STEWART THOMAS (1928-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu de chanteurs américains ont, comme le baryton Thomas Stewart, réussi à se hisser parmi l'élite du chant wagnérien. Succéder au monumental Hans Hotter dans Wotan et le Wanderer, tel fut le défi relevé par celui-là, avec un style et des moyens certes sensiblement différents, mais aussi avec une sincérité et une intelligence qui forcent le respect.

Thomas James Stewart naît le 29 août 1928 à San Saba, au Texas. Dès l'âge de dix ans, il montre d'exceptionnelles dispositions vocales. Il effectue d'abord des études de mathématiques, devient chercheur, puis entre à la Juilliard School of Music de New York, où il travaille notamment avec le baryton Mack Harrell. Les premiers pas sur scène du jeune baryton datent de 1954 : il chante La Roche pour la première américaine – à la Juilliard School – de Capriccio de Richard Strauss ; cette même année, il est recruté par le New York City Opera, où il incarne Le Commandeur (Don Giovanni de Mozart). En 1955, il épouse Evelyn Lear, soprano issue elle aussi de la Juilliard School et promise à une brillante carrière. Grâce à une bourse Fulbright, le couple peut, en 1956, partir se perfectionner en Europe. À la Hochschule für Musik de Berlin, Thomas Stewart bénéficie des conseils du baryton-basse Jaro Prohaska. Sa notoriété s'établit. En 1958, il est admis à la Städtische Oper de Berlin, qui lui offre Don Fernando (Fidelio de Beethoven), Escamillo (Carmen de Bizet) et le rôle-titre de Don Giovanni de Mozart. Thomas Stewart appartiendra à la troupe de cette prestigieuse institution (devenue Deutsches Opernhaus Berlin en 1961) jusqu'en 1964.

En 1960, le festival de Bayreuth fait appel à lui, pour Donner (L'Or du Rhin), Gunther (Le Crépuscule des dieux) et Amfortas (Parsifal). Il apparaîtra à Bayreuth jusqu'en 1972, s'y imposant sous les traits de Donner (1960 et 1961), de Gunther (1960 et 1961, 1965-1969, 1972), du Hollandais (Le Vaisseau fantôme, 1965 et 1971), de Wolfram (Tannhäuser, 1966-1967) et, surtout, d'Amfo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « STEWART THOMAS - (1928-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-stewart/