STRABON (63 av. J.-C. env.-env. 25)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Historien et géographe grec, né à Amaseia, ville d'Asie Mineure, ancienne capitale du royaume du Pont. On ne sait de sa vie et de sa famille que ce qu'il en dit épisodiquement dans son œuvre. Ses ancêtres paraissent avoir joué un grand rôle politique, mais la conquête romaine brisa la fortune de leur lignée. Le jeune Strabon reçut cependant une éducation libérale ; il suivit les cours de plusieurs philosophes dans diverses villes d'Asie. Il fit plusieurs séjours à Rome, dont le premier l'année même de la mort de César (~ 44). Les hautes relations qu'il y acquit lui facilitèrent l'entreprise de nombreux grands voyages, tels que la remontée du Nil jusqu'à l'île de Philae (Assouan), qu'il accomplit avec le gouverneur Aelius Gallus. Il passa sans doute ses dernières années dans sa ville natale et y mourut.

Strabon s'était senti d'abord une vocation d'historien et avait écrit quarante-sept livres de Commentaires historiques où il continuait l'œuvre de Polybe, traitant la période de ~ 146 à ~ 31 sans doute. Cet ouvrage est presque entièrement perdu. C'est en le rédigeant qu'il conçut la nécessité d'une description générale de la terre habitée, d'un point de vue non seulement scientifique, en raison des liens indissolubles entre l'histoire et la géographie, mais aussi politique, dans le dessein d'être utile aux « gens haut placés » dans leur tâche de gouvernement.

Dans cet esprit, les dix-sept livres de la Géographie de Strabon sont divisés en deux parties très inégales. Les deux premiers livres sont consacrés à la géographie générale, que l'on ne distinguait guère, de son temps, de la cosmographie. Les suivants comportent une description régionale du monde connu au début de l'ère chrétienne, centré sur la Méditerranée, et qu'il parcourt de l'Espagne à la Libye, en commençant par les pays riverains du Nord. Les deux parties ne sont guère liées l'une à l'autre, malgré les intentions affirmées de l'auteur.

La documentation réunie pour la seconde partie est [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification


Autres références

«  STRABON (63 av. J.-C. env.-env. 25)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • André BERNAND, 
  • Jean-Yves EMPEREUR, 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 5 654 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fonctions d'Alexandrie »  : […] La capitale de la monarchie lagide n'est pas seulement, en effet, une ville administrative. Pour parler comme Strabon (XVII, i , 6-18), c'est le « comptoir du monde ». C'est dire que le cosmopolitisme de cette ville tenait avant tout à son rôle de centre du commerce méditerranéen. Alexandrie draine les richesses de l'Égypte, qu'elle exploite par un système savant sur lequ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandrie/#i_3499

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Romains »  : […] Certes, Rome est une ville européenne. Mais l'extraordinaire conquête des Romains a pour axe la Méditerranée, mare nostrum , dont elle atteint et dépasse tous les rivages dès le i er  siècle après J.-C. En revanche, elle ne s'étend pas à toute l'Europe. Selon le géographe Strabon, qui écrivit peu avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/#i_3499

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des théories de l'Antiquité aux découvertes arabes »  : […] Le bilan de la géographie antique n'est pas négligeable, et son influence s'est étendue jusqu'au xvi e  siècle ; trois courants s'y sont formés. Le premier, représenté par Ératosthène, est une géographie mathématique et astronomique. Ératosthène (284 env.-192 env. avant J.-C.) calcula la circonférence de la sphère terrestre, mettant en évidence u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/#i_3499

MARSEILLE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 4 503 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Légendes fondatrices »  : […] « Sous le règne du roi Tarquin, des jeunes gens venus de Phocée en Asie abordèrent à l'embouchure du Tibre et firent alliance avec les Romains. De là, continuant leur navigation, ils allèrent jusqu'aux golfes les plus éloignés de la Gaule et y fondèrent Marseille, au milieu des Ligures et des peuplades sauvages des Gaulois. Pour se défendre contre leur férocité ou attaquer à leur tour ceux qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseille-antique/#i_3499

PÉTRA

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 8 198 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du nomadisme à la sédentarisation »  : […] L'image qu'offre Diodore est en quelque sorte contredite par celle du géographe Strabon (env. 63 av.-19 apr. J.-C.) qui décrit Pétra à partir du rapport fait par son ami le philosophe Athénodore, qui s'y est rendu personnellement : Pétra n'y apparaît plus comme un refuge mais comme une véritable ville aux maisons en pierre luxueuses, bien gouvernée et agrémentée de jardins. Entre les deux descript […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petra/#i_3499

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_3499

Pour citer l’article

Jean DELORME, « STRABON (63 av. J.-C. env.-env. 25) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/strabon/