GADDI TADDEO (1300 env.-env. 1366)

Parmi les continuateurs de Giotto dont il fut le disciple et le collaborateur pendant vingt-quatre ans, Taddeo Gaddi est sans doute le plus notable et il fut assurément le plus célèbre en son temps : un document antérieur à 1350 le mentionne en tête des peintres florentins de l'époque, avant Orcagna, Nardo di Cione et Stefano Fiorentino. Cinquante ans plus tard, il est cité aussi dans une chronique comme l'un des grands héritiers de Giotto. Du vivant de son maître, Gaddi exerce une activité indépendante et reçoit ses propres commandes : en 1332, il est chargé de peindre à fresque la chapelle Baroncelli à Santa Croce de Florence, qu'il achèvera en 1338, deux ans après la mort de Giotto. L'histoire de la Vierge que celui-ci avait peinte à l'Arena de Padoue (1305) inspire visiblement le style et l'iconographie adoptés par son élève qui en donne une version tantôt alourdie, tantôt renouvelée par une interprétation personnelle. La simplicité, la grâce des premières scènes — le joli groupe des servantes dans La Naissance de la Vierge par exemple — font place parfois à une recherche savante et plus gauche dans l'organisation des compositions : La Présentation au Temple offre un somptueux décor architectural, mais une mise en page compliquée qui tente, assez maladroitement, de suggérer la perspective. Les figures sont souvent disproportionnées, plus lourdes, plus « gonflées » que monumentales (Le Mariage de la Vierge). Mais les innovations de détail ne manquent pas. À la différence de Giotto, Gaddi, dans la scène de La Visitation, représente Élisabeth agenouillée devant la Vierge. Dans L'Annonce de la Nativité aux bergers et aux mages, l'éveil des troupeaux, l'aboiement des chiens, l'apparition de l'ange dans un tourbillon céleste, celle de l'Enfant lui-même au-dessus des rois répondent à une spiritualité personnelle. Pour les dominicains de Santa Croce, Taddeo Gaddi, vers la même époque, peignit également, dans la sacristie, de petits panneaux d'armoire (aujourd'hui à l'Ac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  GADDI TADDEO (1300 env.-env. 1366)  » est également traité dans :

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 755 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Thèmes et rôles des fresques »  : […] dans leurs peintures murales à des paysages montrant des lieux réels et à des portraits représentant des personnalités de la région. Bien que les Florentins comme Giotto et Taddeo Gaddi aient fait des tentatives de trompe-l'œil, ce sont les Siennois du xive siècle qui, les premiers, se sont essayés à la perspective. Au cours du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_13870

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 709 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieure d'Assise, vers 1320, Taddeo Gaddi à la chapelle Baroncelli à Santa Croce de Florence, vers 1337-1338, peignent des « niches liturgiques » en perspective, peuplées d'objets en trompe l'œil, qui sont probablement les premières natures mortes indépendantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_13870

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « GADDI TADDEO (1300 env.-env. 1366) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taddeo-gaddi/