Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRES DU MONDE La tradition indienne

Le théâtre indien traditionnel est tout à la fois art littéraire, musique, danse et architecture. Ses origines plongent dans un passé insondable. On a cru un moment pouvoir y déceler une influence grecque. Mais les analogies entre le théâtre grec et le théâtre indien sont plus rares que leurs divergences ne sont profondes et paraissent s'expliquer par le jeu des coïncidences. Sylvain Lévi, dans son admirable Théâtre indien (publié en 1890, cet ouvrage déclencha un puissant mouvement d'intérêt pour la dramaturgie indienne), préoccupé de donner au drame sanskrit une base historique et renonçant à découvrir scientifiquement ses sources lointaines (entreprise restée impossible à réaliser), le fit surgir sous les Śaka, envahisseurs venus d'Asie centrale. Sten Konow fut le seul à admettre cette hypothèse, la localisant même à Mathurā, au milieu du ier siècle de notre ère. Cependant, la découverte, à partir de 1910, de treize ouvrages dramatiques d'inspiration soit ramaïte, soit krishnaïte, attribués à Bhāsa dont on croyait l'œuvre perdue, et prédécesseur de Kālidāsa qui le cite ; celle, en 1911, de fragments de drames bouddhiques conservés sur feuilles de palmier, notamment le Śāriputra-prakarana, donné par la tradition comme l'œuvre d' Aṣvaghosa, contemporain du roi Kanishka au ier siècle de notre ère, font rejeter la possibilité d'une origine étrangère.

D'ailleurs, bien avant cette période préclassique que ces œuvres éclairent, il se produisit vraisemblablement une préparation védique. Le rituel comportant des scènes dramatisées, les joutes religieuses qui, dans le cadre des grandes solennités, engendrèrent les premiers essais de composition dramatique, et surtout le sacrifice védique précédé d'un prologue, où interviennent des processions, des paroles entremêlées de chants, et qui se termine par un épilogue, n'annoncent-ils pas un drame en puissance ? Et ce drame a jailli également des mythes indigènes pour évoluer vers un théâtre spécifiquement indien.

Dans sa forme classique, il est d'expression sanskrite et adopte le genre noble ou « héroïque » ou celui de la « comédie de harem ». Or, depuis l'ère chrétienne, bien que l'apogée du théâtre sanskrit se plaçât au ve siècle avec Kālidāsa, on ne cessa jamais de composer dans la « langue des dieux » qui se prête aujourd'hui encore à une production théâtrale assez active.

Parallèlement d'ailleurs, aux environs du xiiie et du xive siècle, à mesure qu'atteignaient l'expression littéraire les langues dérivées du sanskrit, il se constitua un nouveau répertoire s'ajoutant à celui qu'élaboraient les langues dravidiennes, spécialement le tamil, ou tamoul, et le télougou, ou telugu, qui bénéficiaient d'un très long passé.

Un nouveau théâtre réaliste, fait d'action, non religieux, a commencé à s'esquisser dans l'Inde vers le milieu du xixe siècle. Il a d'abord donné lieu, sous l'influence des Anglais, à des compositions d'un type sagement bourgeois et aussi à des adaptations des auteurs occidentaux. Elles étaient surtout destinées aux étrangers résidant dans l'Inde et ne répondaient pas aux besoins du public indigène.

Actuellement, le théâtre indien, par des procédés d'un modernisme parfois hardi, s'emploie à rechercher des moyens d'expression lui permettant d'abolir le cloisonnement dû à l'existence des langues provinciales afin d'atteindre un art vraiment national.

La théorie théâtrale

Selon la tradition qui plonge par ses racines dans la mythologie, le « Traité d'art dramatique » ou Natyaśāstra aurait été obtenu par Brahman lui-même en prélevant sur chacun des quatre Védas la matière nécessaire à la création d'un art total. Ainsi naquit le cinquième Véda qui, en[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit de...
  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    En prose, les genres se multiplient, notamment dans le domaine du théâtre ; le drame populaire, qui existait depuis longtemps, est maintenant écrit : c'est le pya'zaq ; les auteurs sortent de l'anonymat et parfois atteignent la célébrité. En même temps, le drame de cour connaît un très...
  • CARAÏBES - Littératures

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
    • 15 575 mots
    • 4 médias
    ...Pourtant la situation linguistique d'Haïti reste commandée par l'analphabétisme massif : 10 p. 100 seulement des Haïtiens peuvent maîtriser le français. Les écrivains ont cherché à conquérir un public en donnant au créole un rôle plus important, notamment au théâtre. Ce théâtre en créole adapte des chefs-d'œuvre...
  • CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

    • Écrit par Maxime KALTENMARK, Michel SOYMIÉ
    • 7 060 mots
    • 2 médias
    ...sans oublier les encyclopédies journalières et les almanachs. Les œuvres d'imagination sont le roman (lu ou entendu de la bouche des conteurs) et le théâtre, ce dernier surtout. Toutes les œuvres romanesques ou théâtrales n'ont pas, bien entendu, un rapport direct avec la religion, mais les plus goûtées,...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi