LECOMTE MARCEL (1900-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Universitaire, voyageur, essayiste et poète, Marcel Lecomte est un écrivain qui s'est toujours inscrit dans son époque. Son œuvre, d'accès difficile, est moins connue que sa vie.

Lecomte est né en Belgique, près de Bruxelles. Sa mère était institutrice et son père artiste-peintre. À dix-sept ans, il lit Baudelaire, Rimbaud, Henri de Régnier. Il accompagne son père dans de longues promenades qui servent au peintre à emmagasiner des observations dont il se servira pour ses toiles. Lecomte racontera ces promenades dans Phases d'un souvenir déterminant, recueilli dans Le Carnet et les instants (1964), son dernier livre. C'est un « action-poème » dont le père est le personnage central et où les promenades prennent l'aspect d'une initiation. En 1918, il rencontre Clément Pansaers, un écrivain flamand, qui l'initie à la philosophie du Dao. Il lui révèle également le dadaïsme qui le marque profondément. Marcel Lecomte s'inscrit à cette époque à l'université de Bruxelles. En 1922, il publie Démonstrations, son premier recueil de poèmes.

L'itinéraire de Marcel Lecomte est inséparable de l'histoire du surréalisme belge. Il participe à la création de la revue Correspondance. Il rencontre le peintre belge Magritte. Il collabore encore à Distances, puis à Phantomas, et à bien d'autres revues surréalistes ou post-surréalistes. Son œuvre d'essayiste, qui s'étend sur quarante années et qui traite de sujets aussi divers que l'art oriental ou occidental, la littérature, l'occultisme, les secrets de la magie africaine, est considérable. Elle n'a jamais été réunie dans son ensemble, et gît, encore aujourd'hui, éparpillée dans les pages de dizaines de revues.

Lecomte est essentiellement un « poète en prose », ainsi qu'en témoigne Lucide (1939). En 1925, dans Applications, l'influence symboliste est encore perceptible. Mais c'est dans sa critique littéraire, dans ses essais, dans sa vie même que Lecomte fait passer sa poésie. Ses textes poétiques purs sont, en fin de compte, peu nombreux. En 1936, alors qu'il est devenu professeur dans un lycée belge depuis deux ans, il publie Les Minutes [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LECOMTE MARCEL (1900-1966)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le refoulement des avant-gardes »  : […] Cet ébranlement des assises sociales et culturelles du pays est perçu – et théorisé jusqu'à ses ultimes conséquences – par le jeune Clément Pansaers dans sa revue Résurrection . Publié en pays occupé à l'époque où triomphe, en Russie, la révolution d'Octobre, le périodique défend des points de vue internationalistes et révolutionnaires qui passent par l'abolition des frontières nationales. Le patr […] Lire la suite

SURRÉALISME EN BELGIQUE

  • Écrit par 
  • Paul EMOND
  •  • 1 226 mots

Rassemblés autour du peintre René Magritte (1898-1967) et de Paul Nougé (1895-1967), les surréalistes bruxellois, où apparaissent notamment Camille Goemans (1900-1960), E. L. T. Mesens (1903-1971), Marcel Lecomte (1900-1966) et le musicien André Souris (1899-1970), développèrent leurs premières activités à partir de 1924 mais ne se constituèrent en groupe que vers 1927. C'est à cette époque que le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc BLOCH, « LECOMTE MARCEL - (1900-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-lecomte/