1797 env.-1864)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le Fouta-Toro, en pays toucouleur, el Hadj Omar (al-Ḥādjdj ‘Umar) se signale très tôt par son intelligence et par sa ferveur religieuse. À vingt-trois ans, il entreprend le pèlerinage de La Mecque, où il est nommé par ses coreligionnaires calife de la Tidjāniyya pour le Soudan occidental. La confrérie de la Tidjāniyya insiste sur l'adhésion religieuse individuelle, sur les vertus de fraternité et de solidarité, et minimise le rôle des hiérarchies religieuses. Dans une société où les organisations tribales sont en décadence, où la plupart des sectes musulmanes, notamment la Ḳadariyya, maintiennent entre la masse des fidèles et le chef religieux de multiples échelons mystiques quasi infranchissables, la Tidjāniyya apparaît comme révolutionnaire. Le contact entre le croyant et le calife est aisé et direct. Chacun, à l'intérieur de la confrérie, a la possibilité d'accéder, selon son talent, aux plus hautes destinées. Ces aspects nouveaux expliquent à la fois le succès d'el Hadj Omar et l'opposition qu'il rencontre parmi les classes dirigeantes, notamment celle de l'aristocratie islamo-peule du Fouta-Djalon.

En 1848, el Hadj Omar s'établit à Dihguinraye dans le nord-est de la Guinée où se rassemblent des milliers de disciples. Avec leur aide, il s'assure le contrôle des mines d'or du Bouré et du Bidiga et obtient ainsi le moyen d'acheter des armes. Le 6 septembre 1852, la djihād, ou guerre sainte, est proclamée. Partant du pays toucouleur, ses armées submergent le pays malinké. Installé à Nioro, el Hadj Omar tente ensuite de soumettre les royaumes peuls du Fouta-Toro. Il fait le siège de Médine, d'avril à septembre 1857, mais échoue face à la coalition des féodaux peuls et des troupes françaises de Faidherbe. Conscient de la supériorité militaire des Français, el Hadj Omar conclut avec eux un traité, leur abandonnant le Sénégal en aval de Bafoulabé. Il tourne alors ses ambitions vers l'Est, vers la vallée du Niger. Dès janvier 1861, l'empire de Ségou est vaincu, puis occupé. L'année suivante, les Peuls du Macina sont battus, et leur capitale, Hamdalay, est prise. Mais une révolte générale des Peuls contraint el Hadj Omar à chercher refuge chez les Dogons, dans les falaises de Bandiagara, où il meurt, très probablement victime d'une explosion des réserves de poudre.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  'UMAR ou OMAR SAÏDOU TALL dit EL HADJ 'UMAR (1797 env.-1864)  » est également traité dans :

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les grands empires soudanais »  : […] On a trouvé sur le territoire du Mali plusieurs sites datant du paléolithique et du néolithique, avec des outillages de pierre taillée ou polie. Les restes osseux sont cependant peu nombreux (nécropole dite de la Frontière au nord de Tessalit, par exemple). On est beaucoup mieux renseigné sur les États médiévaux qui ont fasciné les voyageurs arabes et européens. L'empire du Ghana est signalé et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mali/#i_42542

PEULS, FULBE ou FULANIS

  • Écrit par 
  • Pierre Francis LACROIX
  •  • 2 317 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine et histoire »  : […] L'origine du noyau humain autour duquel s'est formée l'« ethnie » peule est vraisemblablement à chercher chez les « pasteurs à bovidés » du Sahara préhistorique, dont l'aspect et le genre de vie, tels qu'ils apparaissent dans les peintures rupestres du Tassili, évoquent étonnamment ceux des Peuls nomades d'aujourd'hui. Une longue période sépare les premières mentions des Peuls dans l'histoire de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peuls-fulbe-fulanis/#i_42542

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « ‘UMAR ou OMAR SAÏDOU TALL dit EL HADJ ‘UMAR (1797 env.-1864) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-omar-saidou-tall/