TOUNGOUSES ou TOUNGOUZES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Groupe de peuples, de type mongoloïde, les Toungouses, ou Toungouzes (Tungus) occupaient au xviie siècle la plus grande partie de la Sibérie orientale, de l'Extrême-Orient russe et de la Mandchourie.

En Russie, les Toungouses sont éparpillés sur un territoire allant de l'Ienisseï au début à la mer d'Okhotsk et au détroit de Béring, en groupuscules ayant chacun leurs caractéristiques propres et des dénominations multiples. Le groupe linguistique toungouse comptait, lors du recensement de 2002, environ 70 000 personnes, dont 345 000 Evenk (Krasnoïarsk, Iakoutie), 19 000 Evenou Lamoute (Kamtchatka), 12 000 Nanaïou (vallée de l'Amour).

L'histoire des Toungouses est mal connue car, isolés des grandes civilisations et démunis d'écriture, ils n'ont de leur passé que la vision mythique qu'en donnent leurs contes et légendes. Leur première rencontre avec les Russes remonte, pour les plus occidentaux d'entre eux, à 1606 ou 1607. Dans le courant du xviie siècle, ils sont tous peu à peu soumis par le gouvernement tsariste au paiement du yasak, garanti par prise d'otages, ainsi qu'à une christianisation forcée qui se greffe superficiellement sur un vieux fonds de chamanisme. En 1822, le « statut de l'administration des autochtones », établi à l'instigation du gouverneur général de Sibérie, Speranski, et resté en usage jusqu'à la révolution d'Octobre, légalise l'administration de clan et accorde aux chefs de clan, élus pour trois ans, des pouvoirs de collecteurs d'impôts et de juges. Les indigènes les plus proches de la présence russe, tels les Evenk du lac Baïkal, sont gagnés à l'agriculture dès la fin du xviie siècle ; au cours du xviiie siècle, certains s'engagent dans les exploitations russes (par exemple les mines de Nerčinsk) ou sont attirés par le service militaire frontalier ; ils parlent et même lisent le russe, adoptent le costume et le mode de vie des paysans. Mais, dans l'ensemble, les Toungouses continu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification


Autres références

«  TOUNGOUSES ou TOUNGOUZES  » est également traité dans :

JURCHEN ou JÜRČEN

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 559 mots
  •  • 2 médias

Ancien peuple de chasseurs forestiers semi-nomades tungus (ou protomandchous), originaire de la Mandchourie orientale. Connu depuis le vii e  siècle, les Jürčen sont assujettis à un peuple protomongol, les Kitan, depuis la fondation de la dynastie Liao dans le nord de la Chine et en Mandchourie . Dans le premier quart du xii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurchen-jurcen/#i_21864

MANDCHOUS

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Membres du groupe toungouso-mandchou (sous-groupe des Tungus méridionaux) les Mandchous (Manchu ou Manču) sont localisés principalement en Mandchourie (ou, pour adopter la terminologie moderne, dans la Chine du Nord-Est) ainsi que, sporadiquement, en diverses provinces de la Chine proprement dite et en Mongolie-Intérieure. Complètement sinisés, ils ont, à quelques exceptions près, oublié leur lang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandchous/#i_21864

NOMADISME

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 3 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le nomadisme pastoral : les pré-Bédouins »  : […] C'est, en fait, la domestication du bétail qui a fourni pour la première fois la possibilité de réaliser, avec le nomadisme pastoral, un genre de vie mettant pleinement et régulièrement à profit les possibilités des zones arides par des déplacements saisonniers. Entre le X e et le VII e millénaire av. J.-C. apparaît dans le Proche-Orient l'utili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nomadisme/#i_21864

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Bouleversements ethniques »  : […] Tous les mouvements de peuples au cours de ces siècles, par coups et contrecoups, modifièrent la géographie ethnique de la Sibérie. L'un d'eux jeta les Turks sibériens Kimak vers l'ouest où ils devinrent les Polovtsy de la Russie méridionale. Les Petchenègues (Pečenegi) y vinrent aussi, chassés par les Qarlouq, successeurs des Tujiue occidentaux, et poussés par les Oghouz (Oguzy), ancêtres des Tu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_21864

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « TOUNGOUSES ou TOUNGOUZES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toungouses-toungouzes/