TOMBOUCTOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le patrimoine culturel de Tombouctou

Classée en 1988 au patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O. et en juin 2012 au patrimoine mondial en péril, avec ses trois grandes mosquées et ses nombreux mausolées, Tombouctou s'imposa très tôt comme une capitale intellectuelle et spirituelle, considérée comme un centre de propagation de l'islam en Afrique aux xve et xvie siècles.

En 1324-1325, l'empereur du Mali Mansa Musa (ou Kankan Musa) s'y arrête et demande à un architecte andalou, Abou Ishaq es-Saheli, d'y construire la mosquée de Djingareyber, l'une des plus anciennes mosquées subsahariennes encore en activité. De nombreux monuments sont érigés à Tombouctou, dont la mosquée de Sidi Yahia en 1440, qui recelait une porte en bois historique qui « ne pouvait être ouverte sous peine de voir la fin de la cité » ou la mosquée de Sankoré au xvie siècle.

En 1458, Tombouctou est intégrée dans l'Empire Songhay, puis contrôlée par les Marocains de 1591 à 1760. Son caractère cosmopolite et son rayonnement dans le monde islamique attirent alors de nombreux savants géographes, philosophes, juristes... Certains d'entre eux, dont la mémoire est honorée par la population, sont inhumés dans des constructions en terre crue plus ou moins monumentales, qui font encore aujourd'hui l'objet d'un véritable culte, assimilé à des protecteurs dans la ville. Celle-ci est d'ailleurs surnommée la « cité des 333 saints ».

L'histoire de Tombouctou est relatée dans plusieurs chroniques historiques, les Tarikhs. Ces dizaines de milliers de manuscrits, fragiles et souvent encore inédits, ont été pour la plupart rédigés en arabe ou en peul du xiie au xiiie siècle et recopiés aux xviiie et xixe siècles. Parmi les plus célèbres se trouve une copie originale du Tarikh es-Sudan, écrit entre 1627 et 1655 par Es-Sa'di, un imam et secrétaire du gouverneur de Tombouctou. Ces témoins d'un islam rayonnant et ouvert sur le monde, les Tarikhs sont répartis entre le Centre de documentation et de recherches Ahmed Baba (où ils sont en cours de numérisation) et des bibliothèques religieuses [...]

Tarikh de Cheikh Ahmadou

Tarikh de Cheikh Ahmadou

Photographie

Extrait d'une page du Tarikh de Cheikh Ahmadou, conservé à Tombouctou. 

Crédits : APA

Afficher


Médias de l’article

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Tarikh de Cheikh Ahmadou

Tarikh de Cheikh Ahmadou
Crédits : APA

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine de l'Afrique, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur du C.E.M.A.F. (Centre d'études des mondes africains, U.M.R. 8171)
  • : professeur, directeur du Laboratoire archéologie et peuplement de l'Afrique de l'université de Genève

Classification


Autres références

«  TOMBOUCTOU  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_31808

CHUTE DE L'EMPIRE SONGHAY

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 205 mots

L'Empire songhay avait été fondé à partir de Gao, dans la seconde moitié du xv e  siècle, par Sonni Ali. Il s'étendait sur la moyenne vallée du Niger et ses confins sahariens. Sans posséder les régions aurifères, plus méridionales, il exportait une partie de l'or par les villes commerçantes de Jenné et Tombouctou, qui étaient aussi d'importants foyers de culture musulmane. Son caractère islamique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chute-de-l-empire-songhay/#i_31808

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’internationalisation du problème malien »  : […] La coalition djihadiste formée par A.Q.M.I., le M.U.J.A.O. et Ansar ed-Dine, ayant chassé des villes du nord le M.N.L.A., commença dès janvier 2012 à infliger aux populations un strict régime de charia. Malgré la réprobation internationale, les femmes durent se voiler, la musique, l’alcool et les cigarettes furent interdits, et une justice islamique fut mise en place, ordonnant de fouetter ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mali/#i_31808

SONNI ALI (1464-1492)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Le plus grand souverain de l'empire Songhaï . Sonni Ali est surtout connu à travers des textes qui lui sont hostiles. Les auteurs musulmans le dépeignent comme un tyran débauché et impie, tout en reconnaissant qu'il fut toujours invaincu. En fait, Sonni Ali s'étant attaqué à la caste des lettrés musulmans de Tombouctou, ceux-ci l'ont volontairement noirci dans leurs chroniques. Sonni Ali sut allie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonni-ali/#i_31808

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BOILLEY, Éric HUYSECOM, « TOMBOUCTOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tombouctou/