TOURNEFORT JOSEPH PITTON DE (1656-1708)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Botaniste français qui, malgré sa passion pour la botanique dès sa jeunesse, était destiné à la prêtrise ; Joseph Pitton de Tournefort entre au séminaire d'Aix, qu'il quitte en 1677. Il explore alors la flore de la Haute-Provence et commence à constituer un herbier qui, enrichi au cours de ses expéditions suivantes, est aujourd'hui conservé au Muséum national d'histoire naturelle. Il étudie la flore du Dauphiné, celle de la Savoie et, entré en 1679 à la faculté de médecine de Montpellier, il herborise aux environs de cette ville. En 1681, il explore les Pyrénées et la Catalogne, suivi par de nombreux élèves que sa réputation grandissante de savant naturaliste réunit autour de lui. Cette réputation est telle que, bien qu'il n'ait encore rien publié, Fagon, médecin de Louis XIV, lui cède sa chaire de professeur de botanique au Jardin du roi (1683). Il n'en termine pas moins son étude de la flore de l'Espagne, se rend au Portugal, puis en Angleterre et aux Pays-Bas (1686).

En 1694, il publie les trois volumes des Éléments de botanique ou Méthode pour connaître les plantes (qu'il traduira lui-même en latin en 1700 sous le titre Institutiones rei herbariae). En 1698, il est reçu, par Fagon, docteur en médecine de la faculté de Paris, avec une thèse An morborum curatio ad mechanicae leges referanda (Peut-on guérir les maladies par des moyens mécaniques ?). La même année, il publie une Histoire des plantes qui naissent aux environs de Paris. L'année suivante, ses leçons sont réunies sous le titre Schola botanica.

En 1700, Louis XIV le charge d'aller étudier la flore des pays du Levant, et, accompagné d'un habile dessinateur, il visite les îles grecques, Constantinople, les côtes de la mer Noire, l'Arménie, la Géorgie, va jusqu'au mont Ararat et revient par Smyrne ; la peste régnant en Égypte, il ne peut débarquer et rentre à Marseille en 1702, rapportant de très nombreuses et précieuses collections et observations concernant non seulement la bo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOURNEFORT JOSEPH PITTON DE (1656-1708)  » est également traité dans :

BOTANIQUE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Lucien PLANTEFOL, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 845 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « XVIIe siècle »  : […] Au xvii e  siècle, les botanistes sont nombreux, certes, mais il faut attendre la fin du siècle pour que les questions posées trouvent leur solution et que naissent des problèmes nouveaux. Il n'y a plus avant cette période de ces grandes œuvres méritant les épithètes universalis ou generalis . Le seul botaniste du milieu du siècle dont le nom mérit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique-histoire-de-la/#i_2381

HERBIER DU MUSÉUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 2 170 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’herbier national »  : […] La constitution d’un herbier est une pratique qui est apparue vers 1530 en Italie, à Pise, avec les premières planches séchées du botaniste Luca Ghini. Elle est concomitante des jardins botaniques et témoigne d’une volonté de comprendre le monde végétal. La production de papier, qui s’est accrue avec le développement de l’imprimerie, n’est pas non […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbier-du-museum-national-d-histoire-naturelle/#i_2381

HISTOIRE NATURELLE

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 1 140 mots

La constitution d'une histoire naturelle à la fin du xvii e siècle et au début du xviii e est fondée sur le souci de substituer à l'explication de la nature sa description intégrale, considérée alors comme seul moyen de préserver la richesse des formes naturelles dans leur singularité. Décrire, selon Tournefort (1656-1708), c'est dire avec toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle/#i_2381

LINNÉ CARL VON

  • Écrit par 
  • Georges GUSDORF
  •  • 2 435 mots

Dans le chapitre « La systématique »  : […] Fils d'un pasteur de campagne, né à Råshult (Suède), Linné manifeste dès l'enfance un intérêt exclusif pour les plantes et l'observation des réalités naturelles. Après des études dans les universités suédoises et sur le terrain, il acquiert en Hollande le grade de docteur en médecine et publie, en 1735, la première édition du Systema Naturae . Bie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-von-linne/#i_2381

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « TOURNEFORT JOSEPH PITTON DE - (1656-1708) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tournefort-joseph-pitton-de/