PENDERGRASS TEDDY (1950-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Interprète américain de rhythm and blues, Teddy Pendergrass incarna la soul music sophistiquée de la Philadelphie des années 1970 – le fameux Philly Sound (son de Philadelphie) – en tant que chanteur principal du groupe Harold Melvin and The Blue Notes, avant de se lancer avec succès dans une carrière solo.

Né le 26 mars 1950 à Kingstree, en Caroline du Sud, Theodore DeReese Pendergrass chante du gospel dans les églises de Philadelphie et apprend la batterie en autodidacte avant de rejoindre The Blue Notes en 1969. Deux ans plus tard, le groupe signe un contrat avec les producteurs Kenny Gamble et Leon Huff, fondateurs du label Philadelphia International Records, une décision qui va donner naissance à de nombreux « tubes ». Le premier album, éponyme, que Harold Melvin and The Blue Notes enregistre pour cette firme, en 1972, contient notamment les titres à succès I Miss You et If You Don't Know Me by Now. Teddy Pendergrass est alors considéré comme l'un des meilleurs chanteurs masculins de rhythm and blues. Bien qu'il ne possède pas l'étendue vocale d'Al Green ni la virtuosité de Stevie Wonder, il s'impose par sa présence scénique, caractérisée par une masculinité débridée. À partir de 1976, Pendergrass poursuit une carrière solo, mettant à profit son image de don juan baryton, en particulier avec ses célèbres concerts réservés aux femmes (« for women only »). Il connaît de nombreux succès, parmi lesquels I Don't Love You Anymore (de l'album Teddy Pendergrass, 1977) et Love T.K.O. (de l'album TP, 1980).

Un accident de la route qui le laisse paraplégique en 1982 semble remettre en cause sa carrière musicale. Néanmoins, après une année de rééducation, le chanteur sort en 1984 un nouvel album, Love Language, qui deviendra un disque d'or. Il monte de nouveau sur scène en 1985, en fauteuil roulant, à l'occasion du concert de bienfaisance Live Aid donné à Philadelphie. S'il ne retrouve pas le succès d'antan, il parvient à se hisser en tête du hit-parade du rhythm and blues avec des albums comme Joy (1988) et le titre It Should've Been You (de l'album Truly Blessed, 1991). Teddy Pendergrass cesse d'enregistrer en 2006, consacrant une grande partie de son temps à la fondation Teddy Pendergrass Alliance, créée afin de venir en aide aux personnes souffrant comme lui de lésions de la moelle épinière. Il meurt le 13 janvier 2010, à Bryn Mawr, en Pennsylvanie.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  PENDERGRASS TEDDY (1950-2010)  » est également traité dans :

SOUL MUSIC

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 1 719 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diffusion et diversités »  : […] Après des précurseurs audacieux comme Sam Cooke et, principalement, Ray Charles, les nouveaux prédicateurs de l'âme noire, les grandes vedettes de la soul de l'Amérique post-ségrégationniste sont Otis Redding, Wilson Pickett et, surtout, James Brown, qui, dès 1955 – et au même moment que Ray Charles et de son I Got a Woman  – plaque des paroles profanes sur un thème de Gospel ( Please, Please, Ple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soul-music/#i_53098

Pour citer l’article

« PENDERGRASS TEDDY - (1950-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/teddy-pendergrass/