TIMBRE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les transitoires

Un son musical ne s'établit et ne s'éteint pas instantanément. On appelle « transitoires » les phénomènes acoustiques évolutifs en présence lors de l'établissement et de l'extinction des sons. La durée de ces phénomènes transitoires, mais aussi l'ordre d'apparition et d'extinction des divers composants des sons (harmoniques et partiels), conditionnent largement le timbre. Dès l'apparition de la bande magnétique, il a été facile de montrer que les transitoires conditionnent très largement le timbre. En effet, il suffit de lire une bande de musique de piano à l'envers pour confondre le timbre du piano avec celui de l'accordéon ; il suffit de couper les attaques du violon pour ne plus reconnaître l'instrument ; il suffit de « gonfler » artificiellement l'extinction d'un accord de piano pour penser qu'il s'agit d'un accord d'orgue !

Comme on le voit, la notion de timbre recouvre une combinatoire très compliquée de nombreuses variables. Il faudrait encore citer les modifications de timbre dues à la salle où se joue l'instrument : tel violon paraît « sec », « maigre » dans un petit local très amorti et « sonne » à merveille, avec un timbre « moelleux » et « riche », dans telle salle réverbérante. Il convient une fois encore d'insister sur le rôle de l'oreille individuelle dans l'appréciation du timbre. Une oreille « jeune », statistiquement, perçoit bien l'aigu et le suraigu qu'une oreille plus âgée ou pathologique perçoit mal : pour les uns, tel instrument est « agressif » ; pour d'autres, il est « chaud » et « rond ».

D'une façon très générale, si le timbre de tel ou tel instrument dépend de la nature de l'excitation et des particularités physiques du corps sonore, le musicien peut plus ou moins agir sur le timbre en cours de jeu. Sur un même instrument, tel musicien a une « jolie sonorité », tel autre un « vilain timbre »... On notera encore que l'appréciation de la qualité du timbre est largement fonction du conditionnement musical auquel a été soumis l'auditeur : tel musicien indien ne peut supporter le timbre du piano ; tel musicien européen honnit le timbre de la vièle à deux cordes vietnamienne...

Le concept de timbre n'a donc pas la belle simplicité qu'on lui attribuait naguère, et les variables psychophysiologiques y comptent peut-être autant que les variables physiques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., chargé de cours d'acoustique au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Autres références

«  TIMBRE, musique  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRES (G. Ligeti)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 284 mots

Le 22 octobre 1961, Atmosphères est créé au festival de Donaueschingen. Cette œuvre de György Ligeti constitue l'acte de naissance de la musique dite statique, qui marque une mutation profonde – mais non pas l'abolition – de l'essence même du sérialisme et du postsérialisme, la discontinuité : « Ma musique – dit Ligeti – donne l'impression d'un courant continu qui n'a ni début ni fin. Sa caractér […] Lire la suite

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 470 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le timbre »  : […] Nous sommes capables de distinguer une note jouée au piano d'une même note jouée à la trompette ou au violon. L'attribut perceptif qui nous permet de faire cette distinction entre des sons ayant même hauteur et même sonie est le timbre. Contrairement à la sonie et à la hauteur, qui peuvent globalement être considérés comme des attributs perceptifs unidimensionnels, le timbre est multidimensionnel […] Lire la suite

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui est un des moyens d'expression privilégié par les […] Lire la suite

GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 755 mots

Dans le chapitre « Berlioz, musicien de l'avenir »  : […] Même si Berlioz ne donne pas véritablement de recette pour devenir un bon orchestrateur, son traité renferme néanmoins de nombreuses indications judicieuses et originales. Il détermine avec sûreté un grand nombre de nouvelles règles dans l'art d'assembler les timbres, ce qui fait de lui le premier musicien expérimental. Pourquoi expérimental ? D'abord parce que Berlioz a eu de nombreuses intuitio […] Lire la suite

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 434 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Reconstitution et recréation »  : […] « Comprendre les intentions du compositeur signifie les transmettre selon la compréhension qu'on en a [...]. Les exécutions les plus impressionnantes d'une œuvre ne sont pas toujours celles qui sont les plus „justes“ historiquement... Il faut jouer de la façon la plus sublime, la plus visionnaire, émouvante, mystérieuse, recueillie, humoristique, gracieuse possible – mais cette exigence morale sou […] Lire la suite

LÉVINAS MICHAËL (1949- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 429 mots

Dans le chapitre « Un alchimiste du son »  : […] Né le 18 avril 1949 à Paris, Michaël Lévinas – fils du philosophe Emmanuel Lévinas – étudie au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il a notamment Olivier Messiaen comme maître en composition, Yvonne Lefébure, Vlado Perlemuter et Yvonne Loriod comme professeurs de piano. Son parcours est également marqué par ses rencontres avec Karlheinz Stockhausen, György Ligeti et Iannis Xen […] Lire la suite

LIGETI GYÖRGY

  • Écrit par 
  • Danielle COHEN-LÉVINAS
  •  • 2 641 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ligeti et le timbre : le substrat expressif »  : […] À partir d’ Atmosphères (1961), le cheminement et l'évolution de la pensée musicale de Ligeti ont obéi à une logique interne étonnamment fidèle à celle du jeune homme solitaire qui avait reçu l'empreinte et le message indélébile de l'intense concentration bartokienne. Les œuvres écrites après 1960 sont presque toutes des jalons importants de la musique d'aujourd'hui : Volumina , pour orgue (1962) […] Lire la suite

MESSIAEN OLIVIER

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 053 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les timbres »  : […] Lorsque Messiaen lit une partition musicale, il voit des couleurs associées aux sons et bougeant selon leur résonance ; il note parfois des couleurs sur ses partitions et il utilise les timbres en coloriste, pour donner à un accord sa teinte exacte, pour éclairer un canon rythmique ou mélodique, pour traduire la texture particulière d'un chant d'oiseau. Le goût du timbre employé comme une couleur […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique d'Afrique noire

  • Écrit par 
  • Charles DUVELLE
  •  • 9 316 mots

Dans le chapitre « Instruments de musique et primauté du timbre complexe »  : […] Le nombre de types d'instruments musicaux recensés jusqu'à présent en Afrique est considérable. Il existe d'abord de multiples façons dont le corps humain, les éléments naturels, les objets de toute sorte peuvent être utilisés comme instruments de musique : battements de mains, entrechocs et percussions corporelles, abdomen résonateur (arc musical) ; battage rythmé de l'eau ; pilons percutés sur […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 044 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Perception et musiques nouvelles »  : […] Il est possible de distinguer deux grandes tendances dans l'évolution de la musique depuis le début du xx e  siècle : celle qui accorde la primauté aux relations entre les sons – illustrée, par exemple, par les compositeurs sériels – et celle qui s'attache à l'élaboration du son lui-même, et qui consiste, selon Jean-Claude Risset, à « sculpter le son, agir à la naissance des processus sonores, [.. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Émile LEIPP, « TIMBRE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/timbre-musique/