ÖZAL TURGUT (1927-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si Atatürk (Mustafa Kemal) est considéré comme le père de la Turquie moderne, Turgut Özal est plutôt le fondateur de la Turquie contemporaine et le fossoyeur de l'héritage kémaliste.

Né le 13 octobre 1927, à Malatya, d'une mère kurde, il obtient son diplôme d'ingénieur électricien à l'université technique d'Istanbul en 1950. De 1950 à 1952, il est employé à la Compagnie nationale d'électricité au service des études, puis il part se spécialiser aux États-Unis. Il en gardera un proaméricanisme viscéral, jusque dans sa manière d'être. À son retour en Turquie, il est conseiller technique du directeur général de la Compagnie d'électricité. En 1958, il dirige le secrétariat de la commission du Plan et, en 1960, il est aussi chargé de cours à l'université technique du Moyen-Orient à Ankara, une des plus prestigieuses universités turques. Il retourne ensuite à la Compagnie d'électricité en tant que directeur général adjoint. En 1966, il est nommé conseiller technique auprès du Premier ministre ; en 1967, il entre au sous-secrétariat de la présidence du Conseil comme directeur du Département des fonds et crédits, puis du Conseil de coordination économique ; il dirige enfin le Département des relations avec la C.E.E., où il se forge une solide idée procommunautaire. En 1971, il devient conseiller aux projets industriels et miniers au sein de la Banque mondiale. En 1973, de retour en Turquie, il entre dans le secteur privé, dont il sera plus tard un des fervents défenseurs contre le dirigisme des élites kémalistes. Il est administrateur de plusieurs sociétés privées dans la banque, la sidérurgie, l'automobile, le textile, l'agroalimentaire. À partir de 1977, il siège au conseil d'administration et à la présidence du syndicat patronal de la sidérurgie. Musulman pieux, proche de la confrérie des Nakchibendi, il se présente aux élections législatives de juin 1977 sous les couleurs du Parti du salut national (islamiste), mais il est battu.

En 1979, il devient sous-secrétaire d'État dans le gouvernement conservateur de Süleyman Demirel, puis sous-secrétaire adjoint au Plan : en réalité, il est le véritable patron de l'économie turque et il impose une réforme libérale dès janvier 1980. Malgré le coup d'État des généraux en septembre 1980, mettant à l'index les leaders politiques, Turgut Özal est maintenu dans ses fonctions en tant que vice-Premier ministre chargé des Affaires économiques. Sachant que l'ouverture économique est inévitable, les militaires pensent que ce spécialiste ne les gênera pas trop. À tort. En juillet 1982, il démissionne et s'éloigne des militaires, d'autant que sa réforme économique aboutit à un krach financier. Le 20 mai 1983, il fonde le Parti de la mère patrie (A.N.A.P.), profitant du fait que les partis existant avant septembre 1980 sont désormais exclus de la vie politique. En novembre suivant, son parti remporte les élections législatives avec 45 p. 100 des suffrages, si bien que, la mort dans l'âme, le général Evren l'appelle à la tête du gouvernement. Il remporte de nouveau les élections en novembre 1987, pose la candidature de son pays à l'adhésion à la C.E.E. et renvoie les militaires dans leurs casernes. Le 9 novembre 1989, il devient même président de la République en remplacement du général Evren. L'usure du pouvoir, la surchauffe de l'économie et certains scandales dans son entourage commencent à le discréditer. Son parti perd les législatives de novembre 1991, et Turgut Özal est obligé de cohabiter avec son ancien patron, le vieux conservateur Süleyman Demirel. Fort actif sur le plan diplomatique, il voyage beaucoup. En février 1993, il entreprend une tournée dans les Balkans, suivie, un mois plus tard, d'une autre en Asie centrale ex-soviétique. Ce gros mangeur, ayant subi un triple pontage coronarien en 1987 et l'ablation d'une tumeur cancéreuse en 1992, va y laisser sa vie. Le 17 avril 1993, il meurt brutalement à l'âge de soixante-six ans, victime d'une crise cardiaque. Dernier pied de nez aux militaires, il se fait enterrer à Istanbul face au monument d'Adnan Menderes, Premier ministre libéral pendu par les militaires en septembre 1961.

Turgut Özal était marié à Semra, femme active, attachée à la défense des droits de la femme turque, et qui o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Autres références

«  ÖZAL TURGUT (1927-1993)  » est également traité dans :

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 426 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le dialogue gréco-turc »  : […] Le contentieux gréco-turc, qui existe à vrai dire depuis l'indépendance de la Grèce, s'est aggravé en 1974 avec l'intervention militaire à Chypre de la Turquie, qui occupe depuis lors plus du tiers de cet État indépendant, dont les trois quarts de la population sont de langue grecque et considèrent la Grèce comme leur patrie. Outre la question chypriote, le différend gréco-turc, qui concerne tant […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Turquie »  : […] Du temps d' Atatürk et d'Ismet Inǒnü, le pouvoir politique s'est totalement identifié au Parti républicain du peuple, dont l'un des six principes était le laïcisme. Ce principe, appliqué avec rigueur jusqu'en 1946, a paru connaître quelque écho dans une partie de la population, essentiellement celle des grands centres urbains ; mais l'effort de modernisation et d'instruction entrepris n'a pu atte […] Lire la suite

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 404 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Intensification de la guérilla au Kurdistan de Turquie »  : […] La guerre du Golfe modifia également la situation au Kurdistan de Turquie. De 1984, date de son commencement, à 1991, la guérilla du P.K.K. avait déjà fait 3 000 morts. L'organisation d'Abdullah Öcalan mit à profit la situation conflictuelle au Kurdistan d'Irak pour y installer ses bases arrière, mais la répression turque s'accrut parallèlement, jusqu'à s'apparenter, selon la définition de l'état […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De la dictature à la démocratie »  : […] Les élections de 1983, auxquelles ne participent que trois partis, préalablement agréés par l'armée, sont remportées par la formation qui avait le plus nettement pris ses distances avec le régime militaire, le Parti de la mère patrie (ANAP) de Turgut Özal. La période allant de 1983 à 1991 est celle d'une redémocratisation progressive du régime. L'armée se met en retrait, tout en gardant une tutell […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « ÖZAL TURGUT - (1927-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turgut-ozal/