MAZOWIECKI TADEUSZ (1927-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier chef de gouvernement non communiste derrière le rideau de fer, Tadeusz Mazowiecki n’a gouverné que seize mois, du 24 août 1989 au 4 janvier 1991. Pourtant il a profondément marqué par sa personnalité, sa pensée et son action politique la Pologne de la seconde moitié du xxe siècle. Ses convictions personnelles étaient connues de tous, elles n’ont guère varié durant les soixante années de sa participation à la vie politique polonaise. Catholique fervent, attaché aux droits de la personne et à la défense des droits de l’homme, député d’opposition aux communistes dès les années 1960, conseiller des grévistes de Gdansk en août 1980, puis de Solidarność, il a toujours défendu un catholicisme social et libéral, dit de gauche, jusque dans la Pologne d’aujourd’hui. Sans être « l’homme de l’Église catholique », il sut défendre auprès des autorités religieuses l’indépendance du mouvement social, grâce aussi à sa grande proximité avec le pape Jean-Paul II.

Tadeusz Mazowiecki, 1989

Photographie : Tadeusz Mazowiecki, 1989

Après les élections semi-démocratiques de juin 1989 qui annoncent la défaite du régime communiste, le candidat de Solidarité pour le poste de Premier ministre, Tadeusz Mazowiecki, s'exprime devant le Parlement polonais (derrière lui, Bronislaw Geremek). 

Crédits : T. Orban/ Sygma/ Corbis

Afficher

Né le 18 avril 1927 à Plock, Tadeusz Mazowiecki fait des études de droit à Varsovie et s’engage jeune dans l’action caritative. Surtout, rejoignant en 1948 l’organisation « catholique progressiste » du nouveau régime, Pax, il se lance dans le journalisme avec un goût inébranlable pour la vérité, et se heurte aussitôt au discours dominant. Ce qui le conduit à une réflexion critique, en relation avec le philosophe personnaliste français Emmanuel Mounier. Il est, sur cette base, un des animateurs d’un groupe interne d’opposition, la « fronde ». Expulsé de Pax en 1955, il se rapproche des catholiques libéraux de Cracovie et, profitant des concessions des communistes après octobre 1956, il s’engage dans la construction d’organisations catholiques indépendantes dans tout le pays – les Clubs intellectuels catholiques ou K.I.K. – et l’édition de la revue indépendante, Więź (« Le Lien »), qui est restée une référence de la vie intellectuelle polonaise. De 1961 à 1972, Tadeusz Mazowiecki tente avec le groupe de députés catholiques Znak (« Le Signe ») une opposition modérée, qui est peu efficace ; sinon par des protestations courageuses contre la campagne antisémite du pouvoir en 1968, ou contre la répression des étudiants en mars 1968 et les fusillades contre les ouvriers en décembre 1970. Écarté de la Diète, il devient la référence pour un milieu catholique réformateur, qui joue un rôle décisif dans le réveil démocratique de la Pologne. Tadeusz Mazowiecki se rend à Gdansk, avec Bronislaw Geremek, dès les premiers jours de la grève d’août 1980 aux chantiers navals, et dirige un groupe de conseillers pour la négociation avec le pouvoir communiste. Dès lors, son courant devient une composante essentielle de l’opposition et de Solidarność. Il se distingue du K.O.R. (Comité de défense des ouvriers), plus social-démocrate, ou des nationalistes radicaux. L’unité de l’opposition face au pouvoir vacillant du général Wojciech Jaruzelski permet, alors que le mécontentement social grandit, d’imposer une « table ronde » en février 1989. Mazowiecki y siège au côté de Lech Wałeşa. Des élections libres deviennent possibles ; elles ont lieu en juin.

Le chef de gouvernement nommé en août 1989 s’attaque donc à la grande transformation avec une conviction profonde. Il constitue une équipe efficace. En quelques mois, il a l’audace d’engager des réformes économiques radicales (la « thérapie de choc » du plan de son vice-Premier ministre, Leszek Balcerowicz), une révision démocratique de la Constitution, un renversement des alliances vers l’O.T.A.N. et la Communauté européenne, tout en refusant une politique de règlement de comptes envers les anciens responsables communiste (le choix du « gros trait » sur le passé), mais en cédant à certaines pressions de l’Église (catéchisme dans l’école publique). Pragmatique et volontaire, son gouvernement démantèle l’ancien système en quelques mois. Mais il le paye cher. Le grand désordre qui s’ensuit et la multiplication des conflits d’intérêts emportent le pays dans la dépression. Le groupe parlementaire issu de Solidarność éclate. À la faveur de la première élection présidentielle au suffrage universel en novembre 1990, Tadeusz Mazowiecki doit s’effacer devant Lech Wałeşa.

Il faudra encore quelques années avant que les réformes mises en place par le gouvernement Mazowiecki enclenche [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien, chargé d'enseignement à l'Institut d'études européennes, université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  MAZOWIECKI TADEUSZ (1927-2013)  » est également traité dans :

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Pologne »  : […] Malgré la proclamation de l'état de guerre, le 13 décembre 1981, le général Jaruzelski, Premier ministre et premier secrétaire du Parti ouvrier unifié polonais, ne parvient pas à contenir la montée du syndicat Solidarité, conduit par Lech Wałesa . La faillite du système politique l'oblige à accepter, le 5 avril 1989, le principe d'élections libres (les premières en Europe de l'Est depuis 1945) ; i […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La « table ronde » et le gouvernement Mazowiecki »  : […] En six mois, les fondements de la République populaire de Pologne se sont effondrés pour aboutir, en septembre 1989, à la formation du premier gouvernement non communiste du pays depuis la fin de la guerre. Une « table ronde » entre les principaux dirigeants de Solidarité et les autorités communistes s'est réunie du 6 février au 5 avril 1989. L'accord signé entre les deux parties décidait, notamm […] Lire la suite

WAŁESA LECH (1943- )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POTEL
  •  • 1 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La voix de Gdańsk »  : […] Quand éclate la grève d'août 1980 au chantier naval Lénine, il rejoint ses anciens camarades qui l'élisent président du comité de grève. Animateur hors pair, il entretient la force du mouvement et dirige les négociations avec les représentants du pouvoir communiste. Il signe, au nom des grévistes, les accords de Gdańsk (31 août) qui donnent naissance au syndicat indépendant Solidarność . Dès lor […] Lire la suite

Les derniers événements

25-26 avril 2007 Pologne. Opposition à la loi de lustration

Le 26, Tadeusz Mazowiecki, premier chef de gouvernement de la Pologne postcommuniste, indique avoir été relevé de ses fonctions de membre du comité d'octroi d'un ordre honorifique polonais pour avoir refusé de remplir sa déclaration de lustration.  […] Lire la suite

23 septembre 2001 Pologne. Victoire de la gauche postcommuniste aux élections législatives

L'Union de la liberté de l'ancien Premier ministre Tadeusz Mazowiecki, ainsi que l'Alliance électorale Solidarité du Premier ministre sortant Jerzy Buzek ne sont plus représentées au Parlement. Le taux de participation est de 46,3 p. 100. L'Alliance de la gauche démocratique remporte aussi 75 sièges sur 100 au Sénat. Le 10 octobre, Leszek Miller présentera la composition de son gouvernement, qui regroupe l'Alliance de la gauche démocratique et le Parti paysan de Jaroslaw Kalinowski, en dépit de la défiance affichée du président Kwasniewski envers un gouvernement de coalition hétéroclite. […] Lire la suite

5-28 juillet 1995 Bosnie-Herzégovine. Conquête de deux zones de sécurité par les Serbes bosniaques

pour les droits de l'homme dans l'ex-Yougoslavie, l'ancien Premier ministre polonais Tadeusz Mazowiecki, en fonctions depuis août 1992, présente sa démission justifiée par l'inaction des Nations unies qui ont « permis la chute de Srebrenica et de Zepa ». Le 28, l'armée croate – qui a franchi la frontière bosniaque – et les Croates de Bosnie s'emparent de deux villes contrôlées par les Serbes dans l'ouest de la Bosnie et investissent une large zone de territoire. […] Lire la suite

19 septembre 1993 Pologne. Victoire des communistes aux élections législatives

) du Premier ministre Hanna Suchocka et de l'ancien Premier ministre Tadeusz Mazowiecki n'arrive qu'en troisième position avec 10,6 p. 100 des voix et soixante-quatorze sièges. L'Union du travail, fondée par l'aile gauche de Solidarité, obtient 7,3 p. 100 des suffrages et quarante et un élus, la Confédération pour une Pologne indépendante (K.P.N.), parti de la droite nationaliste, 5,8 p. […] Lire la suite

1er-31 décembre 1992 Bosnie-Herzégovine. Vers une riposte militaire des grandes puissances aux atrocités serbes

Le 1er, en se fondant sur les conclusions des enquêtes menées sur place par son rapporteur Tadeusz Mazowiecki, la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U. condamne la politique de « nettoyage ethnique » pratiquée par les Serbes en Bosnie et en Croatie, utilisant pour la première fois le terme de « génocide ». Les preuves des tortures, viols, exécutions de masse et déportations dont sont victimes les Musulmans bosniaques se multiplient. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves POTEL, « MAZOWIECKI TADEUSZ - (1927-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeusz-mazowiecki/