ÖZAL TURGUT (1927-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si Atatürk (Mustafa Kemal) est considéré comme le père de la Turquie moderne, Turgut Özal est plutôt le fondateur de la Turquie contemporaine et le fossoyeur de l'héritage kémaliste.

Né le 13 octobre 1927, à Malatya, d'une mère kurde, il obtient son diplôme d'ingénieur électricien à l'université technique d'Istanbul en 1950. De 1950 à 1952, il est employé à la Compagnie nationale d'électricité au service des études, puis il part se spécialiser aux États-Unis. Il en gardera un proaméricanisme viscéral, jusque dans sa manière d'être. À son retour en Turquie, il est conseiller technique du directeur général de la Compagnie d'électricité. En 1958, il dirige le secrétariat de la commission du Plan et, en 1960, il est aussi chargé de cours à l'université technique du Moyen-Orient à Ankara, une des plus prestigieuses universités turques. Il retourne ensuite à la Compagnie d'électricité en tant que directeur général adjoint. En 1966, il est nommé conseiller technique auprès du Premier ministre ; en 1967, il entre au sous-secrétariat de la présidence du Conseil comme directeur du Département des fonds et crédits, puis du Conseil de coordination économique ; il dirige enfin le Département des relations avec la C.E.E., où il se forge une solide idée procommunautaire. En 1971, il devient conseiller aux projets industriels et miniers au sein de la Banque mondiale. En 1973, de retour en Turquie, il entre dans le secteur privé, dont il sera plus tard un des fervents défenseurs contre le dirigisme des élites kémalistes. Il est administrateur de plusieurs sociétés privées dans la banque, la sidérurgie, l'automobile, le textile, l'agroalimentaire. À partir de 1977, il siège au conseil d'administration et à la présidence du syndicat patronal de la sidérurgie. Musulman pieux, proche de la confrérie des Nakchibendi, il se présente aux élections législatives de juin 1977 sous les couleurs du Parti du salut national (islamiste), m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  ÖZAL TURGUT (1927-1993)  » est également traité dans :

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 426 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le dialogue gréco-turc »  : […] Le contentieux gréco-turc, qui existe à vrai dire depuis l'indépendance de la Grèce, s'est aggravé en 1974 avec l'intervention militaire à Chypre de la Turquie, qui occupe depuis lors plus du tiers de cet État indépendant, dont les trois quarts de la population sont de langue grecque et considèrent la Grèce comme leur patrie. Outre la question chypriote, le différend gréco-turc, qui concerne tant […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Turquie »  : […] Du temps d' Atatürk et d'Ismet Inǒnü, le pouvoir politique s'est totalement identifié au Parti républicain du peuple, dont l'un des six principes était le laïcisme. Ce principe, appliqué avec rigueur jusqu'en 1946, a paru connaître quelque écho dans une partie de la population, essentiellement celle des grands centres urbains ; mais l'effort de modernisation et d'instruction entrepris n'a pu atte […] Lire la suite

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 404 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Intensification de la guérilla au Kurdistan de Turquie »  : […] La guerre du Golfe modifia également la situation au Kurdistan de Turquie. De 1984, date de son commencement, à 1991, la guérilla du P.K.K. avait déjà fait 3 000 morts. L'organisation d'Abdullah Öcalan mit à profit la situation conflictuelle au Kurdistan d'Irak pour y installer ses bases arrière, mais la répression turque s'accrut parallèlement, jusqu'à s'apparenter, selon la définition de l'état […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De la dictature à la démocratie »  : […] Les élections de 1983, auxquelles ne participent que trois partis, préalablement agréés par l'armée, sont remportées par la formation qui avait le plus nettement pris ses distances avec le régime militaire, le Parti de la mère patrie (ANAP) de Turgut Özal. La période allant de 1983 à 1991 est celle d'une redémocratisation progressive du régime. L'armée se met en retrait, tout en gardant une tutell […] Lire la suite

Les derniers événements

17-23 avril 1993 Turquie. Mort du président Turgut Özal

Turgut Özal soit élu par le Parlement en juin. Le 23, le Premier ministre Suleyman Demirel présente sa candidature à la présidence.  […] Lire la suite

20-21 octobre 1991 Turquie. Défaite du parti au pouvoir aux élections législatives

Turgut Özal, subit un grave revers et perd la majorité en n'obtenant, avec 24 p. 100 des voix (— 12,2 p. 100), que 115 sièges (— 177). Malgré d'indéniables réussites et une ouverture du pays vers l'extérieur, le maintien d'une forte inflation (70 p. 100) et un népotisme trop voyant sont sans doute à l'origine de cet échec. L'A.N.A.P. reste toutefois […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « ÖZAL TURGUT - (1927-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turgut-ozal/