CALLIER TERRY (1945-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chanteur, compositeur et guitariste Terry Callier a développé un subtil mélange de soul, de jazz et de folk, marquant la musique afro-américaine de sa voix de velours et de son groove raffiné.

Né à Chicago en 1945, Terry Callier pratique très tôt le piano et la guitare et grandit au côté d'autres artisans de la soul music de Chicago : Curtis Mayfield, Jerry Butler ou encore Major Lance. Dès l'adolescence, il chante dans des groupes vocaux de doo-wop puis enregistre à l'âge de vingt ans The New Folk Sound of Terry Callier pour le label Prestige. Ce premier album, composé de reprises acoustiques de standards, se situe au carrefour du folk et du jazz et se caractérise par l'emploi de deux basses, idée originale que lui inspire la puissance du jeu de John Coltrane et de ses musiciens qu'il va régulièrement voir dans les clubs de Chicago. Il oriente ensuite sa carrière vers la composition en écrivant des chansons pour des artistes du label Chess et en faisant paraître chez Cadet les albums Occasional Rain (1972) et What Color is Love (1973). À une époque où domine l'engagement politique radical des mouvements comme le Black Panther Party et alors que la musique afro-américaine se cherche une identité politique, la soul hypnotique, parfois psychédélique ou encore mélancolique, de Terry Callier est bien reçue par la critique mais ne séduit pas le grand public. Il en sera de même pour les quatre albums suivants parus dans les années 1970 sous le label Elektra Records, dont le très beau I Just Can't Help Myself (1974), où le chanteur témoigne de son amour du jazz, notamment à travers sa reprise de Satin Doll de Duke Ellington.

Dans les années 1980, il met un terme à sa carrière musicale. Il faut attendre la décennie suivante pour que des DJ de la scène trip-hop anglaise, fascinés par ses mélodies planantes et sa voix captivante, lui offrent une nouvelle carrière ou plutôt un inespéré retour en grâce. Dès lors, Terry Callier reprend les tournées et enregistre plusieurs albums, dont Timepeace (1998) pour lequel l'O.N.U. lui attribuera « un prix de la paix ». Il collabore également avec des artistes comme Massive Attack, Urban Species ou encore Beth Orton. Il meurt le 28 octobre 2012 à l'âge de soixante-sept ans.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« CALLIER TERRY - (1945-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/terry-callier/