HOTTER HANS (1909-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hans Hotter

Hans Hotter
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Schubert, Voyage d'hiver: Gute Nacht

Schubert, Voyage d'hiver: Gute Nacht
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique


Il était, physiquement et musicalement, taillé pour incarner les dieux et les prophètes. Mais derrière la stature de géant et l'immensité vocale qui ont fait de Hans Hotter le Wotan du xxe siècle se dissimulait l'humanité simple et chaleureuse de l'un des plus grands chanteurs de lieder de l'ère du disque.

Hans Hotter

Hans Hotter

Photographie

Le baryton-basse autrichien d'origine allemande Hans Hotter (Wotan) et la soprano finlandaise Anita Välkki (Brünnhilde) au Covent Garden de Londres en 1961, dans La Walkyrie de Richard Wagner, mise en scène par Hans Hotter lui-même et dirigée par Georg Solti. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Un chant aristocratique

Hans Hotter, né à Offenbach-sur-le-Main (Allemagne) le 19 janvier 1909, étudie à Munich la philosophie et la musicologie, suit des cours de chant, d'harmonie et de direction d'orchestre. Tout semble alors le destiner à la carrière de chef. Mais, en 1929, le triomphe qu'obtient le jeune baryton-basse au cours d'un premier récital en décide autrement. Il travaille alors avec Matthäus Römer, héritier de Jean De Reszke, qui lui transmet la tradition esthétique et la technique de chant du bel canto. Dès 1930, il fait ses premières apparitions sur les planches, à Troppau. Le Théâtre allemand de Prague l'appelle de 1932 à 1934. Il y rencontre Fiodor Chaliapine, qui exerce une influence déterminante sur son style.

Clemens Krauss, qui suit depuis quelques années les premiers pas prometteurs de ce jeune professionnel, et qui vient d'être nommé intendant de la Bayerische Staatsoper de Munich, l'engage en 1937 dans cette prestigieuse institution, où Hotter restera jusqu'en 1972. Il débute sur la scène bavaroise dans l'Orateur (La Flûte enchantée de Mozart), y chante Pizarro (Fidelio de Beethoven), le rôle-titre de Boris Godounov de Moussorgski, celui de Falstaff de Verdi, Iago (Otello de Verdi) et se fait très vite, à la suite de Friedrich Schorr et de Rudolf Bockelmann, une place dans le cercle très étroit des Heldenbariton wagnériens : à Munich, il interprète Wotan de L'Or du Rhin et le Wanderer de Siegfried, mais il faut attendre 1941 avant de le voir incarner le Wotan de La Walkyrie. En 1938, Hans Hotter fait une entrée [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOTTER HANS (1909-2003)  » est également traité dans :

GOERNE MATTHIAS (1967- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Papageno à Wotan »  : […] Matthias Goerne naît à Chemnitz (Saxe) le 31 mars 1967. Il commence très tôt son éducation musicale et pratique la discipline collective des chœurs d’enfants. Il aborde l’étude du chant en 1985 à la Musikhochschule de Leipzig avec Hans-Joachim Beyer. C’est auprès de Dietrich Fischer-Dieskau et d’Elisabeth Schwarzkopf qu’il vient se perfectionner. En 1989, il est lauréat du concours international R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthias-goerne/#i_89784

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « HOTTER HANS - (1909-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-hotter/