MASARYK TOMÁŠ GARRIGUE (1850-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un misérable cocher de maître, Tomáš Masaryk commence à travailler très jeune comme apprenti serrurier puis chaudronnier. Remarqué par des prêtres tchèques, il obtient une bourse et étudie au collège, à Brno puis à Vienne. Il rompt, à vingt et un ans, avec le catholicisme à propos de la question de l'infaillibilité du pape. Il poursuit des études de philosophie à Vienne, tout en travaillant comme précepteur. En 1876, il devient docteur en philosophie avec une thèse sur Platon ; on lui doit un ouvrage de logique et de méthodologie scientifique : Základové konkrétni logiky (1885), qui sera publié ensuite en allemand, Versuch einer konkreten Logik : Klarifikation und Organisation der Wissenschaften (1887).

Tomas Masaryk

Photographie : Tomas Masaryk

Le Tchèque Tomas Masaryk (1850-1937), patriote et fondateur du Conseil national tchécoslovaque. Il fut élu président de la République en 1918. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Son mariage, en 1878, avec Charlotte Garrigue, huguenote américaine, achève son évolution vers un protestantisme social qui, pour lui, fonde la politique sur une « science morale ». Assistant de philosophie et de sociologie à Prague à partir de 1882, il y fonde la revue intellectuelle Athenaeum. Patriote et slaviste, membre du « Sokol », Masaryk prend cependant pour devises « Jésus au-dessus de César » et « La Vérité vaincra » (cette dernière provenant de la tradition hussite). Au nom de ces principes, il combat la slavophilie passéiste : cette rupture avec le nationalisme ombrageux l'isole de la classe politique (les vieux-tchèques) et des étudiants tchèques. Il doit cesser de publier sa revue, ainsi que son Dictionnaire scientifique. En 1891, il est élu avec deux autres jeunes-tchèques au Reichsrat. Membre de la délégation du Reichsrat, il y défend une ligne quasiment indépendantiste, tout en se montrant partisan des Slaves du Sud et de la réforme de l'enseignement. Cet humanisme exigeant, qui l'éloigne de ses amis, l'amène à démissionner en 1893, et à se consacrer à l'étude de la Question tchèque (1895) et de la Question sociale (1898). Partisan d'une analyse scientifique, sans complaisance, de la société tchèque dans son journal populaire Naše Doba (Notre époque), il promeut les traditions du hussitisme auxquelles il joint les acquis de la science moderne et d'un socialisme empirique, tout en luttant contre l'antisémitisme (affaire Hilsner, 1899), pour le droit de grève et le suffrage universel. Il fonde, en 1900, le Parti réaliste, devenu en 1905 le Parti progressiste tchèque. En avance sur son temps, il prône une formation universitaire pour les instituteurs et cloue au pilori tous les obscurantismes : la russophilie et le tolstoïsme avec La Russie et l'Europe (1906-1907) comme la soumission au Vatican et... l'alcoolisme. En 1907, il est élu, avec les voix social-démocrates, député de Moravie. Il acquiert alors une réputation internationale en se faisant le défenseur des ouvriers, des étudiants, des libres penseurs, des patriotes galiciens et, surtout, en dénonçant les machinations du pouvoir contre les patriotes yougoslaves (procès de Zagreb en 1908). Réélu en 1911, il met la jeunesse en garde contre le « dostoïevskisme » et se départit de son pacifisme en admettant la nécessité d'une révolution pour imposer les changements nécessaires.

Dès octobre 1914, il soumet à l'Entente un memorandum sur l'indépendance des Tchèques et des Slovaques, complété, après son départ pour Londres, en décembre 1914, par son rapport Independent Bohemia (avr. 1915). En août, un mandat d'arrêt est délivré contre lui pour haute trahison et intelligence avec l'ennemi. Professeur au King's College à Londres, il fonde en février 1916 le Conseil national tchécoslovaque. De mai 1917 à avril 1918, il est en Russie où il encourage l'action armée de la Légion tchécoslovaque contre les puissances centrales et, ensuite, contre les bolcheviks qui veulent la désarmer. Il rentre en Europe par Vladivostok et Chicago où il mobilise ses compatriotes émigrés.

Légionnaires tchèques

Photographie : Légionnaires tchèques

Des Tchèques, soldats de la Légion étrangère pendant la Première Guerre mondiale, lisent un document publié par Tomas Masaryk et Edvard Benes, fondateurs du Conseil national tchécoslovaque. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le 14 novembre 1918, il est élu triomphalement président de la République par l'Assemblée nationale. Il obtient à la conférence de la Paix l'inclusion des Sudètes dans le nouvel État et refuse aux Slovaques l'autonomie, promise à Pittsburgh en juin 1918, se montrant partisan du « tchécoslovaquisme ». La Constitution de février 1920 lui confère des pouvoirs étendus, ce qui, allié à son immense popularité de « président libérateur », lui permet de rassembler autour de lui un bloc politique qui dépasse les clivages des formations constituées. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Tomas Masaryk

Tomas Masaryk
Crédits : Hulton Getty

photographie

Légionnaires tchèques

Légionnaires tchèques
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  MASARYK TOMÁS GARRIGUE (1850-1937)  » est également traité dans :

DRTIKOL FRANTIŠEK (1883-1961)

  • Écrit par 
  • Gilles PLAZY
  •  • 840 mots

Le photographe František Drtikol est né en 1883 à P̈yríbram. Fils d'un épicier de cette petite ville de Bohême, Drtikol, qui voulait être peintre, suivit la voie plus raisonnable que lui indiquait son père et devint apprenti du photographe local pendant trois ans. Alors qu'il rongeait ainsi son frein, il prit conscience, grâce à une revue, de ce que la photographie pouvait être aussi un mode d'exp […] Lire la suite

SLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Fedor BALLO, 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL
  • , Universalis
  •  • 9 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Vers l'union avec les Tchèques »  : […] Les Slovaques accueillent avec enthousiasme la révolution de 1848. C'est, croit-on, à l'initiative de Štúr que se réunit le Congrès slave de Prague en juin ; et le chant Nad Tatrou sa blýska (« Au-dessus de la Tatra brillent les éclairs »), qui forme la seconde partie de l'hymne tchécoslovaque, date de ce moment. Mais les Hongrois révoltés contre Vienne n'admettent pas l'égalité des autres nat […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 877 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Formation du nouvel État (1914-1919) »  : […] L'idée d'un État rassemblant Tchèques et Slovaques commençait à peine à s'affirmer dans les premières années du xx e  siècle. La Première Guerre mondiale la fit progresser à grands pas et en permit la réalisation. Si les modérés n'envisagent encore rien de mieux que l'autonomie dans le cadre d'une Autriche-Hongrie réellement fédérale, de plus hardis songent déjà à l'indépendance, notamment dans l […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Émancipation »  : […] Le « printemps des nations » réprimé, la vie politique et littéraire ne reprend que vers 1860. Sous le signe de Mácha, toute une génération – dite de « Mai » – tente de rejoindre l'horizon européen. Son animateur, Vítězslav Hálek (1835-1874) est un auteur facile et heureux. L'avenir lui préférera son ami Jan Neruda (1834-1891) qui s'impose par la langue sobre de ses recueils poétiques, de ses réc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « MASARYK TOMÁŠ GARRIGUE - (1850-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tomas-garrigue-masaryk/