Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WIRKKALA TAPIO (1915-1985)

Le designer finlandais Tapio Wirkkala, est mort le 19 mai 1985. Il naquit le 2 juin 1915 à Hanko d'un père sculpteur sur pierre et d'une mère qui s'adonnait au tissage et à la broderie. Il n'oubliera jamais les paysages de la Finlande : le ressac, les tourbillons du ciel, la structure du bois et des pierres, ni l'image du monde du travail que ce pays propose. Wirkkala s'y référera souvent : « Mon monde artistique... C'est la forme de ma façon de vivre et travailler. Elle grandit au travers des expériences qui sont celles de la vie quotidienne des gens vivant dans le Nord... » (Domus, juill.-août 1981). De 1933 à 1936, il reçoit l'enseignement de l'École des arts décoratifs d'Helsinki, il participe aux concours de dessin organisés par l'École et les manufactures et remporte le prix offert par la manufacture de verre de Riihimäki pour ses modèles. Après la Seconde Guerre mondiale, la Finlande qui doit gérer la pénurie et effacer les conséquences du conflit souhaite ouvrir largement le pays vers le monde moderne. La fin des années 1940 a été caractérisée par le slogan « plus de beauté dans les objets quotidiens ! » répété à l'envi. Les designers, les architectes et les industriels finlandais vont répondre à l'attente d'un large public. L'origine de cette problématique du beau quotidien a été posée, près d'un siècle plus tôt, par les « esthètes », John Ruskin (1819-1900) et William Morris (1834-1896), qui avaient jeté les ferments des idées reprises par divers groupements en Europe autour des années 1900. Artistes, artisans, techniciens et industriels avaient ressenti le besoin de regrouper leurs idées et leurs divers talents.

En Finlande, il en fut de même avec des architectes comme Eliel Saarinen (1873-1950), Strengell, Gesellius, Lindgren puis Alvar Aalto dans les années 1930 et avec des artistes comme Gallen-Kellala et Louis Sparre, qui préconisaient une collaboration « horizontale » entre les différents métiers d'art tout en s'appuyant sur une profonde identité nationale.

Ainsi l'industrie fit-elle confiance, au lendemain de la guerre, aux créateurs les plus doués, dont Kaj Franck (né en 1911) et Tapio Wirkkala. Dès 1947, Wirkkala occupe le poste de designer dans la manufacture de Karhula-Iittala, et là il appliquera pendant de longues années ses idées les plus révolutionnaires à l'art du verre : une de ses créations les plus populaires fut un vase en forme de chanterelle, produit de 1957 à 1960.

De 1951 à 1954, il succéda à Arttu Brummer (1891-1951), pédagogue influent, au poste de directeur de l'École des arts décoratifs ; puis, en 1955, il devint le directeur-fondateur de son propre studio de design. De 1968 à 1973, il fut président de la Commission gouvernementale des arts industriels d'Helsinki.

Lauréat de nombreux concours et de nombreux prix au cours de sa carrière, c'est la triennale de Milan qui le porte en 1951 au premier plan sur la scène internationale avec son installation de la section finlandaise. Il y reçoit le grand prix pour une forme foliacée appliquée à des plats en bouleau laminé (contreplaqué) où les nervures de la feuille sont figurées par les couches successives du bois. Wirkkala disait : « Faire des choses à la main est très important pour moi. Je pourrais même dire que cela a presque un effet thérapeutique quand je sculpte et moule des matériaux naturels — ils m'inspirent et me permettent de nouvelles expériences... Quel plaisir de montrer le mouvement et le rythme des lignes dans le contreplaqué ! » Ainsi, Wirkkala a su dépasser le fonctionnalisme rigoriste des années 1930 pour tendre vers une compréhension plus organique du matériau. Comme il estimait que tout son travail préparatoire ne devait pas se percevoir dans l'objet fini, il étudiait toutes les phases du processus de fabrication et n'hésitait[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École du Louvre, brevet de technicienne en arts appliqués, diplôme d'études approfondies à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )