GEREMEK BRONISLAW (1932-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bronisław Geremek fut une grande figure de l'opposition anticommuniste et un des personnages clés de la transformation démocratique en Pologne. Son parcours intellectuel et politique a personnifié une réussite qui, de la fondation du syndicat Solidarité en 1980 à l'adhésion de la Pologne à l'Union européenne en 2004, a permis de réunifier l'Europe. Unanimement reconnu pour ses hauteurs de vue, Geremek en restera l'un de ses grands artisans.

Né le 6 mars 1932 à Varsovie dans une famille juive respectueuse de la tradition, son parcours fut d'abord celui d'un intellectuel plus préoccupé par les souffrances du monde que par la politique. Rescapé, avec sa mère, du ghetto de Varsovie, alors que son père et son frère (ce dernier survécut) étaient déportés à Auschwitz, il grandit à la campagne dans une famille catholique. Revenu dans la capitale en 1948, il entreprit des études d'histoire et devint un des spécialistes polonais du Moyen Âge. Francophone et francophile, il mena ses recherches sur les « marginaux parisiens » et enseigna à la Sorbonne (séjours en 1956, 1957, 1962-1965) ; il fut un des pionniers sur ces sujets, dans l'esprit de l'école des Annales. Élève de l'historien polonais Marian Małowist, il reconnut en Fernand Braudel et Georges Duby ses maîtres ; toute sa vie, il entretint une profonde amitié avec l'historien Jacques Le Goff. « Le médiéviste que je suis, aimait-il à dire, s'est formé au carrefour des influences de l'école historique polonaise et de l'école historique française. » Il laisse une œuvre qui fait référence en histoire médiévale.

Son intérêt pour la politique fut, dès le début, mêlé à son éveil intellectuel. Lorsqu'il revint à Varsovie, comme militant dans une organisation de jeunes catholiques, il fut séduit par la nouvelle idéologie marxiste qui s'imposait alors. Il adhéra au Parti communiste en 1950, mais se tourna aussitôt vers des penseurs originaux, tels que le philosophe Leszek Kołakowski ou le sociologue Stanisław Ossowski. Et, tout naturellement, en rentrant de Paris en 1965, il a rejoint leur courant d'opposition, dit « révisionniste » : « Je me reconnaissais dans ce mélange de marxisme et d'humanisme », « l'antithèse de la dictature, du pouvoir du parti unique ». Puis la campagne antisémite du Parti communiste suivie de l'intervention des troupes du pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie lui ouvrirent définitivement les yeux en 1968 : « J'ai quitté le parti dès le mois d'août. » Il avait trente-six ans.

Dès lors, Bronisław Geremek s'affirma et marqua l'histoire de son pays. L'opposant et le combattant pour la démocratie s'est révélé quand, enseignant à l'université de Varsovie (il ne sera reconnu professeur qu'en 1989), il participa à des groupes de réflexion politique puis, à partir de 1978, collabora avec le K.O.R. (Comité de défense des ouvriers). En août 1980, il apporta à Gdańsk, avec Tadeusz Mazowiecki, une lettre de soutien des intellectuels aux grévistes des chantiers navals ; ceux-ci lui demandèrent de rester auprès d'eux comme expert. Il devint alors conseiller de Lech Wałȩsa et son aventure se confondit avec celle du premier syndicat indépendant du bloc communiste. Emprisonné en décembre 1981, il fut un des derniers libérés par le général Wojciech Jaruzelski. Toutefois, il fut le premier à rétablir, en 1988, les contacts entre le syndicat clandestin Solidarité et les communistes en vue de parvenir à un compromis pour la passation des pouvoirs. L'accord de la « table ronde » fut signé en février 1989 ; il ouvrit la voie à la démocratie.

Geremek a pu alors s'affirmer en tant qu'homme politique. Président du groupe parlementaire issu de Solidarité, il a fait preuve d'une grande force de conviction, tandis que Wałȩsa, élu président de la République, entretenait des relations conflictuelles avec ses amis au gouvernement. Plus qu'un homme d'État, Geremek se montra un habile politicien et un grand diplomate. Ministre des Affaires étrangères, de 1997 à 2000, dans le gouvernement de centre droit qui cohabitait avec un président de gauche, il fut un ardent partisan de l'adhésion de la Pologne à l'O.T.A.N. (dont il signa le traité en 1999) et de l'entrée du pays dans l'Union européenne. Élu député européen en 2004, professeur au Collège d'Europe de Natolin p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien, chargé d'enseignement à l'Institut d'études européennes, université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  GEREMEK BRONISLAW (1932-2008)  » est également traité dans :

PAUVRETÉ SOCIOLOGIE DE LA

  • Écrit par 
  • Nicolas DUVOUX
  •  • 3 467 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse de la sociologie de la pauvreté »  : […] La pauvreté a sans doute constitué la condition de l'immense majorité de la population jusqu'à la révolution industrielle, la diffusion de biens et de soins de différentes sortes ayant occasionné également une révolution (permanente) des conditions matérielles de l'existence sociale. Cependant, la signification de la pauvreté reste, dans les pays occidentaux, profondément marquée par le christiani […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves POTEL, « GEREMEK BRONISLAW - (1932-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bronislaw-geremek/