SUMITOMO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des principaux regroupements d'entreprises de l'histoire économique japonaise, nommés zaibatsu (littéralement « cliques financières »). L'originalité du groupe Sumitomo est, depuis près de quatre siècles, la recherche constante de l'équilibre entre activités industrielles et activités bancaires. Présente dans l'industrie du cuivre (exploitation et raffinage) depuis Sumitomo Masatamo (1585-1652), propriétaire des mines de cuivre de Besshi depuis la fin du xviie siècle, la famille Sumitomo fonda, en 1875, à Ōsaka, le magasin central Sumitomo Honten dont elle détenait toutes les actions. Dix ans plus tard, le groupe créa la Banque d'Ōsaka et une compagnie de navigation, Ōsaka Shōsen. Le marquis Saionji, l'un des hommes politiques les plus importants de l'ère Meiji, était le frère du président du groupe Sumitomo. Sachant tirer profit de la Première Guerre mondiale, le zaibatsu étendit ses domaines d'action aux industries lourdes et légères, aux transports, etc. En 1921, le groupe s'organisa en holding, Sumitomo Gōshi, qui contrôlait intégralement les activités des filiales et associés, et représentait 75 p. 100 des actions de treize filiales (mines de Besshi, banque Sumitomo, etc.). Le président du conseil d'administration du holding, qui cumulait les fonctions de président de chaque filiale, prenait toutes les décisions, et tous les employés étaient recrutés par la maison mère.

Lors de la dissolution du zaibatsu, ordonnée en 1946 par les autorités d'occupation, le holding fut bien démantelé, mais les filiales et associés, fortement marqués par l'empreinte centralisatrice du groupe, restèrent très proches les uns des autres ; par ailleurs, le coefficient de puissance du groupe n'était encore que de 3 (par rapport à 7 et 10 pour les deux autres grands, Mitsubishi et Mitsui, respectivement). L'autre facteur déterminant dans le déclenchement du processus de reconstitution du groupe fut le maintien à leur poste des différents responsables de chaque société membre, qui décidèrent en 1949 d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUMITOMO  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La remise en cause du « système des années 1940 » et du « système de 1955 » »  : […] Le système de paiements et du crédit, qui remonte à 1942 et qui voit le renforcement du M.O.F. après la dissolution des zaibatsu et l'instauration des keiretsu , établit jusqu'au milieu des années 1990 une interrelation étroite entre les banques, les grandes entreprises et l'État. Sa politique de « surprêt » et de « surendettement » permet aux grandes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_44237

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le redressement économique »  : […] C'est sous la menace constante du terrorisme que l'économie japonaise fut redressée par Takahashi Korekiyo, ancien président de la Seiyūkai, ministre des Finances presque sans discontinuer de décembre 1931 à février 1936. Sa politique fut résolument inflationniste. L'industrie de guerre fut plus que jamais favorisée. Implacablement, les petites et moyennes entreprises furent absorbées par les très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_44237

Pour citer l’article

Catherine CADOU, « SUMITOMO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sumitomo/