WAŁESA LECH (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ouvrier électricien meneur de grèves sous un régime communiste, prix Nobel de la paix relégué dans un bloc de banlieue sous haute surveillance, premier président de la République de Pologne élu au suffrage universel direct, « Lech Wałȩsa » est aussi le nom donné à l'aéroport de Gdańsk. C'est dire la popularité de cet homme dans son pays, la Pologne, auquel il s'est complètement donné, et dans le monde, où son visage et sa voix se sont longtemps confondus avec le syndicat indépendant Solidarność, le vainqueur du régime communiste. Il est certainement, avec Jean-Paul II, le Polonais le plus célèbre de la fin du xxe siècle. Pourtant, ce résumé abrupt d'une vie laisse entrevoir les contradictions de son caractère et le bilan plus mitigé de son exercice du pouvoir ; il apparaît plus protestataire que constructeur.

Un rebelle

Rien ne disposait à ce destin l'enfant né au plus profond de la guerre, le 23 septembre 1943, à Popowo, un bourg rural du centre nord de la Pologne, région alors annexée par l'Allemagne nazie. Son père, un charpentier descendant d'une famille de fermiers paupérisés, a été arrêté par l'occupant. Il meurt peu après son retour de déportation. Lech grandit dans une famille de sept enfants dont trois demi-frères, sa mère s'étant remariée. Élève médiocre, il est orienté vers des études professionnelles et embauché, à sa sortie en 1961, comme électricien dans le parc des machines d'une ferme d'État. Par ennui ou par esprit d'indépendance, il est ensuite attiré par le nouveau pôle industriel qui émergeait plus au nord, autour de Gdańsk. Il entre au chantier naval Lénine le 30 mai 1967 et, à vingt-quatre ans, devient électricien de marine. Il habite, comme la plupart de ses collègues, dans un hôtel ouvrier. À cette époque, il rencontre une jeune fleuriste venue elle aussi de la campagne, qu'il épouse en 1969 ; Danuta vit l'épopée de son mari à ses côtés. C'est d'ailleurs elle qui lit, à Stockholm, le discours de réception du prix Nobel de la paix en 1983.

À Gdańsk, peu avant les fêtes de Noël 1970, la population se révolte contre une hausse intempestive du prix des produits alimentaires ; au chantier naval, Lech Wałȩsa est élu délégué par son atelier et se retrouve à la tête des manifestants. En quelques heures, la protestation tourne à l'émeute et, au petit matin, il est arrêté tandis que l'armée tire sur les grévistes, faisant plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Libéré, après avoir signé une promesse de loyauté (qui lui sera reprochée dans les années 1990), il fait partie des représentants ouvriers reçus, en janvier 1971, par Edward Gierek, le nouveau secrétaire général du Parti. Licencié du chantier naval en avril 1976, il figure parmi le petit groupe de militants qui fonde un « Comité pour un syndicat indépendant » semi-clandestin avec son journal Robotnik Wybrzeza (« l'ouvrier de la côte »). Il est régulièrement licencié pour ses activités militantes, arrêté, interrogé, relâché – il sera accusé à la fin des années 1990 par un de ses anciens camarades d'avoir collaboré avec la police, accusations définitivement invalidées par le tribunal de Gdańsk en 2005.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Lech Walesa

Lech Walesa
Crédits : Marc Bulka/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Pologne : la naissance de Solidarnosc, 1980-1981

Pologne : la naissance de Solidarnosc, 1980-1981
Crédits : Pathé-ITN

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien, chargé d'enseignement à l'Institut d'études européennes, université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  WALESA LECH (1943- )  » est également traité dans :

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Pologne »  : […] Malgré la proclamation de l'état de guerre, le 13 décembre 1981, le général Jaruzelski, Premier ministre et premier secrétaire du Parti ouvrier unifié polonais, ne parvient pas à contenir la montée du syndicat Solidarité, conduit par Lech Wałesa . La faillite du système politique l'oblige à accepter, le 5 avril 1989, le principe d'élections libres (les premières en Europe de l'Est depuis 1945) ; i […] Lire la suite

JARUZELSKI WOJCIECH (1923-2014)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POTEL
  •  • 1 115 mots
  •  • 1 média

Entré dans l’histoire sous les traits d’un général proclamant la loi martiale en Pologne, le 13 décembre 1981, le général Wojciech Jaruzelski a voulu laisser le souvenir d’un grand patriote qui aurait sauvé son pays de la catastrophe . Il avait justifié par des menaces d’intervention soviétique son entreprise contre le syndicat indépendant Solidarność. Non sans succès. Malgré les enquêtes parleme […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La structuration de la scène politique »  : […] En juin 1989, la vie politique était partagée entre deux camps – membres de Solidarité opposés aux communistes – puis, très vite, chaque côté a connu ses divisions et ses transfuges. Les points de vue et les ambitions politiques se sont démultipliés face à une situation inédite et des questions difficiles à résoudre. Favorisés par les scrutins à la proportionnelle, beaucoup de groupes ont tenté le […] Lire la suite

POPULISME

  • Écrit par 
  • Pierre-André TAGUIEFF
  •  • 8 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Figures du populisme à l'Est : national-communisme, national-christianisme »  : […] On peut émettre l'hypothèse que, dans la plupart des pays de l'Est postcommunistes, un nouveau clivage oppose « nationaux-communistes », nationalistes et populistes (sur des bases ethniques ou religieuses), et leaders d'un paradoxal « communo-capitalisme », ex-communistes prônant le capitalisme libéral et l'intégration à l'Ouest. Le pôle national-communiste est tout d'abord le plus fortement repr […] Lire la suite

WAJDA ANDRZEJ (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 863 mots
  •  • 1 média

Andrzej Wajda est né le 6 mars 1926 à Suwałski, dans le nord-est de la Pologne . Issu d'une famille bourgeoise, fils d'un officier de carrière tué à Katyń au début de la Seconde Guerre mondiale, il s'engage à seize ans dans la Résistance contre les Allemands. À la Libération, il s'intéresse d'abord à la peinture (Académie des beaux-arts de Cracovie) avant de choisir une carrière de cinéaste (école […] Lire la suite

WALENTYNOWICZ ANNA (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 201 mots

Syndicaliste et militante politique polonaise, Anna Walentynowicz est née le 13 août 1929 à Rowne, en Pologne. Elle est grutière aux chantiers navals Lénine de Gdańsk lorsqu'elle est licenciée en août 1980, prétendument pour avoir pris part à un syndicat illégal et s'être adonnée à des activités antigouvernementales. Son renvoi contribue à déclencher une vaste grève dans le chantier naval ainsi q […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 novembre - 8 décembre 2008 France – Chine. Annulation du sommet sino-européen

Lech Walesa, qui doit se dérouler à Gdansk, en Pologne, le 6 décembre. Il ajoute que « les Tibétains n'ont pas à souffrir de la répression et ont le droit à la liberté ». Le chef de l'État français avait renoncé à rencontrer le chef spirituel des Tibétains lorsque celui-ci s'était rendu en France au mois d'août, au moment où Pékin accueillait les jeux […] Lire la suite

8 octobre 2000 Pologne. Réélection du président Alexandre Kwaśniewski

Lech Wałeşa, fondateur de Solidarité, ne recueille que 0,8 p. 100 des voix.  […] Lire la suite

24-27 janvier 1996 Pologne. Démission du Premier ministre Jozef Oleksy, accusé d'espionnage

Lech Wałęsa. Jozef Oleksy dénonce un complot ourdi par les services de renseignements polonais à l'instigation de l'ancien président. Le 27, Jozef Oleksy effectue une démonstration de force en se faisant élire à la présidence du S.L.D. où il succède à Aleksander Kwaśniewski.  […] Lire la suite

5-19 novembre 1995 Pologne. Élection de l'ex-communiste Aleksander Kwaśniewski à la présidence

Lech Wałęsa est également celle de l'Église polonaise qui l'avait soutenu. Aleksander Kwaśniewski, qui défend les principes de la démocratie, de l'économie de marché et de l'adhésion de la Pologne à l'Union européenne et à l'O.T.A.N., prône le rassemblement du pays, tandis que Lech Wałęsa s'affirme décidé à adopter une attitude d'opposant actif.  […] Lire la suite

7 février - 6 mars 1995 Pologne. Changement de Premier ministre

Lech Wałęsa, comme celui-ci en a le pouvoir constitutionnel. Le chef de l'État investit à son tour le gouvernement le 6. Ce changement de Premier ministre constitue la dernière étape en date de la crise politique que connaît le pays depuis plusieurs semaines. Confronté depuis octobre 1993 à une majorité parlementaire « postcommuniste » composée des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves POTEL, « WAŁESA LECH (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lech-walesa/