TIMBRE, musique

Indépendamment de la durée, les musiciens attribuent aux sons musicaux des qualités particulières : hauteur, intensité et timbre. Le timbre, c'est ce qui distingue entre eux des sons de même hauteur et de même intensité. Pour le décrire, on utilise une terminologie empruntée au vocabulaire des sensations visuelles, tactiles, gustatives, etc. : un son est « clair », « rond », « chaud », « aigre »..., vocables fort suggestifs, mais dont le sens reste très flou et imprécis. Depuis longtemps, les acousticiens de la musique ont tenté de définir ces termes de façon objective ; mais ils n'y sont parvenus qu'à une époque récente, lorsque l'électro-acoustique leur eut fourni des appareillages permettant de faire une analyse exhaustive des sons et de visualiser ceux-ci sous l'aspect d'« images » hautement significatives, le sonagraphe en particulier. Le sonagramme représente une véritable « photographie » des sons, permettant précisément de mettre en évidence, sous l'aspect de grandeurs physiques (temps, fréquence et niveau), ce qui différencie deux sons de même hauteur et de même intensité, et qui recouvre en fait un ensemble de variables physiques et perceptives fort complexe. L'étude qui suit analyse les plus importantes d'entre elles.

Son

Son

vidéo

Amplitude et fréquence de l'onde sonore. Harmoniques.Le son est une vibration de la matière qui se transmet sous forme d'ondes longitudinales.L'intensité du son dépend de l'amplitude de l'onde, matérialisée par le mouvement des molécules d'air. Plus elle est élevée, plus les... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Longtemps considéré comme un simple « agrément » du son, le timbre a été progressivement utilisé par les compositeurs comme l'une de ses caractéristiques les plus importantes. En créant l'orchestration dite moderne, Berlioz a montré que le timbre devait jouer, dans la composition, un rôle très important. Schönberg, moins d'un siècle plus tard, allait même imaginer la Klangfarbenmelodie (mélodie de timbres), largement employée par beaucoup de musiciens contemporains.

Le nombre de composantes du son

Un son musical normal n'est jamais un phénomène simple, mais un agrégat évolutif d'un nombre plus ou moins grand de composantes. Ces composantes sont des « harmoniques » lorsque leur fréquence est un multiple entier de celle du son de base (fondamental) ; ce sont des « partiels » lorsque leur fréquence est quelconque ; ou bien ce sont des bandes de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., chargé de cours d'acoustique au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification


Autres références

«  TIMBRE, musique  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRES (G. Ligeti)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 284 mots

un courant continu qui n'a ni début ni fin. Sa caractéristique formelle est le statisme, mais derrière cette apparence, tout change constamment. » Ligeti compose à partir de pures couleurs sonores, les timbres, s'inscrivant ainsi dans la lignée de Farben (« Couleurs »), troisième des Cinq Pièces pour orchestre d'Arnold Schönberg (1909) : des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmospheres/#i_22159

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 470 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le timbre »  : […] de distinguer une note jouée au piano d'une même note jouée à la trompette ou au violon. L'attribut perceptif qui nous permet de faire cette distinction entre des sons ayant même hauteur et même sonie est le timbre. Contrairement à la sonie et à la hauteur, qui peuvent globalement être considérés comme des attributs perceptifs unidimensionnels, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-psycho-acoustique/#i_22159

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui est un des moyens d'expression privilégié par les peintres romantiques. Le choix des timbres devient capital : celui-ci est destiné à faire ressentir, de façon immédiate, la violence d'une passion, la délicatesse d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coloration-musique/#i_22159

GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 755 mots

Dans le chapitre « Berlioz, musicien de l'avenir »  : […] indications judicieuses et originales. Il détermine avec sûreté un grand nombre de nouvelles règles dans l'art d'assembler les timbres, ce qui fait de lui le premier musicien expérimental. Pourquoi expérimental ? D'abord parce que Berlioz a eu de nombreuses intuitions géniales sur le plan acoustique, qu'il n'a pu expliquer scientifiquement. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grand-traite-d-instrumentation-et-d-orchestration-modernes/#i_22159

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 433 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Reconstitution et recréation »  : […] ? Est-ce même la peine d'essayer ? », notre pianiste acquiesce : « Je trouve que oui. [...] Le timbre de nombreux instruments originaux et le comportement qu'ils réclament de l'interprète peuvent être d'une grande importance. Prenons par exemple Monteverdi, après les arrangements de Hindemith, Malipiero ou d'un autre. Cette musique ne prend vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation-musicale/#i_22159

LÉVINAS MICHAËL (1949-    )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 429 mots

Dans le chapitre « Un alchimiste du son »  : […] au festival de Royan en 1972, Michaël Lévinas s'engage dans une nouvelle esthétique. Ses réflexions sur le timbre lui ont fait prendre conscience de l'importance de l'espace et des possibilités qu'offre un instrument renouvelé par des techniques électroacoustiques innovantes. Face aux recherches sur le son pur engendrant le spectre harmonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-levinas/#i_22159

LIGETI GYÖRGY

  • Écrit par 
  • Danielle COHEN-LÉVINAS
  •  • 2 641 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ligeti et le timbre : le substrat expressif »  : […] véritable opéra (Le Grand Macabre, 1974-1977). En revanche, l'idée du timbre jouant comme état de développement de la forme musicale vient essentiellement de Schönberg, Berg et Webern. L'inspiration fondée sur le principe de la continuité sonore, de la lente métamorphose du spectre harmonique par nuances presque insensibles, est déjà présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-ligeti/#i_22159

MESSIAEN OLIVIER

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les timbres »  : […] selon leur résonance ; il note parfois des couleurs sur ses partitions et il utilise les timbres en coloriste, pour donner à un accord sa teinte exacte, pour éclairer un canon rythmique ou mélodique, pour traduire la texture particulière d'un chant d'oiseau. Le goût du timbre employé comme une couleur sonore se retrouve aussi bien dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-messiaen/#i_22159

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique d'Afrique noire

  • Écrit par 
  • Charles DUVELLE
  •  • 9 316 mots

Dans le chapitre « Instruments de musique et primauté du timbre complexe »  : […] La couleur du son et la physionomie du timbre jouent en général un rôle capital en Afrique. Souvent les sonorités claires, simples et précises sont évitées au profit de timbres brouillés, complexes, artificiellement enveloppés d'une sorte de halo qui pourrait faire croire qu'il s'agit de voix humaines camouflées, masquées ou, peut-être même, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musique-d-afrique-noire/#i_22159

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 043 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  Perception et musiques nouvelles »  : […] – peut néanmoins accorder son instrument, même sans diapason. Il reconnaît en fait la forme acoustique du son dans son ensemble, et plus particulièrement celle du timbre, car un même instrument présente des caractéristiques de timbre différentes selon que le son monte ou descend. Insistons sur le fait que l'absence d'oreille absolue ne constitue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-l-evolution-de-la-musique-depuis-1945/#i_22159

ORCHESTRE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Instrumentation et orchestration »  : […] C'est seulement à partir de la maîtrise parfaite dans le maniement des timbres et de la technique instrumentale que l'orchestration peut être pratiquée. En bref, celle-ci consiste à faire participer les timbres et la couleur sonore à la composition musicale à partir de l'aptitude que l'on peut avoir d'obtenir, à l'aide des éléments que l'on a en sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre/#i_22159

PERCUSSION, musique

  • Écrit par 
  • Jean GAUTHIER, 
  • Sylvio GUALDA, 
  • Paul MÉFANO
  •  • 5 622 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Évolution de la percussion dans l'orchestre occidental »  : […] comme elle le fut, à l'idée de simple support rythmique. Pour compléter le choix des timbres offerts par la lutherie traditionnelle, et aussi à la suite d'une connaissance plus approfondie des musiques d'Asie, la famille des percussions n'a cessé de s'enrichir : shell-chimes, wood-chimes, glass-chimes, sand-blocks, gongs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percussion-musique/#i_22159

PIERROT LUNAIRE (A. Schönberg)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 277 mots

intelligibilité et une expressivité qui évoque l'ambiance d'un cabaret intellectuel. Par ailleurs, chacune des pièces est associée à une combinaison de timbres différente mais présentant une unité. Schönberg met pour cela en place un dispositif original : huit instruments mais seulement cinq instrumentistes ; trois d'entre eux jouent tantôt de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierrot-lunaire/#i_22159

SCHÖNBERG ARNOLD - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 382 mots

1909 Schönberg compose les Cinq Pièces pour orchestre (Fünf Orchesterstücke für grosses Orchester), opus 16 : Vorgefühle (« Pressentiments »), Vergangenes (« Le Passé »), Farben (« Couleurs »), Peripetie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schonberg-reperes-chronologiques/#i_22159

SCIARRINO SALVATORE (1947-    )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 354 mots

prend en compte la globalité du phénomène sonore et met en évidence l'interdépendance du timbre, de la dynamique et de la durée. Par sa complexité, le timbre apparaît comme le support idéal pour une écriture fondée sur des réseaux d'interactions, illustrée par des pièces comme Frammento e adagio, pour flûte et orchestre (1986- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvatore-sciarrino/#i_22159

SONATAS AND INTERLUDES (J. Cage)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

d'objets : bouchons en caoutchouc, vis et écrous métalliques, lamelles de bois, morceaux de carton ou de papier... Il en résulte une transformation totale du son naturel du piano, qui devient véritablement un nouvel instrument en acquérant une gamme de timbres inédits : les sonorités obtenues, qui rappellent ceux d'instruments à percussion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonatas-and-interludes/#i_22159

VIVIER CLAUDE (1948-1983)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 2 496 mots

Dans le chapitre «  L'œuvre »  : […] À la fois colonne vertébrale de ce « mélodisme » et sa parure la plus chatoyante, ce dernier sera le timbre, pensé par Claude Vivier au travers d'un des concepts fondamentaux de la musique spectrale : la synthèse sonore (un concept dont le but consiste à créer des sonorités nouvelles complexes en imaginant les conséquences de la mise « en œuvre » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-vivier/#i_22159

VOCALE DISTRIBUTION

  • Écrit par 
  • Sophie COMET, 
  • Denis MORRIER
  •  • 5 018 mots

Dans le chapitre « Les principaux types de voix »  : […] Le Chevalier à la rose), Inigo (L'Heure espagnole, Ravel, 1911). Certains timbres sont d'ailleurs accusés au point d'influencer la composition de personnages, tel le trial s'employant aussi à traduire le comique ou le populaire : Bertrand (Le Déserteur, Monsigny, 1769), Ali (Zémire et Azor, Grétry, 1771), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distribution-vocale/#i_22159

VOIX, esthétique

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 5 156 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le souffle »  : […] . Il y a, selon Zeami, deux sortes de voix : la voix horizontale qui procède de l'expiration, et la voix verticale qui a le timbre de l'inspiration, c'est-à-dire le timbre du son filé. « Par cet usage de l'expiration et de l'inspiration, on obtiendra une sensibilité sonore qui enrichit la voix et qui colore le chant » (traduction d'Akira Tamba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voix-esthetique/#i_22159

Voir aussi

Pour citer l’article

Émile LEIPP, « TIMBRE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/timbre-musique/