Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRINITÉ-ET-TOBAGO ou TRINIDAD ET TOBAGO

Nom officiel

République de Trinité-et-Tobago (TT)

    Chef de l'État

    Paula-Mae Weekes (depuis le 19 mars 2018)

      Chef du gouvernement

      Keith Rowley (depuis le 9 septembre 2015)

        Capitale

        Port of Spain

          Langue officielle

          Anglais

            Unité monétaire

            Dollar de Trinité-et-Tobago (TTD)

              Population (estim.) 1 368 000 (2024)
                Superficie 5 128 km²
                  Trinité-et-Tobago : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Trinité-et-Tobago : carte physique

                  Les îles de la Trinité (Trinidad en anglais, 4 828 km2, y compris plusieurs îlots situés au large du Venezuela) et de Tobago (300 km2), réunies depuis 1889 sous une même administration coloniale obtinrent l'indépendance en 1962 au sein du Commonwealth sous le nom de Trinité-et-Tobago. Peuplé de manière cosmopolite, cet État des Caraïbes – capitale Port of Spain – a fondé sa prospérité économique sur sa production pétrolière et ses réserves de gaz naturel.

                  Trinité-et-Tobago : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Trinité-et-Tobago : drapeau

                  Maracas Beach (Trinité et Tobago) - crédits : Henner Damke/ Shutterstock

                  Maracas Beach (Trinité et Tobago)

                  Le peuplement amérindien

                  Les investigations géophysiques, archéologiques et linguistiques commencent à répondre aux questions que soulèvent la préhistoire et la protohistoire de la Trinité et de Tobago. On a longtemps débattu – sans arguments décisifs – sur la complexité du panorama ethno-historique de la Trinité des aborigènes dont l'insularité remonte à — 8 000 et qui a été soudée jusqu'à — 11 000 au continent sud-américain. Que ce soit à propos du peuplement, des migrations, de la structure sociale, démographique, culturelle et religieuse, de l'agriculture, de la guerre et de la répartition ethnique, les thèses s'affrontent et se contredisent. La découverte de quatre sites d'occupation appartenant à la période dite archaïque (Banwari I et II, Saint John I et II), dont l'un remonte à — 5 000, permet d'éclairer les débuts du peuplement de la Trinité. On a trouvé dans l'un de ces sites un squelette en parfait état, daté de — 3 400 (le plus ancien de l'aire des Caraïbes) et l'étude comparative prouve l'existence de liaisons économiques et sociales avec plusieurs foyers sud-américains : les Andes, l'Orénoque, les Guyanes, l'Amazonie et le Brésil du Nord-Est. Plusieurs ethnies amérindiennes appartenant au groupe linguistique des Caraïbes (Yao, Nepuyo, Carinepagoto) ou des Arawaks (Lokono, Warao, Shebayo ou Salvaio) s'étaient établies à la Trinité et à Tobago. La population globale de la Trinité comptait entre 50 000 et 100 000 individus. On recensait en 1593 plus de 35 000 de ces Amérindiens, dont environ 7 000 adultes. Toutes ces ethnies pratiquaient une agriculture à base de manioc et de racines et complétaient leur alimentation par les produits de la pêche. Elles avaient hérité une expérience agraire de leurs correspondants ethniques des Guyanes et étaient parvenues à une parfaite maîtrise des vents et des courants, à une grande pratique de la navigation océanique. La Trinité et Tobago ont été marquées de façon indélébile par la permanence amérindienne.

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques
                  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Trinité-et-Tobago : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Trinité-et-Tobago : carte physique

                  Trinité-et-Tobago : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Trinité-et-Tobago : drapeau

                  Maracas Beach (Trinité et Tobago) - crédits : Henner Damke/ Shutterstock

                  Maracas Beach (Trinité et Tobago)

                  Autres références

                  • PORT OF SPAIN

                    • Écrit par Jean-Claude GIACOTTINO
                    • 361 mots
                    • 1 média

                    Capitale et ville principale de l'État indépendant de Trinité-et-Tobago, Port of Spain n'est, dans ses limites municipales, que l'élément le plus important d'une très vaste agglomération ; celle-ci s'étire, au nord-ouest de l'île de Trinité, sur plus de 30 kilomètres au pied de la chaîne du nord de...

                  • WILLIAMS ERIC (1911-1981)

                    • Écrit par Nelly SCHMIDT
                    • 828 mots

                    Mort à Trinidad, son île natale, le 29 mars 1981, Eric Williams laissa dans la mémoire de ses contemporains des Caraïbes le souvenir d'un historien, chercheur particulièrement original, spécialiste de l'économie esclavagiste, et celui d'un homme d'État au pouvoir pendant vingt-cinq ans, Premier...

                  Voir aussi