SURRÉALISME EN BELGIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rassemblés autour du peintre René Magritte (1898-1967) et de Paul Nougé (1895-1967), les surréalistes bruxellois, où apparaissent notamment Camille Goemans (1900-1960), E. L. T. Mesens (1903-1971), Marcel Lecomte (1900-1966) et le musicien André Souris (1899-1970), développèrent leurs premières activités à partir de 1924 mais ne se constituèrent en groupe que vers 1927. C'est à cette époque que les rejoignit aussi Louis Scutenaire (1905-1987). D'autres vinrent encore par la suite, comme Paul Colinet (1898-1957) ou Marcel Mariën (1920-1993), auquel on doit aujourd'hui l'édition de nombreux textes et documents concernant ce mouvement (tel le gros volume, L'Activité surréaliste en Belgique, Bruxelles, 1979).

Publiés en 1924 et en 1925 par Nougé, Lecomte et Goemans, les vingt-deux tracts de Correspondance constituent un phénomène unique dans l'histoire du surréalisme. Ces feuillets consistaient en une critique « de l'intérieur » de textes dus à des contemporains majeurs (Breton, Valéry, Paulhan, Proust...) ; ils en indiquaient les défauts ou les limites par de subtiles transformations apportées aux citations et en révélaient ainsi « ce qu'ils avaient manqué dans le sens de plus de rayonnement ». Pareille démarche montre combien, dès l'abord, les surréalistes bruxellois ne peuvent être considérés comme une simple filiale du groupe parisien. Nougé, leur théoricien, ne fut d'ailleurs jamais un adepte de l'écriture automatique, telle que Breton la préconisait. Ce penseur avide de rigueur intellectuelle et dont la radicalité de l'engagement artistique allait de pair avec celle de son engagement politique, s'intéressait surtout au fonctionnement du langage et au « pouvoir de déflagration » des mots, une fois qu'on prête attention à leurs infinies nuances. Il se livra notamment à de nombreux « exercices de transpositions », où se trouve déformé et pris en écharpe un langage usuel et rigoureusement codé (slogans, manuels scolaires, etc.), expérimentant ainsi une recherche qui visait à remettre en cause nos habitudes mentales et qui ouvrait la voie à la création d'« objets bouleversants ». Toute l'œuvre de Nougé (rassemblée plus tard sous les titres L'Expérience continue et Histoire de ne pas rire) va dans le sens de cette volonté de transformation du réel par l'activité créatrice, activité sans cesse doublée par l'examen critique de son processus. Cette attention extrême au langage se retrouve également chez la plupart des compagnons de Nougé, qui utilisent abondamment le jeu de mots sous toutes ses formes, de même que toutes les virtualités du pastiche et de la réécriture (ou encore, comme Goemans, des techniques de dissimulation : l'auteur de Périples déguisait en prose des suites d'alexandrins). Les Inscriptions (1945, 1976, 1981) de Scutenaire sont des livres composés de brefs fragments, aphorismes, boutades, calembours d'aspects les plus divers où se profile une vision du monde très libertaire. Autre procédé : dans Les Jours dangereux, les nuits noires (1972), le même auteur effectue un montage de citations mais en pratiquant au sein de celles-ci des coupes aux conséquences sémantiques remarquables. Chez Colinet (Les Histoires de la lampe, 1942), c'est, entre autres, aux ressources et aux saveurs inattendues de l'énumération poétique qu'il est souvent fait appel pour scruter un univers en apparence très humble et très banal mais où apparaissent alors d'étranges failles.

Quant à Marcel Lecomte, qui est sans doute, avec Nougé, l'écrivain le plus important du groupe, il se maintint toujours à quelque distance de ses compagnons. Plus attaché que ceux-ci à l'expérience littéraire en tant que telle, cet ami de Paulhan s'efforça, à travers toute son œuvre (Applications, 1925 ; Le Vestige du réel, 1936 ; L'Accent du secret, 1944 ; Le Suspens, 1971), de cerner les instants privilégiés où apparaît du monde une résonance seconde, une réalité mystérieuse et cachée. Dans des textes relativement brefs où se développent de lentes et minutieuses descriptions, il pratiqua ainsi un « détournement des apparences » au profit de la découverte d'un vertigineux réel. Lecomte tint également, sa vie durant, de multiples chroniques qui font de lui un des observateurs les plus intéressants de la vie littéraire et artistique d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie et lettres, écrivain, attaché scientifique aux Archives et musée de la Littérature, Bruxelles

Classification

Autres références

«  SURRÉALISME EN BELGIQUE  » est également traité dans :

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 542 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le refoulement des avant-gardes »  : […] Cet ébranlement des assises sociales et culturelles du pays est perçu – et théorisé jusqu'à ses ultimes conséquences – par le jeune Clément Pansaers dans sa revue Résurrection . Publié en pays occupé à l'époque où triomphe, en Russie, la révolution d'Octobre, le périodique défend des points de vue internationalistes et révolutionnaires qui passent par l'abolition des frontières nationales. Le patr […] Lire la suite

BROODTHAERS MARCEL (1924-1976)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 834 mots

Dans le chapitre « Un écrivain et artiste hors norme »  : […] Né à Bruxelles en 1924, Broodthaers ne fait son entrée dans les arts plastiques que tardivement, en 1964. Dès 1943, cependant, il écrit des poèmes et, au cours des années 1940, fréquente le milieu surréaliste de Bruxelles. Il y rencontre notamment Magritte en 1946, artiste qu'il fréquentera jusqu'à sa mort et qui aura une grande importance pour son propre travail. En 1946 également, il ouvre une […] Lire la suite

DOTREMONT CHRISTIAN (1922-1979)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 934 mots

Né à Tervuren (Belgique), Christian Dotremont, poète, peintre-écrivain et théoricien, appartient à la génération encore sous-estimée des pionniers des avant-gardes qui se sont succédé depuis la Seconde Guerre mondiale en Europe. D'un tempérament rebelle, plusieurs fois exclu des collèges religieux dont il fut l'élève, il a d'abord rêvé de devenir missionnaire chez les Esquimaux. Grand lecteur, dès […] Lire la suite

LECOMTE MARCEL (1900-1966)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 627 mots

Universitaire, voyageur, essayiste et poète, Marcel Lecomte est un écrivain qui s'est toujours inscrit dans son époque. Son œuvre, d'accès difficile, est moins connue que sa vie. Lecomte est né en Belgique, près de Bruxelles. Sa mère était institutrice et son père artiste-peintre. À dix-sept ans, il lit Baudelaire, Rimbaud, Henri de Régnier. Il accompagne son père dans de longues promenades qui se […] Lire la suite

MAGRITTE RENÉ (1898-1967)

  • Écrit par 
  • Michel DRAGUET
  •  • 1 698 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Premières rencontres »  : […] René-Ghislain Magritte naît le 21 novembre 1898 à Lessines, près de Charleroi. Ses frères Raymond et Paul viennent au monde respectivement deux et quatre ans plus tard. Il appartient à une famille bourgeoise qui coule des jours paisibles jusqu'au suicide de la mère par noyade en 1912. L'image de sa mère morte, qui aurait été retrouvée avec la chemise relevée par-dessus la tête, frappera profondéme […] Lire la suite

MARIËN MARCEL (1920-1993)

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR
  •  • 895 mots

Né à Anvers en 1920, fils d'un père wallon et d'une mère flamande, Marcel Mariën vient d'un monde social peu privilégié, à l'opposé de Max Elskamp, Marie Gevers ou Paul Willems. De cette origine modeste, peu propice à l'idéalisme et conjuguée à une enfance pluriculturelle, Mariën tire une haine du conformisme et des nationalismes de tout poil. Toujours aléatoires, ses moyens de subsistance l'amè […] Lire la suite

NOUGÉ PAUL (1895-1967)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 006 mots

On ne peut comprendre l'œuvre du poète et théoricien Paul Nougé si l'on imagine que le groupe surréaliste de Bruxelles n'aurait été qu'un prolongement du surréalisme français. Les désaccords sont plus nombreux que les points de convergence, et la figure de Nougé est davantage celle d'un solitaire que d'un homme de groupe. Ses études le conduisent au métier de biochimiste dans un laboratoire médica […] Lire la suite

SCUTENAIRE LOUIS (1905-1987)

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR
  •  • 949 mots

Né à Ollignies le 29 juin 1905, Jean Émile Louis Scutenaire doit à cette origine une affirmation d'appartenance à la Picardie dont il ne s'est jamais départi. Il se plaisait à rappeler la singularité souvent oubliée de ces 800 000 Belges qu'il n'estimait pas wallons, et faisait remonter ses origines aux Gallo-Romains qui lui auraient légué un patronyme tiré du vocable Scutenarius (« Celui qui por […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul EMOND, « SURRÉALISME EN BELGIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-en-belgique/