ÖZAL TURGUT (1927-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si Atatürk (Mustafa Kemal) est considéré comme le père de la Turquie moderne, Turgut Özal est plutôt le fondateur de la Turquie contemporaine et le fossoyeur de l'héritage kémaliste.

Né le 13 octobre 1927, à Malatya, d'une mère kurde, il obtient son diplôme d'ingénieur électricien à l'université technique d'Istanbul en 1950. De 1950 à 1952, il est employé à la Compagnie nationale d'électricité au service des études, puis il part se spécialiser aux États-Unis. Il en gardera un proaméricanisme viscéral, jusque dans sa manière d'être. À son retour en Turquie, il est conseiller technique du directeur général de la Compagnie d'électricité. En 1958, il dirige le secrétariat de la commission du Plan et, en 1960, il est aussi chargé de cours à l'université technique du Moyen-Orient à Ankara, une des plus prestigieuses universités turques. Il retourne ensuite à la Compagnie d'électricité en tant que directeur général adjoint. En 1966, il est nommé conseiller technique auprès du Premier ministre ; en 1967, il entre au sous-secrétariat de la présidence du Conseil comme directeur du Département des fonds et crédits, puis du Conseil de coordination économique ; il dirige enfin le Département des relations avec la C.E.E., où il se forge une solide idée procommunautaire. En 1971, il devient conseiller aux projets industriels et miniers au sein de la Banque mondiale. En 1973, de retour en Turquie, il entre dans le secteur privé, dont il sera plus tard un des fervents défenseurs contre le dirigisme des élites kémalistes. Il est administrateur de plusieurs sociétés privées dans la banque, la sidérurgie, l'automobile, le textile, l'agroalimentaire. À partir de 1977, il siège au conseil d'administration et à la présidence du syndicat patronal de la sidérurgie. Musulman pieux, proche de la confrérie des Nakchibendi, il se présente aux élections législatives de juin 1977 sous les couleurs du Parti du salut national (islamiste), mais il est battu.

En 1979, il devient sous-secrétaire d'État dans le gouvernement c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification


Autres références

«  ÖZAL TURGUT (1927-1993)  » est également traité dans :

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 394 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le dialogue gréco-turc »  : […] entre Grecs et Turcs avait déjà commencé en 1988, lorsque le Premier ministre turc, Turgut Özal, avait effectué une visite officielle à Athènes, à l'invitation de son homologue grec. Mais cette visite historique, la première d'un chef de gouvernement turc depuis 1952, n'avait débouché sur aucune amélioration concrète des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-de-la-grece-byzantine-a-la-grece-contemporaine/#i_97001

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 433 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Turquie »  : […] ; les élections de novembre 1983 voient le succès du Parti de la mère patrie (A.N.A.P., libéral, dirigé par Turgut Özal), tandis que le général Kenan Evren, initiateur du coup d'État de 1980, est élu président de la République. Face à l'attitude négative de l'Europe à son égard, le gouvernement se rapproche ostensiblement des pays musulmans ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_97001

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 403 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Intensification de la guérilla au Kurdistan de Turquie »  : […] de sortir du nationalisme officiel (« heureux celui qui se dit Turc ») se fit sentir. Désireux d'imposer la Turquie comme un acteur régional, le président turc Turgut Özal (1989-1993) formula le besoin de réformes internes. Tout en prônant le déplacement des Kurdes vers les régions turques, à l'ouest, et l'accélération de leur assimilation, Özal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurdes/#i_97001

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 603 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « De la dictature à la démocratie »  : […] depuis 1977. Comme en 1983, elles sont remportées par l'A.N.A.P. du Premier ministre Turgut Özal, qui obtient une seconde fois la majorité absolue à l'Assemblée nationale. L'A.N.A.P. devance le Parti populiste social-démocrate (S.H.P.) d'Erdal Inönü et le Parti de la juste voie (D.Y.P.) de Süleyman Demirel. Les petites formations, dont le Parti de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_97001

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « ÖZAL TURGUT - (1927-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/turgut-ozal/