TRIFORIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cathédrale de Laon, la nef

Cathédrale de Laon, la nef
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Cathédrale de Laon

Cathédrale de Laon
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie


Terme issu du vieux français « trifoire » venu lui-même du latin transforare (« percer à jour »). Le triforium désigne, dans l'architecture religieuse médiévale, un passage étroit pratiqué dans l'épaisseur même du mur ; situé au-dessus des grandes arcades ou des tribunes, ce passage ouvre sur l'intérieur de l'édifice — nef, transept ou abside — par une série régulière de petites arcades. Par son étroitesse et sa construction, le triforium se distingue fondamentalement de la tribune, qui est une galerie supérieure. Il n'a pas été créé en vue d'une fonction déterminée, c'est une invention purement formelle, mais comme ce passage — qui traverse généralement les piles ou qui les contourne comme à la cathédrale de Narbonne — permet la circulation d'un homme, il facilite l'entretien des parties hautes de l'édifice. Le triforium est souvent couvert de dalles plates mais il peut avoir aussi un voûtement en berceaux ou en ogives. Primitivement aveugle, car masqué par le toit en appentis des bas-côtés (cathédrales de Laon, de Noyon, de Soissons, et de Chartres), il devient ajouré à partir des années 1235-1245 à Saint-Denis et à la cathédrale de Troyes, grâce à l'adoption des toitures en bâtière. Construit le plus souvent au-dessus des tribunes dans les églises du premier art gothique telles que la cathédrale de Laon, le triforium deviendra un élément essentiel de l'élévation intérieure de l'église quand l'utilisation de l'arc-boutant entraînera la suppression des tribunes comme moyen de contrebutement et réduira l'élévation à trois étages. Il peut être de hauteur très variable, et le dessin de ces arcatures très différent selon les époques : en arc brisé (Chartres, Reims), trilobé (Saint-Denis) ou plus complexe encore dans l'architecture flamboyante. On appelle faux triforium une arcature aveugle plaquée contre le mur au-dessus des grandes arcades, simulant un triforium, ou bien une arcature à jour mais ouvrant sur un comble sans qu'il y ait passage.

Cathédrale de Laon, la nef

Cathédrale de Laon, la nef

photographie

Cathédrale de Laon, (Aisne), élévation à quatre étages de la nef et voûtes d'ogives. XIIe siècle. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Cathédrale de Laon

Cathédrale de Laon

photographie

Cathédrale de Laon (Aisne), la nef. 

Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

Afficher

—  Maryse BIDEAULT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRIFORIUM  » est également traité dans :

AUTUN

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 886 mots
  •  • 3 médias

Augustodunum fut fondée vers ~ 10 pour remplacer Bibracte comme chef-lieu de la cité des Éduens. Entourée d'une vaste enceinte, au carrefour de voies importantes, dotée de monuments imposants, elle connut en particulier une activité de type universitaire dont témoignent les Panégyriques (Eumène). En dépit du siège qu'elle subit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autun/#i_14055

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 850 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le temps des rois (1350-1380) »  : […] principe de la travée pour une conception unitaire du volume, affirmée par le dessin du triforium et surtout par le mode de couvrement. Cette dominante monumentale marque l'ensemble de la production. Elle apparaît avec netteté dans le domaine de la sculpture qui accompagne à nouveau l'architecture. La conséquence en est une conception plastique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_14055

Pour citer l’article

Maryse BIDEAULT, « TRIFORIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/triforium/