MALICK TERRENCE (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En une quarantaine d’années, Terrence Malick a réalisé La Balade sauvage (Badlands, 1973), Les Moissons du ciel (Days of Heaven, 1978), puis, après vingt ans de silence créatif, La Ligne rouge (The Thin Red Line, 1998), Le Nouveau Monde (The New World, 2005), The Tree of Life (palme d’or au festival de Cannes 2011) et À la merveille (To the Wonder, 2012). Ces œuvres ont suffi à faire de lui l'un des plus grands cinéastes de notre temps, dont le nom reste attaché à un thème obsédant, le rapport ambivalent entre l'homme et la nature. Exilés de la création, pouvons-nous renouer avec la vie spirituelle dont la nature est l'expression ? Une telle interrogation, héritée du transcendantalisme américain de Ralph Waldo Emerson et Henry David Thoreau, exige, pour « passer » au cinéma, un recueillement et une puissance de méditation peu compatibles avec les paillettes hollywoodiennes.

Une poétique de l'espace

Né en 1943 à Waco, Terrence Malick grandit au Texas et en Oklahoma, dans les grands espaces des puits de pétrole, du désert et des champs de blé. Bon joueur de football américain, il rejoint Harvard où il se révèle excellent philosophe et suit notamment l'enseignement de Stanley Cavell. Après un passage en Angleterre, il enseigne la philosophie au M.I.T. de Boston et traduit en anglais Vom Wesen des Grundes de Heidegger. Il étudie ensuite le cinéma à l'American Film Institute, travaille à divers scénarios (dont celui de L'Inspecteur Harry), écrit le script de La Balade sauvage qu'il produit et porte à l'écran en 1973. Inspiré d'une histoire vraie, le film, s'il renoue avec les fictions du couple criminel en fuite comme Les Amants de la nuit, de Nicholas Ray, ou Gun Crazy, de Joseph Lewis, n'est pas ancré pour autant dans un romantisme de la fatalité ou de l'exaltation. Révélant Martin Sheen et Sissy Spacek, il présente une vision du monde où alternent la violence et la méditation, toujours fondée sur la relation à la nature et à l'espace américain. La splendeur visuelle s'impose d'emblée. Elle coexiste avec la dimension improba [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification


Autres références

«  MALICK TERRENCE (1943- )  » est également traité dans :

LA LIGNE ROUGE (T. Malick)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 013 mots

Plus de vingt ans après ses deux premiers films, La Ballade sauvage (1973) et Les Moissons du ciel (1978), le cinéaste américain Terrence Malick a réalisé La Ligne rouge (ours d'or du festival de Berlin 1999), un film remarquable sur la guerre, la nature et la condition humaineLibrement adapté du roma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-ligne-rouge/#i_46191

THE TREE OF LIFE (T. Malick)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 104 mots

Depuis 1974, le cinéaste américain Terrence Malick n'a réalisé que quatre films : La Ballade sauvage (1974), Les Moissons du ciel (1978), La Ligne rouge (1998) et Le Nouveau Monde (2005). Chacun d'entre eux, par son ampleur, ses thèmes et ses qualités d'écriture, a retenu l'attention de la critique. S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-tree-of-life-t-malick/#i_46191

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_46191

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_46191

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un nouveau cinéma musical »  : […] Enfin, parmi les tendances fortes du cinéma parlant à partir des années 1980, il faut signaler le renouvellement du film musical qui se produit dans des directions inattendues. Un film peut avoir un caractère musical sans faire chanter et danser (dans le sens officiel du mot, renvoyant à des techniques apprises) ses personnages. Les derniers films […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-parlant/#i_46191

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « MALICK TERRENCE (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/terrence-malick/