TEINTURES PRÉCIEUSES DE LA MÉDITERRANÉE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La découverte des colorants de synthèse au xixe siècle et leur multiplication due aux progrès de l'industrie chimique nous font oublier l'importance qu'avaient auparavant les teintures naturelles. L'œil de l'usager, alors sensible aux moindres nuances, savait distinguer les coloris les plus prestigieux comme la pourpre impériale qui était réservée, à Rome ou à Byzance par exemple, aux vêtements portés par les monarques et leur entourage.

Au musée des Beaux-Arts de Carcassonne, puis au Centre de Documentació i Museu Tèxtil de Terrassa en Espagne du 15 juin au 15 septembre 2000, une exposition a présenté des textiles teints à la pourpre, au kermès ou au pastel, trois colorants parmi les plus puissants et les plus précieux connus dès la préhistoire. Presque tous les documents présentés avaient été analysés dans des laboratoires spécialisés, grâce à des procédés chromatographiques et spectrométriques permettant de déterminer la nature de leurs colorants afin de les regrouper. Ainsi, les visiteurs des expositions avaient pour la première fois la possibilité de voir directement les couleurs obtenues par ces différentes teintures.

La pourpre était la teinture la plus importante dans le monde antique, « ... signe de puissance et de richesse que l'on emporte avec soi jusque dans la tombe ou dont on enveloppe les reliques les plus sacrées » (D. Cardon).

La matière tinctoriale utilisée pour obtenir la couleur pourpre est sécrétée par une glande présente chez plusieurs coquillages marins de la famille des murex. Chaque individu en produit quelques gouttelettes, et pour obtenir 1,4 gramme de pigment de pourpre, il fallait 12 000 mollusques. La couleur obtenue variait selon les espèces de coquillages du violet rouge au violet bleu, mais n'était jamais un véritable rouge.

Des textes anciens (tablettes, manuscrits, livres) relataient la longue histoire des recettes de teinture dans le monde méditerranéen. Notamment l'Histoire naturelle de Pline l'Ancien, « seule source écrite qui n [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Monique LÉVI-STRAUSS, « TEINTURES PRÉCIEUSES DE LA MÉDITERRANÉE (exposition)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/teintures-precieuses-de-la-mediterranee/