TOMBOUCTOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le patrimoine culturel de Tombouctou

Classée en 1988 au patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O. et en juin 2012 au patrimoine mondial en péril, avec ses trois grandes mosquées et ses nombreux mausolées, Tombouctou s'imposa très tôt comme une capitale intellectuelle et spirituelle, considérée comme un centre de propagation de l'islam en Afrique aux xve et xvie siècles.

En 1324-1325, l'empereur du Mali Mansa Musa (ou Kankan Musa) s'y arrête et demande à un architecte andalou, Abou Ishaq es-Saheli, d'y construire la mosquée de Djingareyber, l'une des plus anciennes mosquées subsahariennes encore en activité. De nombreux monuments sont érigés à Tombouctou, dont la mosquée de Sidi Yahia en 1440, qui recelait une porte en bois historique qui « ne pouvait être ouverte sous peine de voir la fin de la cité » ou la mosquée de Sankoré au xvie siècle.

En 1458, Tombouctou est intégrée dans l'Empire Songhay, puis contrôlée par les Marocains de 1591 à 1760. Son caractère cosmopolite et son rayonnement dans le monde islamique attirent alors de nombreux savants géographes, philosophes, juristes... Certains d'entre eux, dont la mémoire est honorée par la population, sont inhumés dans des constructions en terre crue plus ou moins monumentales, qui font encore aujourd'hui l'objet d'un véritable culte, assimilé à des protecteurs dans la ville. Celle-ci est d'ailleurs surnommée la « cité des 333 saints ».

L'histoire de Tombouctou est relatée dans plusieurs chroniques historiques, les Tarikhs. Ces dizaines de milliers de manuscrits, fragiles et souvent encore inédits, ont été pour la plupart rédigés en arabe ou en peul du xiie au xiiie siècle et recopiés aux xviiie et xixe siècles. Parmi les plus célèbres se trouve une copie originale du Tarikh es-Sudan, écrit entre 1627 et 1655 par Es-Sa'di, un imam et secrétaire du gouverneur de Tombouctou. Ces témoins d'un islam rayonnant et ouvert sur le monde, les Tarikhs sont répartis entre le Centre de documentation et de recherches Ahmed Baba (où ils sont en cours de numérisation) et des bibliothèques religieuses (dont celles de certaines médersa) ou par les grandes familles de la ville, avec des centaines d'autres manuscrits traitant de sujets tant religieux que profanes.

Tarikh de Cheikh Ahmadou

Photographie : Tarikh de Cheikh Ahmadou

Extrait d'une page du Tarikh de Cheikh Ahmadou, conservé à Tombouctou. 

Crédits : APA

Afficher

En 2012, la porte de la mosquée de Sidi Yahia est détruite par des islamistes dans la mouvance d'Al-Qaida au Maghreb islamique, qui récidivent avec la destruction partielle ou complète de mausolées. Présentées dans un premier temps comme des représailles à la décision de l'U.N.E.S.C.O. de classer Tombouctou au patrimoine mondial en péril, ces destructions sont en fait l'œuvre d'un mouvement politico-religieux pour lequel les cultes personnalisés dédiés aux personnages saints sont incompatibles avec un islam où seul le Prophète peut être invoqué. Les manuscrits, considérés comme « impies » par les islamistes radicaux, ont également été menacés de destruction.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou

Mosquée de Djingareyber, Tombouctou
Crédits : Insights/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Tarikh de Cheikh Ahmadou

Tarikh de Cheikh Ahmadou
Crédits : APA

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine de l'Afrique, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur du C.E.M.A.F. (Centre d'études des mondes africains, U.M.R. 8171)
  • : professeur, directeur du Laboratoire archéologie et peuplement de l'Afrique de l'université de Genève

Classification

Autres références

«  TOMBOUCTOU  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite

CHUTE DE L'EMPIRE SONGHAY

  • Écrit par 
  • Jean BOULEGUE
  •  • 205 mots

L'Empire songhay avait été fondé à partir de Gao, dans la seconde moitié du xv e  siècle, par Sonni Ali. Il s'étendait sur la moyenne vallée du Niger et ses confins sahariens. Sans posséder les régions aurifères, plus méridionales, il exportait une partie de l'or par les villes commerçantes de Jenné et Tombouctou, qui étaient aussi d'importants foyers de culture musulmane. Son caractère islamique […] Lire la suite

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 522 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’internationalisation du problème malien »  : […] La coalition djihadiste formée par AQMI, le MUJAO et Ansar ed-Dine, ayant chassé des villes du nord le MNLA, commença dès janvier 2012 à infliger aux populations un strict régime de charia. Malgré la réprobation internationale, les femmes durent se voiler, la musique, l’alcool et les cigarettes furent interdits, et une justice islamique fut mise en place, ordonnant de fouetter ou de lapider les c […] Lire la suite

SONNI ALI (1464-1492)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Le plus grand souverain de l'empire Songhaï . Sonni Ali est surtout connu à travers des textes qui lui sont hostiles. Les auteurs musulmans le dépeignent comme un tyran débauché et impie, tout en reconnaissant qu'il fut toujours invaincu. En fait, Sonni Ali s'étant attaqué à la caste des lettrés musulmans de Tombouctou, ceux-ci l'ont volontairement noirci dans leurs chroniques. Sonni Ali sut allie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-17 décembre 2021 Mali – France. Départ de Tombouctou des soldats de l'opération Barkhane.

Le 14, les soldats français de l’opération Barkhane quittent Tombouctou, après avoir évacué leurs bases de Kidal, en octobre, et de Tessalit, en novembre, pour se replier sur Gao, en application du plan de redéploiement annoncé par Paris en juin. La sécurité de ces villes est confiée aux Forces armées maliennes et aux soldats de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). […] Lire la suite

19 avril 2020 Mali. Élections législatives.

En mars, quatre jours avant le premier tour, le chef de l’opposition Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la république et la démocratie (URD), candidat à l’élection présidentielle de 2018, a été enlevé près de Tombouctou, dans le nord du pays, une région soumise aux raids djihadistes. L’enlèvement n’a pas été revendiqué. Bien qu’en recul, le Rassemblement pour le Mali (RPM) du président Ibrahim Boubacar Keïta arrive en tête du scrutin avec 51 sièges sur 147. […] Lire la suite

21 février 2019 Mali. Élimination d'un chef djihadiste au Sahel.

La force française Barkhane élimine l’émir adjoint du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), l’Algérien Djamel Okacha, alias Yahya Abou al-Hammam, au nord de Tombouctou. Le GSIM regroupe plusieurs mouvements affiliés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Figure centrale du djihadisme au Sahel depuis une vingtaine d’années, Djamal Okacha était l’une des principales cibles de Barkhane, lancée en août 2014 pour combattre le terrorisme islamiste dans la région. […] Lire la suite

27 septembre 2016 Mali. Condamnation du responsable des destructions à Tombouctou.

La Cour pénale internationale (CPI) de La Haye condamne le Touareg malien Ahmad al-Faqi al-Mahdi à neuf ans de prison pour crimes de guerre, pour avoir organisé la destruction de bâtiments classés au patrimoine mondial de l’humanité à Tombouctou, au Mali, lors de l’occupation de la ville par les islamistes entre avril 2012 et janvier 2013. Neuf des mausolées de la ville, notamment, avaient été détruits en juin et juillet 2012. […] Lire la suite

17-22 avril 2014 Mali – France. Mort d'un otage français au Mali

Le 17, au nord de Tombouctou, les forces françaises libèrent cinq otages maliens détenus par le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), dont quatre membres du Comité international de la Croix-Rouge enlevés en février. Une dizaine de djihadistes sont tués. Le 22, le Mujao annonce la mort d'un otage français, Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BOILLEY, Éric HUYSECOM, « TOMBOUCTOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tombouctou/