STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Balanoglossus

Balanoglossus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Larve tornaria

Larve tornaria
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rhabdopleura

Rhabdopleura
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


Affinités des Stomocordés : les Deutérostomiens

La division du corps en trois parties pourvues chacune de cavités cœlomiques et la forme larvaire des Entéropneustes constituent des ressemblances profondes avec les Échinodermes. Si le diverticule œsophagien n'est plus considéré comme homologue d'une corde dorsale, par contre, les perforations pharyngiennes des Entéropneustes et de Cephalodiscus justifient le rapprochement avec les Cordés, rapprochement renforcé par l'existence d'une portion dorsale tubulaire du système nerveux dans le collier. La division du corps en trois parties et la disposition du cœlome rapprochent aussi les Entéropneustes des Pogonophores. Ce rapprochement ne fait pas toutefois l'unanimité chez les spécialistes.

Quoi qu'il en soit, les Stomocordés appartiennent au vaste ensemble des Deutérostomiens, aujourd'hui reconnu par la plupart des zoologistes, parmi les Métazoaires.

Il faut en effet rappeler que les animaux pluricellulaires, si l'on met à part aussi bien les Spongiaires que les Cœlentérés, se divisent en deux ensembles qui s'opposent par quelques traits fondamentaux du développement.

Les Protostomiens ont une segmentation spirale (cf. embryologie) ; leur bouche correspond au blastopore et le cœlome, lorsqu'il existe, provient du creusement secondaire d'une paire de massifs de cellules mésodermiques. Les Protostomiens, qui se rattachent aux Plathelminthes, comprennent essentiellement les embranchements de la série annélidienne (cf. annélides, arthropodes, mollusques). Aux Protostomiens s'apposent les Deutérostomiens chez lesquels la segmentation est toujours radiaire, la bouche ne dérive pas du blastopore, tandis que le mésoderme, détaché de l'endoderme, s'isole d'emblée en vésicules creuses. Les Deutérostomiens ont comme groupe central les Échinodermes, auxquels on a rattaché un certain nombre d'Invertébrés, ainsi que les Cordés.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS  » est également traité dans :

CORDÉS ou CHORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 978 mots

Dans le chapitre « L'origine des Cordés »  : […] La souche de ce groupe a été recherchée dans tous les grands phylums d'Invertébrés. Les Annélides et les Arthropodes ont été mis en cause en imaginant un retournement de l'animal, la face dorsale devenant ventrale, ce qui avait pour résultat d'amener le système nerveux au-dessus du tube digestif. Déjà, il y a cent ans, l'embryologiste hollandais Hubrecht suggérait que les Némertes, vers marins ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordes-chordes/#i_15842

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 606 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les deutérostomiens »  : […] Au sein des bilatéraux, les deutérostomiens comprennent les échinodermes, les hémichordés et les chordés. Les Échinodermes sont connus dès le Cambrien inférieur (fig. 6 ). Ils présentent de nombreux taxons paléozoïques éteints. Ils effectuent une radiation adaptative importante à l'Ordovicien (avec en particulier les blastoïdes, cystoïdes, crinoïdes, astéroïdes, holothuries, échinoïdes, ophiures), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_15842

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Synapomorphies et relations internes des trois grands clades de Bilateria »  : […] Outre la croissance par mue, le clade des ecdysozoaires est soutenu par un assez grand nombre de synapomorphies morpho-anatomiques (Schmidt-Rhaesa et al . , 1998). Il s'agit tout d'abord de caractères liés à la cuticule : la perte de la ciliature épidermique, la présence de chitine alpha dans la cuticule (au moins dans certaines régions du corps et à certains stades), l'organ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_15842

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, « STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stomocordes-hemicordes/