CARLYLE THOMAS (1795-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Unité et contradiction

À première vue, on serait tenté de penser que Carlyle est devenu un polygraphe quelconque. Pourtant, s'il est incontestable qu'il y a coupure entre Sartor Resartus et les ouvrages historiques ou politiques qui le suivent, on ne peut manquer de reconnaître à l'ensemble de son œuvre l'unité d'un style, la cohérence d'une écriture. Les nommer « calvinistes », c'est en résumer les caractéristiques. De son enfance puritaine et défavorisée, Carlyle garde toute sa vie un vif dégoût pour les grâces surannées du langage bourgeois, plus précisément pour « la platitude emphatique, la prolixité prudente et l'ennui confus, sentimental et moralisateur » du style à la mode. Il s'exclut volontairement de cette communion des beaux parleurs que décrit Marx dans l'article qu'il lui consacre en 1850, et, tel le puritain avec son Dieu, lutte pour établir avec la matière brute de la langue des rapports personnels, immédiats. De là une idiosyncrasie stylistique, une surabondance de métaphores qu'on a trop vite fait de mettre au compte de ses extravagances.

Car ce choix place Carlyle devant une contradiction dont résulte Sartor Resartus. Le renoncement au monde l'amène certes à dépasser un art qui s'est réduit à la fabrication d'une pâle copie de la réalité : mais ce dépassement qui se veut mise au service de la réalité, de Dieu, risque à tout moment de déboucher sur une contestation romantique de cette réalité, la parole du prophète qui dit le sacré laissant insidieusement place à la parole du poète dont le monde qu'il crée aspire à faire concurrence à la réalité divine. De même, le renoncement à soi, dans la lignée calviniste, tend à se transformer en son contraire : une affirmation de soi non exempte de narcissisme. Sartor Resartus illustre ce conflit entre une dépendance voulue à l'égard d'une réalité transcendante et l'exploration passionnée d'une réalité personnelle, entre une conception ontologique et une conception analogique de la métaphore, entre le renoncement à soi et la recherche de soi. Il contient aussi une esquisse de solution : à travers la biographi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'anglais, maître assistant à l'université de Nice

Classification


Autres références

«  CARLYLE THOMAS (1795-1881)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

ARNOLD MATTHEW (1822-1888)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 1 606 mots

Dans le chapitre « Le professeur Arnold »  : […] Livré à lui-même, stimulé par l'exotisme persan ou la mythologie nordique, rehaussé par les comparaisons homériques et les effets de « style sublime », le classicisme n'a produit, dans la tragédie grecque de Merope , dans Sohrab and Rustum et Balder Dead que des exercices académiques et anémiques, une sorte de « poésie appliquée », illustrant moins la poésie que la chaire de poésie qu'Arnold occu […] Lire la suite

DICKENS CHARLES (1812-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 3 462 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La recherche »  : […] Ce qui caractérise la dernière période de sa vie (1852-1870), c'est un effort délibéré de renouvellement dans plusieurs directions successives. Celle du roman social est explorée dans Les Temps difficiles ( Hard Times , 1854), plaidoyer généreux mais imprécis et d'ailleurs bref pour une amélioration du sort des ouvriers. La Petite Dorrit ( Little Dorrit , 1855-1857) a de nouveau l'ampleur des roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FUCHS, « CARLYLE THOMAS - (1795-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-carlyle/