TAMPA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Abrité du golfe du Mexique par la péninsule Pinellas et à l’embouchure de la rivière Hillsborough, l’ensemble urbain de Tampa-Saint-Petersburg est la dix-huitième agglomération des États-Unis et la deuxième de Floride, avec 3,142 millions d’habitants en 2018. Tampa (393 000 habitants) et Saint-Petersburg (266 000 habitants), distantes de 38 kilomètres et reliées par trois ponts qui enjambent la baie, en sont les principales villes. Premier port de Floride, Tampa et son agglomération doivent leur développement aux mines de phosphate et à l'activité portuaire, même si le tourisme occupe une part croissante dans l’économie locale.

États-Unis : carte administrative

Carte : États-Unis : carte administrative

Carte

Carte administrative des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le nom de Tampa est d’origine amérindienne, et sa signification est sujette à controverses. Le premier contact avec les Espagnols a lieu dans les années 1540, lors de l’expédition de Hernando de Soto. L’absence d’or et l’échec de la conversion des Indiens au catholicisme incitent ces premiers colons à se désintéresser de cette côte occidentale de Floride. Les Anglais, qui en prennent possession de 1763 à 1783, s’en détournent également. Après un retour à l’Espagne qui dure moins de quarante ans, la région devient définitivement américaine en 1821 après la première guerre séminole (1816-1819). Ce conflit entraîne le regroupement des Indiens séminoles dans des réserves au centre de l’État et l’édification de forts tout au long de la côte, dont le fort Brooke (1824) à l’embouchure de la rivière Hillsborough sur la baie de Tampa, afin de protéger l’emplacement stratégique du port. Un petit village portuaire, vivant des exportations de bétail, des produits de la pêche et des agrumes vers La Nouvelle-Orléans, Key West et Cuba, se développe alors lentement, mais les deuxième (1835-1842) et troisième (1855-1858) guerres séminoles, ainsi qu'un ouragan en 1848 et des épidémies de fièvre jaune en limitent l’expansion : il ne compte que 720 habitants en 1880.

La découverte de mines de phosphate au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

États-Unis. Démission du directeur de la C.I.A. David Petraeus. 9-15 novembre 2012

Kelley. Cette dernière avait ses entrées à la base aérienne de MacDill, à Tampa, siège du commandement en chef des forces américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale. Le 15, le général David Petraeus est auditionné dans le cadre de l'enquête menée par le F.B.I. sur l'attaque du consulat […] Lire la suite

États-Unis. Investiture de Mitt Romney par la convention républicaine. 11-30 août 2012

-retraite et en supprimant les aides sociales fédérales. Le 28, la convention du Parti républicain réunie à Tampa (Floride) – retardée par le passage de l'ouragan Isaac – adopte un programme intitulé « Croire en l'Amérique » qui illustre une radicalisation des valeurs du Parti républicain, en prônant […] Lire la suite

Irak – États-Unis. Déclenchement de l'intervention armée américano-britannique. 1er-31 mars 2003

, le bombardement par erreur d'un quartier populaire dans le nord-est de Bagdad fait quatorze morts selon les autorités irakiennes. Le 26 également, le président Bush, en visite au siège du commandement central de Tampa (Floride), admet que « cette guerre est loin d'être terminée ». Le 27, les forces […] Lire la suite

Australie. Polémique autour du refus d'accueillir un cargo de réfugiés. 27 août - 1er septembre 2001

Le 27, les autorités refusent le droit d'accoster à un cargo norvégien, le Tampa, chargé de quelque 460 réfugiés, en majorité afghans. Le cargo, qui croise au large de l'île australienne de Christmas, située à plus de 1 500 kilomètres au nord-ouest de la Grande Île, avait […] Lire la suite

Panamá. Destitution du chef de l'État Eric Delvalle. 5-26 février 1988

Le 5, les tribunaux fédéraux américains de Tampa et de Miami (Flo.) inculpent le général Manuel Antonio Noriega, chef des forces armées panaméennes et homme fort du pays, de trafic de drogue. Le général aurait touché des pots-de-vin des producteurs colombiens de cocaïne du « cartel de Medellín […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent VERMEERSCH, « TAMPA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tampa/