OREILLONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maladie contagieuse, virale, très répandue chez l'homme. Les oreillons sont caractérisés par une incubation de trois semaines, suivie d'une atteinte bilatérale des glandes parotides qui sont tuméfiées et douloureuses, en même temps qu'on observe une fièvre modérée. L'affection régresse et guérit en une dizaine de jours. La convalescence est rapide, sans rechutes ni séquelles en général.

Cependant des complications peuvent s'observer. La plus importante est, chez l'adulte du sexe masculin, l'atteinte testiculaire ou orchite ourlienne ; cette complication est rare en Europe occidentale où les oreillons frappent surtout les enfants. La stérilité qu'elle pourrait entraîner, si redoutée par certains, semble du domaine de la légende. Une autre complication assez fréquente est la méningite ourlienne, qui réalise le tableau de la méningite lymphocytaire bénigne, à évolution favorable. À l'opposé, il existe des formes frustes, à manifestations réduites et même totalement inapparentes. Celles-ci, fréquentes chez l'enfant, sont très importantes pour la dissémination de l'affection.

L'agent responsable de la maladie est un virus du groupe de paramyxovirus. D'une taille de 150 à 300 nm, les particules sont constituées par une enveloppe lipidique entourant une nucléocapside, formée elle-même d'un acide ribonucléique et d'éléments de structure protéique. Ce virus est fragile et ne se conserve pas dans la nature, en dehors de l'organisme humain qui lui sert de réservoir. Tout comme le virus grippal, le virus ourlien peut se cultiver dans l'œuf de poule en cours d'incubation ; il peut également être cultivé en cultures cellulaires où il provoque l'apparition de lésions caractéristiques. Il donne lieu au phénomène d'hémagglutination.

Le diagnostic de cette maladie peut être facilité par des examens biologiques (réaction de fixation du complément ou celle d'inhibition de l'hémagglutination). Le traitement spécifique est inexistant. L'immunisation active par un vaccin atténué est pratiquée aux États-Unis, où les cas de maladie chez l'adulte sont plus fréquents qu'en France.

—  Jacques MAURIN

Écrit par :

  • : docteur en médecine, professeur de microbiologie à l'École nationale de la santé publique

Classification


Autres références

«  OREILLONS  » est également traité dans :

CALENDRIER VACCINAL 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 237 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les objectifs du calendrier vaccinal français 2018  »  : […] Le bloc vaccinal obligatoire a pour but d’assurer une immunité solide des enfants jusqu’à l’entrée à l’école primaire et sans doute bien au-delà, même si la durée de l’immunité acquise varie d’un sujet à un autre. La pratique des rappels, tout comme celle de la primovaccination chez des sujets adultes non encore vaccinés, doit permettre d’assurer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calendrier-vaccinal-2018/#i_7872

MYXOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN
  •  • 659 mots

Nom d'une famille de virus comprenant le groupe des orthomyxovirus (souvent désignés comme « myxovirus ») et celui des paramyxovirus. Dans cette famille, la forme des virions est similaire et une propriété est commune : la capacité d'agglutiner les globules rouges. Cependant, pour le reste, il y a des différences fondamentales entre les deux groupe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myxovirus/#i_7872

Pour citer l’article

Jacques MAURIN, « OREILLONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oreillons/