CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De QuinceyFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Confessions d'un mangeur d'opium anglais assurèrent à Thomas De Quincey (1785-1859) la célébrité de son vivant et un rang honorable dans l'histoire de la littérature anglaise de l'époque romantique. Non qu'il n'ait rien écrit d'autre. Au contraire : il publia quelque cent cinquante essais, dont plusieurs restent marquants ; en particulier De l'assassinat considéré comme l'un des beaux-arts (1827), La Malle-Poste anglaise (1849) et Suspiria de profundis (1845), qui vint s'ajouter aux Confessions.

Né en 1785 à Manchester, De Quincey voulut rompre avec sa famille en s'enfuyant en 1802 de l'école où il faisait ses études, dans l'idée de rencontrer ses poètes vénérés, Coleridge et Wordsworth. Il se rendit en fait à Londres, où il vécut misérablement et connut la jeune prostituée Ann, grande figure – à la fois angélique et initiatrice – des Confessions. Réconcilié avec sa famille, il devint en 1803 étudiant à Oxford, qu'il fréquenta par intermittence. Pour soulager des douleurs faciales intolérables, il se tourna vers l'opium en 1804 ; il devait continuer à en consommer sous forme de laudanum à peu près jusqu'à la fin de sa vie, parfois à très hautes doses. Il finit par faire la connaissance de Coleridge, puis de Wordsworth. Ayant reçu un petit héritage en 1806, il le gaspilla promptement. De Quincey épousa en 1817 Margaret Simpson, après la naissance de leur fils en 1816. Il lui fallut alors écrire pour vivre. Il produisit surtout des articles pour divers magazines. C'est ainsi que parurent en 1821 dans le London Magazine ses Confessions, avant de devenir un livre en 1822 et de faire l'objet d'une nouvelle édition augmentée en 1856. De Quincey resta cependant en butte aux difficultés financières. À la fin de sa vie il révisa ses écrits et rassembla ses œuvres complètes en quatorze volumes.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey  » est également traité dans :

HALLUCINOGÈNES, littérature

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinogenes-litterature/#i_28279

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « La hantise de la mort »  : […] L'enfance de Thomas De Quincey le destine à devenir un de ces artistes hantés par l'antérieur comme le furent Baudelaire et Proust. Il est né à Manchester d'un père tuberculeux obligé de plus en plus de s'éloigner des siens. Sa mère, autoritaire et remarquable, dut, seule, élever une famille de huit enfants. Thomas est le cinquième, chéri par trois sœurs aînées ; circonstance dont l'importance est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-de-quincey/#i_28279

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvère MONOD, « CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/confessions-d-un-mangeur-d-opium-anglais/