THÉODORE GÉRICAULT ET LE ROMANTISME(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 1812 Géricault présente au Salon Portrait de M. D***, dit aujourd'hui Officier de chasseurs à cheval chargeant (musée du Louvre). L'œuvre surprend par sa composition en diagonale et en profondeur, par la vigueur de la touche et du coloris, par l'ambiguïté du sujet, à la fois un portrait et un tableau de bataille, enfin par son format monumental.

  • 1814 L'Officier de chasseurs à cheval chargeant est à nouveau exposé au Salon, avec en pendant le Cuirassier blessé quittant le feu (Louvre). Par ces deux portraits de soldats anonymes présentés ensemble, Géricault donne une image emblématique de l'histoire immédiate et de la chute de l'Empire, allant à l'encontre des codes traditionnels de la représentation des événements contemporains dans la peinture.

  • 1816-1817 Géricault voyage en Italie. Si cette période est marquée chez lui par une étude approfondie de l'art classique, et si ses projets prennent une teinte plus traditionnelle (par exemple lorsqu'il envisage de traiter comme un bas-relief antique une scène de l'Italie contemporaine, le départ de la course de chevaux organisée à Rome pendant le carnaval), il reste cependant attaché aux sujets de son temps.

  • 1817-1818 De retour à Paris, Géricault se consacre à la lithographie. Il exécute de nombreux sujets militaires, qui dénotent chez lui une inspiration plus explicitement politique. En peinture, il avait envisagé de traiter un fait-divers monté en scandale politique, l'assassinat du magistrat bonapartiste Fualdès.

  • 1819 Géricault expose au Salon Scène de naufrage, appelé aujourd'hui Le Radeau de la Méduse (musée du Louvre). L'œuvre est bien accueillie par le public, mais n'est pas achetée par le gouvernement (elle le sera à la vente après décès de Géricault, lorsque l'évolution politique aura gommé ce qu'elle pouvait receler d'allusions trop critiques vis-à-vis du gouvernement de la Restauration). Géricault va l'exposer en Grande-Bretagne, notamment à Londres, en 1820, où elle rencontre un très grand succès.

  • 1820-1821 Le premier séjour de Géricault en Angleterre marque une évolution da [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « THÉODORE GÉRICAULT ET LE ROMANTISME - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-gericault-et-le-romantisme-reperes-chronologiques/