TADJ MAHALL, Agra (Inde)

Construit entre 1631 et 1647 par le souverain moghol Shāh Jahān à la mémoire de son épouse préférée, Mumtāz Mahal, le Tadj Mahall s'élève sur une plate-forme au fond d'un vaste jardin quadripartite, orné de canaux et de bassins. L'entrée monumentale s'ouvre sur une allée axiale, qui permet d'accéder à la terrasse principale. Située au sud, celle-ci porte le mausolée, de plan centré, surmonté d'une coupole qui culmine à 61 mètres de hauteur. L'édifice en marbre blanc translucide est encadré par deux bâtiments en grès rouge (une mosquée et une maison d'hôtes). La terrasse et le groupe d'édifices se reflètent dans la rivière qui longe l'ensemble au sud.

Le Tadj Mahall est l'aboutissement d'une longue tradition d'édifices commémoratifs musulmans mais plus spécifiquement indiens, malgré les mises en garde des traditions religieuses de l'islam contre la construction de monuments pour les morts. C'est l'un des types architecturaux les plus fréquents dans le monde musulman, où il prend des formes différentes, le plus souvent à plan centré, et généralement accompagné de constructions pieuses. Le Tadj Mahall n'est ni le premier ni le dernier des mausolées moghols, mais l'harmonie de ses formes et de ses couleurs, le raffinement de son décor sculpté en méplat et incrusté de pierres magnifient ce monument, unique dans l'architecture du monde islamique.

—  Marianne BARRUCAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art et d'archéologie islamiques à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Marianne BARRUCAND, « TADJ MAHALL, Agra (Inde) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadj-mahall/