MALICK TERRENCE (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ruine d'Éden

Les Moissons du ciel se terminaient avec le thème de la guerre et l'évocation de l'entrée des États-Unis dans le premier conflit mondial. À vingt ans d'écart, La Ligne rouge semble reprendre le propos à l'endroit où il s'était interrompu. La guerre est bien présente (le sujet du film, inspiré d'un roman de James Jones, est la bataille de Guadalcanal, en 1942-1943), ainsi que les préoccupations philosophiques et la mélancolie de son auteur. Mais la structure change, et l'on aurait tort de confondre la voix des narratrices des premiers films avec la multiplicité des « interventions vocales » des soldats de La Ligne rouge, forme inédite de polyphonie cinématographique. La grâce infinie du début du film où le soldat Witt vit chez les Mélanésiens indique une harmonie possible : le reste du film, les scènes de bataille et la perception intime de la réalité par différents personnages aboutira là encore à la ruine de l'Éden, et à l'invasion de cet « autre monde ».

Comme les films de Malick marchent jusqu'ici par deux, on retrouve la nage sous-marine – un des motifs du séjour en Mélanésie – au principe du Nouveau Monde ; mais, cette fois-ci, il n'y a pas d'invité, seuls les Indiens éprouvent le plaisir de fendre l'onde. L'unité d'inspiration se confirme par le travail sur les voix intérieures, de moins en moins narratives, toujours plus méditatives, et par l'utilisation du travelling avant, figure qui semble conçue pour l'exploration d'un territoire vierge. Le Nouveau Monde raconte l'histoire du plus authentique rêve américain, celui de la fusion du Nouveau Monde et de l'Ancien. Le mythe de John Smith et de la princesse indienne Pocahontas évoque le deuil initial d'une chance toujours déjà manquée de mutuelle fécondation au sein de ce que Gertrude Stein appelait « le plus vieux pays du monde ». La fusion interdite se réalise pourtant par le biais des voix intérieures. Malick sait aussi composer les images du mythe, comme l'illustre le plan inoubliable de l'arrivée des navires anglais montrée du point de vue du « nouveau » monde et de ses habitants.

Après un dé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification

Autres références

«  MALICK TERRENCE (1943- )  » est également traité dans :

LA LIGNE ROUGE (T. Malick)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 013 mots

Plus de vingt ans après ses deux premiers films, La Ballade sauvage (1973) et Les Moissons du ciel (1978), le cinéaste américain Terrence Malick a réalisé La Ligne rouge (ours d'or du festival de Berlin 1999), un film remarquable sur la guerre, la nature et la condition humaineLibrement adap […] Lire la suite

THE TREE OF LIFE (T. Malick)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 104 mots

Depuis 1974, le cinéaste américain Terrence Malick n'a réalisé que quatre films : La Ballade sauvage (1974), Les Moissons du ciel (1978), La Ligne rouge (1998) et Le Nouveau Monde (2005). Chacun d'entre eux, par son ampleur, ses thèmes et ses qualités d'écriture, a retenu […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un nouveau cinéma musical »  : […] Enfin, parmi les tendances fortes du cinéma parlant à partir des années 1980, il faut signaler le renouvellement du film musical qui se produit dans des directions inattendues. Un film peut avoir un caractère musical sans faire chanter et danser (dans le sens officiel du mot, renvoyant à des techniques apprises) ses personnages. Les derniers films de Terrence Malick, de Tree of Life (2011) à Kn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « MALICK TERRENCE (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/terrence-malick/