Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ULTRAVIOLET

Effets biologiques de l'ultraviolet

Les effets du rayonnement ultraviolet sur les organismes vivants sont dus à son action photochimique. Les plus connus sont l' érythème ou «   coup de soleil », pour lequel le domaine d'activité se situe entre 320 et 280 nm (avec un maximum à 297 nm), et le « bronzage », dans lequel interviennent la formation, la migration et l'oxydation de la mélanine, et dont le domaine d'activité est plus étendu vers les grandes longueurs d'onde, ce qui permet de bronzer sans risque d'érythème en utilisant comme filtres des produits arrêtant les radiations de plus courtes longueurs d'onde. Sur les micro-organismes, les effets, qui dépendent des doses reçues, vont de la réduction des processus vitaux (division cellulaire, mobilité des cellules, synthèse de l'acide nucléique) jusqu'à la destruction des organismes. Cet effet bactéricide, dont la courbe d'activité a un maximum à 260 nm, a reçu des applications où l'utilisation des lampes à vapeur de mercure est très générale (253,7 nm) : stérilisation superficielle de produits alimentaires ou pharmaceutiques lors de leur conditionnement, désinfection d'objets, de l'air et de l'eau (difficile à cause de l'absorption si l'eau n'est pas pure).

Au point de vue thérapeutique, outre son emploi dans quelques maladies de la peau, l'ultraviolet a surtout été utilisé pour le traitement du rachitisme, son action ayant pour effet la transformation des stérols en vitamine D : par irradiation directe (stérols présents dans la peau), par irradiation d'aliments contenant ces éléments, ou pour la synthèse directe de la vitamine D.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur adjoint du laboratoire des hautes pressions du C.N.R.S.
  • : directeur du laboratoire des hautes pressions du C.N.R.S., Bourg-la-Reine

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Longueurs d'onde et énergies

Longueurs d'onde et énergies

George Stokes

George Stokes

Autres références

  • AÉRONOMIE

    • Écrit par Gaston KOCKARTS
    • 4 157 mots
    • 11 médias
    ...processus :
    En fait, ces quelques réactions aéronomiques sont à la base de la formation de la couche d'ozone qui nous protège du rayonnement solaire ultraviolet. Toutefois, ces réactions ne permettent pas à elles seules d'expliquer les observations de l'ozone, car les phénomènes de transport et de nombreuses...
  • ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

    • Écrit par Bernard HALPERN, Georges HALPERN, Salah MECHERI, Jean-Pierre REVILLARD
    • 12 574 mots
    • 2 médias
    ...régulée négativement. Il existe des évidences expérimentales que les cellules T CD4+ règulent l'intensité et la durée des réponses des cellules T CD8+. Un agent environnemental de nature physique tels que les UV est capable de supprimer l'HSC lors des phases d'elicitation et de sensibilisation. Il a été...
  • ANALYTIQUE CHIMIE

    • Écrit par Alain BERTHOD, Jérôme RANDON
    • 8 885 mots
    • 4 médias
    ...liaisons doubles ou triples, les atomes possédant des paires d'électrons libres, ainsi que beaucoup de métaux de transition absorbent dans les domaines de l'ultraviolet et du visible du spectre électromagnétique. Si cette absorption est importante dans le domaine visible, l'échantillon apparaîtra coloré....
  • ANTIOXYGÈNES

    • Écrit par Robert PANICO
    • 2 339 mots
    • 2 médias
    – par irradiation ultraviolette  : l'absorption d'énergie lumineuse par la substance autoxydable facilite la rupture de la liaison R—H ; par action de catalyseurs  : les peroxydes organiques, en particulier le peroxyde de benzoyle, fournissent, par décomposition thermique,...
  • Afficher les 43 références

Voir aussi