TAVIANI VITTORIO (1929-2018) & PAOLO (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cinéastes italiens Paolo et Vittorio Taviani, nés respectivement le 8 novembre 1931 et le 20 septembre 1929 à San Miniato, furent indissociables pendant soixante-quatre années de travail en commun. Ils organisèrent cette heureuse confusion auprès des journalistes, invités à ne jamais révéler lequel des deux avait répondu à leurs questions, ou avait pris une initiative sur un tournage.

Ce pacte remonte à l'enfance passée à San Miniato et à Pise, au cœur de la beauté toscane, défigurée par la guerre et ses massacres. Leur père, un avocat antifasciste, leur apprend à comprendre cet univers contradictoire. À la Libération, ils découvrent Paisà de Rossellini. En 2013, ils déclareront à L’Avant-Scène Cinéma : « En voyant ces images, nous avons compris avec davantage de profondeur la réalité que nous avions connue. Nous nous sommes dit que si le cinéma avait la force de nous révéler, à nous-mêmes, notre propre vérité, nous devions alors faire du cinéma. Ce n’est pas une formule, nous avons décidé à ce moment précis de faire du cinéma. » En 1950, ils fondent le ciné-club de Pise. Influencés par les idéaux de la Résistance, par Rossellini et Brecht, ils considèrent le cinéma comme un moyen de relier les hommes. À Rome, ils croisent Cesare Zavattini en 1954 pour un premier film – non distribué – sur le massacre de San Miniato en 1944. Après plusieurs courts-métrages, ils composent le scénario de L'Italie n'est pas un pays pauvre (L’Italia non è un paese povero) de Joris Ivens. Dès le début, on note donc un parti pris d'engagement civique, avec des artistes préoccupés tout autant par la morale que par l'esthétique.

Engagement et lyrisme, méditation historique et profusion de l'imaginaire, les règles sont posées. Leur premier long-métrage, Un homme à brûler (Un uomo da bruciare), premier rôle de protagoniste pour Gian Maria Volontè, est réalisé en 1962 avec Valentino Orsini, leur complice du ciné-club et des premiers essais théâtraux à Pise. Un second film avec Orsini, Les Hors-la-loi du m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAVIANI VITTORIO (1929-2018) & PAOLO (1931- )  » est également traité dans :

GUERRA ANTONIO, dit TONINO (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Écrivain et scénariste italien, Antonio Guerra est né à Sant'Arcangelo di Romagna le 16 mars 1920. Après avoir écrit plusieurs poèmes et romans, souvent en dialecte romagnol, il vient au cinéma en 1957 avec le scénario de Hommes et loups ( Uomini e lupi ), de Giuseppe De Santis, qu'il élabore en collaboration avec Elio Petri, futur cinéaste que Gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerra-antonio-dit-tonino/#i_80492

VOLONTE GIAN MARIA (1933-1994)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 629 mots

Le cinéma italien des années 1960 et 1970 avait le cœur assez large pour qu'y cohabitent le génie visionnaire de Fellini, l'élégance inquiète d'Antonioni, les derniers flamboiements de Visconti et un cinéma civique qui se voulait responsable et engagé. Des films de Francesco Rosi, d'Elio Petri, des frères Taviani, de Giuliano Montaldo. Des films q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gian-maria-volonte/#i_80492

Pour citer l’article

René MARX, « TAVIANI VITTORIO (1929-2018) & PAOLO (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taviani-vittorio-et-paolo/