SOCIÉTÉS SECRÈTES EN CHINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Associations ou fraternités clandestines, connues dans l'Empire chinois dès les premiers siècles de notre ère et qui se sont perpétuées jusqu'au milieu du xxe siècle. À la fois groupes d'insoumission collective, centres de lutte politique contre le pouvoir impérial et foyers de dissidence idéologique, elles constituaient un phénomène récurrent dans la vie sociale de l'ancienne Chine. Elles se regroupent en deux grands ensembles. Au Lotus blanc (Bailianjiao), apparu au xiie siècle sous les Song et implanté en Chine du Nord, se rattachent notamment les Huit Diagrammes (Bagua), qui faillirent s'emparer du palais impérial de Pékin en 1813, les Boxeurs (Yihetuan ou Yihequan), les Abstinents (Zhaijiao), parmi bien d'autres groupes dérivés. La Triade ou Société du Ciel et de la Terre (Sanhehui ou Tiandihui), fondée au xviie siècle par des partisans des Ming pour résister à la conquête mandchoue, était au contraire influente en Chine du Sud, de même que ses filiales plus ou moins lointaines : la Société des aînés et des anciens, ou des frères aînés (Gelaohui), créée au milieu du xixe siècle, la Bande verte (Qingbang), influente parmi les bateliers du canal Impérial, la Bande rouge (Hongbang), puissante parmi les coolies de Shanghai.

La base sociale des sociétés secrètes était complexe. Leurs adhérents étaient recrutés essentiellement dans les classes populaires, chez les paysans pauvres, mais plus encore parmi les errants et marginaux de la société rurale : portefaix, journaliers agricoles, vagabonds, colporteurs, artisans itinérants, bateliers, baladins, contrebandiers... Les sociétés secrètes attiraient également les pauvres gens et les coolies des villes, dont beaucoup étaient des paysans transplantés de fraîche date dans un environnement hostile et qui cherchaient dans ces « structures d'accueil » un remède à leur déracinement. Les soldats licenciés, réduits au vagabondage en raison des distances qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SOCIÉTÉS SECRÈTES EN CHINE  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le territoire, un produit de l'histoire »  : […] Le territoire de la Chine se donne, dans l'histoire officielle, comme l'extension d'un monde chinois qui trouve son foyer originel dans le bassin moyen du fleuve Jaune dès le II e  millénaire avant J.-C. Plus largement, la Chine se veut le foyer de civilisation de l'Asie orientale dans la mesure où elle était elle-même l'ensemble du monde, « tout ce qui était sous le cie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/#i_39267

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les « Boxeurs » »  : […] La victoire japonaise n'avait pas seulement précipité la crise chinoise. Elle avait aussi ouvert la voie aux ambitions des autres puissances en Chine, par le jeu de la « clause de la nation la plus favorisée », inscrite depuis 1842 dans tous les traités de la Chine avec l'Occident. Chacune des grandes puissances industrielles s'efforce alors, à l'exemple du Japon, d'obtenir de nouveaux avantages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_39267

IL ÉTAIT UNE FOIS EN CHINE, film de Tsui Hark

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 878 mots

Dans le chapitre « Entre chiens de Mandchous et diables roux »  : […] La Chine traditionnelle peut-elle réussir le yangwu , c'est-à-dire absorber ce qu'il y a d'utile dans la technique occidentale sans perdre son âme ? Non, répond Huang Fei-hong : avec le train et le télégraphe, il y a les canons, on ne peut pas en prendre et en laisser. La « treizième tante », qui a séjourné aux États-Unis, n'est pas de cet avis : « Si l'on n'apprend pas d'eux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/il-etait-une-fois-en-chine/#i_39267

LOTUS BLANC, chin. BAILIANJIAO [PAI-LIEN-KIAO]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 1 153 mots

La plus importante ou, en tout cas, la plus célèbre des sociétés secrètes chinoises (il faudrait plutôt l'appeler secte proscrite), le Lotus blanc (Bailianjiao, ou Bailian hui) est un vaste mouvement syncrétiste sotériologique et mystique qui remonte au moins au xii e  siècle ; à plusieurs reprises, il rassembla les masses paysannes en de vastes s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lotus-blanc-bailianjiao/#i_39267

MAFIA

  • Écrit par 
  • Clotilde CHAMPEYRACHE, 
  • Jean SUSINI
  • , Universalis
  •  • 8 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Triades chinoises »  : […] Triades est un terme purement occidental désignant des associations secrètes criminelles de type mafieux. Depuis des siècles en Chine prolifèrent des sociétés secrètes ayant pour vocation l'aide mutuelle. Certaines d'entre elles vont développer des activités criminelles et devenir des mafias. Leur spécificité est de ne pas limiter leur présence au territoire chinois mais de s'installer là où se t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mafia/#i_39267

PAVILLONS NOIRS

  • Écrit par 
  • Georges BOUDAREL
  •  • 1 223 mots

Le mouvement des Pavillons noirs (Heiqijun) s'insère dans le courant de repli des dissidences chinoises vaincues qui disparaissent dans la clandestinité des sociétés secrètes ou refluent vers le sud et la mer (royaume de Koxinga à Taiwan, royaume de Hadian, migrations Hmong) et se font récupérer en partie par les autorités vietnamiennes (armement des pirates chinois par Quang Trung au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pavillons-noirs/#i_39267

SUN YAT-SEN (1866-1925)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BERGERE
  •  • 2 342 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « À l'école de l'Occident »  : […] Originaire de la province méridionale du Guangdong, Sun quitte la ferme paternelle à l'âge de treize ans pour aller à Hawaii seconder son frère aîné devenu dans l'émigration un négociant assez prospère. C'est dans une école missionnaire de Honolulu que le jeune Sun apprend l'anglais, s'initie à la science occidentale et se convertit au christianisme. Il achève ses études dans un collège médical de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sun/#i_39267

TRIADE, société secrète

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 543 mots

Société secrète de la Chine moderne (Sanhehui) dont le nom chinois le plus usité est Tiandihui (Société du Ciel et de la Terre), alias Hongmen (Porte de Hong). Antidynastique, ou plutôt antimandchoue, la Triade fut très répandue en Chine, surtout au cours du xix e  siècle. Il s'agit d'une véritable société secrète que l'on a souvent rapprochée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/triade-societe-secrete/#i_39267

YIGUANDAO [YI-KOUAN-TAO]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 607 mots

Société secrète, ou plutôt secte interdite et persécutée, de la Chine moderne, le Yiguandao (Voie de l'unité fondamentale) a connu un succès considérable dans la Chine du Nord, à partir de 1920. Quoique persécutée systématiquement, tant par le Guomindang (qui la considérait comme étant d'inspiration communiste) que par le Parti communiste (qui la jugeait inféodée au Guomindang), cette secte semble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiguandao-yi-kouan-tao/#i_39267

Pour citer l’article

Daniel HÉMERY, « SOCIÉTÉS SECRÈTES EN CHINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-secretes-en-chine/