TBILISSI, anc. TIFLIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Maisons d'habitation, Tbilissi, Géorgie

Maisons d'habitation, Tbilissi, Géorgie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Géorgie : carte administrative

Géorgie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Capitale de la Géorgie, Tbilissi, l'ancienne Tiflis, comptait 1 081 679 habitants selon les estimations de 2006. Elle doit son importance à sa situation, à distance égale des trois zones les plus peuplées et les plus actives de Transcaucasie (la vallée inférieure de la Koura avec Bakou, le cœur de l'Arménie autour d'Erevan, la Géorgie occidentale au climat subtropical), au débouché de la seule route franchissant le Caucase dans la partie centrale.

Maisons d'habitation, Tbilissi, Géorgie

Maisons d'habitation, Tbilissi, Géorgie

photographie

Maisons en partie souterraine, couvertes de coupoles en encorbellement, Tbilissi, Géorgie. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Géorgie : carte administrative

Géorgie : carte administrative

carte

Carte administrative de la Géorgie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Créée au début du ve siècle, la ville doit son nom aux sources sulfureuses chaudes qui s'y trouvent (tbili signifie chaud) ; la première de ses périodes de prospérité se place aux xiie et xiiie siècles, lorsque s'affirme sa vocation commerciale due à sa situation à l'intersection de la route allant de la mer Noire à la mer Caspienne avec celle qui joint l'Iran à la Russie par le col de la Croix et le défilé du Darial. Après que les invasions et les migrations de population eurent, au xve siècle, détourné de la Caucasie les itinéraires commerciaux, la ville, disputée entre le sultan turc et le shah de Perse, végète, si bien que, lors de l'arrivée des armées russes au début du xixe siècle, Tiflis ne compte guère que 20 000 habitants, encore que son commerce et son artisanat soient fort actifs.

Le travail de la laine, de la soie et du cuir, le commerce du vin et des denrées alimentaires font la fortune de la ville et, vers 1860, on y dénombre 70 000 habitants. Les voies ferrées, puis les conduites de pétrole et de gaz, que l'on met en place autour de la cité, renforcent son rôle de place de commerce et expliquent qu'elle compte un quart de million d'habitants en 1913, puis un demi-million en 1939. La « vieille » ville est marquée par l'architecture russe du xixe siècle, puis par l'Art nouveau, mais ses immeubles s'effondrent et, depuis le début du xxie siècle, ils sont rasés pour laisser la place à des constructions neuves bon marché. Tbilissi, qui était une ville industrielle à l'époque soviétique, a vu toutes ses usines fermer leurs portes. La ville continue toutefois à attirer les provinciaux. Par ailleurs, elle se trouve sur le trajet de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, inauguré en 2005, qui achemine le pétrole de la mer Caspienne vers la Méditerranée en contournant la Russie.

—  Pierre CARRIÈRE, Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TBILISSI, anc. TIFLIS  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] Avec plus de 73 millions d'habitants chacun, la Turquie et l'Iran regroupent à eux seuls plus de la moitié de la population de toute la région et confirment ainsi leur place économique et politique dominante. Troisième pays de la région par sa population, l'Afghanistan (28,4 millions d'habitants en 2009) est aussi le plus pauvre de la région, avec les taux de natalité et de mortalité les plus éle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_9381

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 098 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les pays du Caucase du Sud »  : […] Il faut distinguer d'abord les dépressions, collines, piémonts, vallées, résultat d'affaissements entre la mer Noire et la mer Caspienne, formées d'une série de horsts et de grabens et partagées par le plateau de la Souram (900 m) en deux bassins hydrographiques bien individualisés par le climat et l'économie. La partie occidentale appartient, en effet, au bassin versant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caucase/#i_9381

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge et les invasions »  : […] Vers les années 330, la Géorgie devint chrétienne, conversion attribuée à une esclave, sainte Nino. Pendant les trois siècles suivants, la Géorgie subit les conséquences du conflit qui opposait les empires de Perse et de Byzance ; le pays de Lazique, sur la mer Noire, qui comprenait aussi la Colchide antique, fut très étroitement rattaché à Byzance, tandis que l'Ibérie passait sous contrôle irani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_9381

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « TBILISSI, anc. TIFLIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tbilissi-tiflis/