QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une conscience coupable

Dès l'enfance, De Quincey semble accablé par un fort sentiment de culpabilité qui le pousse à accomplir des actes suspects comme l'épisode qu'il confie dans ses Confessions d'une lettre reçue par erreur contenant une somme de quarante guinées dont il est probable qu'il la jeta dans un fleuve, se sentant coupable « à l'avance ». On se demande ce qui fut déterminant dans la formation de cette conscience coupable : la lecture assidue de la Bible, la sévérité maternelle, ou le fait de survivre à tant de mortes aimées. Très tôt il fut pénétré d'un masochisme soigneusement encouragé par son frère aîné William, cruel et brutal ; masochisme dont on retrouve la trace dans des rêves de passivité et d'impuissance, dans des visions où l'homme demeure paralysé par l'inéluctable et rapide approche d'un phénomène naturel comme la crue d'une rivière ou la venue d'un tremblement de terre. Son imaginaire est hanté, comme plus tard celui de Nerval, par un Orient maléfique peuplé d'animaux fabuleux et horribles, univers dont il est à la fois l'idole et la victime. On y trouve d'étranges personnages comme celui du Malais, une attirance morbide de la peur, une attente terrifiée, presque voluptueuse, de la seconde ultime où l'événement à la fois éclate et se fige, comme dans La Révolte des Tartares (Revolt of the Tartars) et La Nonne militaire d'Espagne (The Spanish Military Nun). Un double mouvement anime De Quincey : le désir d'une chute, d'une perte du moi dans l'infini obscur (le dédale londonien, l'opium, le rêve), et celui de la rédemption (visions mystiques inspirées de la Bible, rêves de Madones). Sa culpabilité s'exprime jusque dans sa description angoissée des gravures de Piranèse que Coleridge lui avait fait connaître. L'architecture (si chère à sa mère) est d'ailleurs essentielle à cet univers où la nature est élaborée et symbolique comme celle d'un Poe et d'un Baudelaire. Nul mieux que ce dernier n'a su parler de De Quincey ; il y a entre eux de frappantes affinités, et la meilleure approche possible de l'écrivain anglais est donnée par le commentaire, plein d'intuitions prodigieuses (notamment le fragment intitulé Chagrins d'enfance), dont Baudelaire a enrichi son adaptation des Confessions. En même temps, la réflexion que De Quincey lui a suggérée est d'une extrême richesse pour ceux que tente la méthode critique de la psychobiographie. Baudelaire a admirablement saisi le côté digressif de De Quincey, propre à ceux que hantent les événements de l'enfance, sa sensibilité presque féminine, tournée vers « les attractions du tombeau », son désir de revoir et de reconnaître. Pour tous deux, le cerveau est un palimpseste où ce qui s'avère le plus douloureusement gravé sont « les profondes tragédies de l'enfance » aux « immortelles empreintes ». Cette idée que rien ne s'efface se retrouve chez Coleridge et chez Gautier. L'influence de De Quincey sur les Français est d'ailleurs importante, notamment sur Balzac, Gautier et Nerval, Alfred de Musset ayant donné une première et très libre traduction des Confessions. Un des moments les plus saisissants que De Quincey se plaît à décrire est celui d'une vision globale à l'instant de la mort où, puisque rien ne se perd, toute la vie est vécue en raccourci, tout réapparaît de l'être « que lui-même ne connaissait plus mais qu'il est cependant forcé de reconnaître comme lui étant propre ». Tout comme Baudelaire, De Quincey avait célébré les «  correspondances », thème déjà rencontré chez son auteur allemand préféré, Jean Paul. Dans une formule remarquablement moderne, où semble implicitement exprimée la nécessité de devoir débusquer la trame des associations d'idées pour mieux suivre les cheminements inconscients, il écrit : « La plupart des pensées et des sentiments profonds nous viennent, non pas directement et dans leurs formes nues et abstraites, mais à travers des combinaisons compliquées d'objets concrets, nous parviennent involués (si je puis forger ce mot) dans des expériences complexes qu'on ne saurait désenchevêtrer. » Ces associations et correspondances dont l'écrivain saisit l'importance ne sont pas seulement basées sur l'analogie, mais sur des antagonismes (tels la mort-l'été) d'où naît une sorte d'extase violente, mode de révélation à travers les contraires que l'on retrouve chez Yeats, Powys ou Joyce. L'importance du rêve est capitale chez l'auteur des Confessions. Bien avant Freud, comme Jean Paul, il en a compris le caractère révélateur et obsessionnel. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)  » est également traité dans :

CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 863 mots

Les Confessions d'un mangeur d'opium anglais assurèrent à Thomas De Quincey (1785-1859) la célébrité de son vivant et un rang honorable dans l'histoire de la littérature anglaise de l'époque romantique. Non qu'il n'ait rien écrit d'autre. Au contraire : il publia quelque cent cinquante […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Installation de la bourgeoisie »  : […] Un groupe d'« excentriques » reflète le climat bourgeois (Biedermeier) de l'époque victorienne naissante. Charles Lamb (1775-1834), le créateur de l'essai romantique pénétré de lyrisme en sourdine (« Blakesmoor in H...shire », « Dream Children », « Old China », dans le volume Essays of Elia ) et d'humour (« Mrs. Battle's Opinions on Whist », « Dissertation upon Roast Pig », dans le même volume), f […] Lire la suite

HALLUCINOGÈNES, littérature

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 055 mots
  •  • 1 média

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus tard, dans Les Parad […] Lire la suite

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 583 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aux origines du roman policier »  : […] Le roman policier est peut-être né avec l' Œdipe roi de Sophocle. Œdipe mène l'enquête sur un crime ancien, l'assassinat du roi de Thèbes. Il découvrira le coupable : lui-même... l'enquêteur était le meurtrier. Plus traditionnellement, on fait remonter les débuts du genre au Zadig (1748) de Voltaire. Le héros y reconstitue, à partir de traces dans le sable, le signalement de la chienne de la rei […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Diane de MARGERIE, « QUINCEY THOMAS DE - (1785-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-de-quincey/