GAUTIER THÉOPHILE (1811-1872)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gautier et Baudelaire

Baudelaire a inscrit le nom de Gautier à la première page des Fleurs du mal. Se reconnaissait-il en lui ? Et quelle fut la mesure ou quelles furent les limites de sa sincérité ? L'article qu'il lui consacra suggère cette mesure et dessine ces limites. Mais on trouve un goût baudelairien à tel poème de Gautier intitulé « Débauche ». Il y a dans la « Symphonie en blanc majeur » de ces variations sur le thème des correspondances que le xviiie siècle avait transmis au romantisme et que le romantisme transmettra au symbolisme. Dans un poème intitulé « Cariatides », il y a ce même type de transpositions d'art – autre effet de correspondances – que dans « Les Phares ». Surtout, ces autres correspondances, celles qui vont au-delà des sens et des techniques, qui entrent dans les intimes rapports du monde extérieur et du monde intérieur, Baudelaire les a senties, assurément, par lui-même ; mais Gautier avait trouvé des mots où résonne le même dialogue de l'homme et de l'âme :

Devers Paris, un soir, dans la campagne, J'allais suivant l'ornière du chemin, Seul avec moi, n'ayant d'autre compagne Que ma douleur qui me donnait la main.

Allégorie encore, personnification de l'invisible en figures de peinture décorative ; pourtant un halo enveloppe cette poétique menacée par la rhétorique. L'hallucinatoire et l'onirique créent une perspective en faux jour. Comme dans « Le Bateau ivre » d'Arthur Rimbaud qui, lui aussi, vient pour une part de Gautier.

Ces résonances, qui se prolongent dans l'époque fin de siècle, assurent à ce poète, qui certains jours aspirait au néant, une postérité qui, parfois, le méconnaîtra.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines de Besançon

Classification

Autres références

«  GAUTIER THÉOPHILE (1811-1872)  » est également traité dans :

ARTISTE L', revue d'art

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sous le Second Empire : L'Artiste dirigé par Gautier »  : […] Les unions sacrées ne durent guère après les victoires. La bataille du romantisme gagnée, comment pouvait évoluer L'Artiste  ? Après l'entrée de Delacroix à l'Institut, la revue perd de son élan et, en un certain sens, voit se dissoudre sa raison d'être. Non que son but ultime eût été de faire entrer le lion sous la coupole, mais la lutte contre les valeurs académiques, même si l'École des beaux a […] Lire la suite

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xix e  siècle, qui dépasse lar […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les jolies mortes : « La Sylphide », « Giselle » »  : […] Les conditions historiques seront pourtant bientôt réunies pour une renaissance profonde du ballet. La Révolution et l'Empire ont passé. Sous l'influence croissante d'une Église qui empêche les paysans de danser et qui fait fermer l'Opéra de Paris, la Restauration favorise l'apparition d'un nouveau type de danseuse. Certes, Geneviève Gosselin était déjà montée sur pointes, mais Marie Taglioni don […] Lire la suite

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 902 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question de l'Art pour l'Art »  : […] Théophile Gautier (1811-1872) est sans doute épargné par les attaques ou les remarques acerbes de Baudelaire, qui lui rend au contraire hommage dans la dédicace des Fleurs du mal , toujours maintenue en tête du recueil. Pourtant les rapports qu'il entretient avec l'école de l'Art pour l'Art sont complexes. Sans doute pour lui la poésie n'a-t-elle « d'autre but qu'elle-même », comme il le souligne […] Lire la suite

BERLIOZ HECTOR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 777 mots
  •  • 8 médias

11 décembre 1803 (19 frimaire an XII) Louis-Hector Berlioz naît à La Côte-Saint-André (Isère). 5 décembre 1830 La Symphonie fantastique est créée à la Société des concerts du Conservatoire, à Paris, sous la direction de François Antoine Habeneck . 3 octobre 1833 Hector Berlioz épouse l'actrice irlandaise Harriet Smithson à l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris, en présence de Franz Liszt, pre […] Lire la suite

BOHÈME

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 3 351 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Formation d'un stéréotype »  : […] Comme l'a justement souligné Alfred Delvau, « la Bohème est fille de la Révolution de 1830 et du Romantisme ». Elle trouve sa configuration particulière dès lors que l'homme de lettres revendique le statut d'artiste au contact de la vie des ateliers de peinture. Sous l'angle du divorce avec la société bourgeoise, la bohème s'affirme d'abord comme « dandysme » (bohème dorée) et, sous celui de la li […] Lire la suite

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Petit Cénacle »  : […] Petite communauté romantique dont l'existence se situe entre les années 1829 et 1833 et qui se composait d'étudiants en beaux-arts, épris de littérature nouvelle ; le « Petit Cénacle » rend hommage, par son nom, au Cénacle de Victor Hugo. Certains, comme Théophile Gautier et Gérard de Nerval , connurent la célébrité de leur vivant et contribuèrent, le premier surtout avec son Histoire du romant […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Écrivains et critiques d'art »  : […] «  salon (faire le). Début littéraire qui pose très bien son homme. » Cette boutade de Flaubert n'est pas qu'une « idée reçue », c'est un constat : de fort nombreux écrivains ont mis cette stratégie en pratique, au point que l'approche de la critique d'art fut longtemps l'affaire des seuls historiens de la littérature. Jusque vers 1890, il n'existe pas vraiment de commentateurs professionnels, d' […] Lire la suite

ELSSLER FRANZISKA dite FANNY (1810-1884)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 639 mots

Danseuse autrichienne, née à Gumpendorf, près de Vienne. Fille du copiste et confident de Joseph Haydn, Fanny Elssler ne sera pas une danseuse enfermée dans les milieux du spectacle (elle sera la maîtresse du duc de Reichstadt ; voir L'Aiglon d'Edmond Rostand !). Elle étudie la danse avec Aumer, avant de débuter à Vienne au théâtre de la Porte de Corinthe. Elle se produit ensuite en Allemagne, en […] Lire la suite

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un thème romantique »  : […] On trouve le rêve exotique chez Heinse ( Ardinghello ,1787), Wackenroder ( Herzensergiessungen eines kunstliebenden Klosterbruders , 1797), Coleridge ( Kubla Khan , 1798), et chez Thomas Wainewright, qui doit sa renommée surtout au portrait que donna de lui Oscar Wilde dans Intentions (« Pen, Pencil and Poison »). Devançant Gautier, Wainewright dépeint avec une voluptueuse fantaisie un monarque o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre MOREAU, « GAUTIER THÉOPHILE - (1811-1872) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-gautier/