TŌKYŌ (JEUX OLYMPIQUES DE) [1964]Contexte, organisation, bilan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après l'Océanie en 1956, les Jeux s'ouvrent encore à un nouveau continent : l'Asie. Le 26 mai 1959, lors de sa cinquante-cinquième session de Munich, le C.I.O. désigne en effet T̄okȳo ville d'accueil des XVes jeux Olympiques d'été, au premier tour de scrutin, par trente-quatre voix, contre dix à Detroit, neuf à Vienne et cinq à Bruxelles. La plus grande métropole de la planète (dix millions d'habitants à l'époque) met tout en œuvre pour que, moins de vingt ans après la capitulation militaire, le Japon prouve au monde qu'il peut de nouveau se voir considéré comme une grande puissance, un acteur de la modernité fondant son développement sur la créativité. Le Japon investit 990 milliards de yens (2,750 milliards de dollars) pour les Jeux. Le stade olympique, situé dans le parc Meiji, inauguré en 1958, est agrandi : sa capacité est portée à quatre-vingt-cinq mille places. Doté d'une piste en cendrée de huit couloirs, il est le théâtre des cérémonies d'ouverture et de clôture, accueille les compétitions d'athlétisme, certaines épreuves équestres et la finale du tournoi de football. L'architecte Kenz̄o Tange conçoit le centre sportif Yoyogi. Celui-ci est composé de deux bâtiments principaux : la plus grande piscine couverte du monde peut accueillir quinze mille spectateurs, qui vibrent pour les compétitions de natation ; dans une enceinte plus petite se déroule le tournoi de basket-ball. Kisaburo Ito conçoit le vélodrome d'Hachīoji, où quatre mille spectateurs peuvent voir les cyclistes s'affronter sur une piste de 400 mètres en béton.

Le parc olympique de Komazawa est édifié selon les plans de Yoshinobu Ashihara. C'est là que se déroulent les compétitions de hockey sur gazon, de volley-ball et de gymnastique. Le palais des glaces de K̄orakuen (cinq mille places) voit s'affronter les boxeurs. Le Nippon Budokan, une salle de quinze mille places, est spécialement édifié pour le judo. Le bassin d [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « TŌKYŌ (JEUX OLYMPIQUES DE) [1964] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tokyo-jeux-olympiques-de-1964-contexte-organisation-bilan/