Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SPIELBERG STEVEN (1946- )

L'épreuve du réel

<it>Indiana Jones et le temple maudit</it>, S. Spielberg - crédits : Paramount/ Getty Images

Indiana Jones et le temple maudit, S. Spielberg

Les héros de Spielberg sont confrontés à un mal incompréhensible (le camion et son conducteur invisible dans Duel), quasi transcendant (Rencontres..., E.T.), qui ne peut être combattu que par un être supérieur, « élu » : Roy/Richard Dreyfus dans Rencontres du troisième type..., Indiana Jones ou encore les scientifiques de Jurassic Park et du Monde perdu (1997), les abolitionnistes d'Amistad (1997)... La Liste de Schindler brise un tabou quant à la représentation de l' Holocauste par la fiction, réputée impossible ou interdite. Mais le film se heurte au fait que l'Holocauste constitue une donnée historique difficilement assimilable au schéma fictionnel élémentaire du cinéma hollywoodien, avec héros et final positif. Utiliser la puissance du cinéma pour décrire la réalité, en l'occurrence l'horreur des camps de la mort, avec pour unique vecteur l'émotion, conduit (comme dans Amistad) à la recherche d'un consensus à tout prix, qui ne résout pas la question fondamentale, qui dépasse en fait le cinéma : pourquoi et comment la Shoah ? Et l'action d’un « juste » comme Schindler ne masque-t-elle pas ce que le film de fiction ne peut montrer que de biais, en éludant l’essentiel ?

Dans Il faut sauver le soldat Ryan (SavingPrivate Ryan, 1998), il est impossible de nier l'impact émotionnel de la séquence du débarquement à Omaha Beach ni celui des dernières scènes. Spielberg n'est pas le premier cinéaste à espérer qu'en approchant au plus près des sensations physiques susceptibles d'être ressenties sur un champ de bataille, avec le renfort des effets spéciaux les plus sophistiqués, le film produise sur le spectateur un choc psychologique engendrant un rejet définitif de la guerre. Le reste du film relève d'une cinéphilie classique simplement efficace, puisée aux meilleures sources. Il faut sauver le soldat Ryan pose en fait la même question que La Liste de Schindler, sans y répondre davantage : jusqu'où la mise en spectacle de la guerre et de l'insoutenable peut-elle rendre « bon » le spectateur venu jouir du spectacle de la mort et de la cruauté ?

Au début du xxie siècle, Steven Spielberg ne cesse néanmoins de questionner une bonne conscience qu'il partage et qu'il a contribué à développer durant trois décennies. Le fameux « téléphone maison » de E.T. qui structurait en fait la majorité des récits spielbergiens de la « période rose », résonne de sinistre façon pour les GI's se battant sur le front européen afin qu'un seul soldat regagne son « home ». De même, Viktor Navorski (Tom Hanks), le voyageur perdu dans LeTerminal (2004) de l’aéroport JFK, « revient bien à la maison », mais son pays d’origine est disloqué, comme la famille de Tom Cruise dans Minority Report (2002). Le FBI remplacera-t-il la famille définitivement brisée de Leonardo DiCaprio dans Arrête-moi si tu peux (Catch Me If You Can, 2002) ? Nouveau Pinocchio, David, l'enfant-machine de A.I.Intelligence artificielle (Artificial Intelligence, 2001), projet que Kubrick a offert à Spielberg, se perd dans l'univers amniotique et celui, féerique et délabré, des contes, pour un retour à la maison pour le moins problématique.

Tout en demeurant brillante et fascinante, l'esthétique de Spielberg épouse désormais ses inquiétudes et se fait de moins en moins « séduisante ». La Guerre des mondes (War of the Worlds, 2005), adaptation du roman de H. G. Wells, est l'envers de Rencontres du troisième type : aux fascinants vaisseaux lumineux des extraterrestres d'antan succèdent des engins « dormants » sombres et destructeurs, sortis de la terre nourricière américaine. Munich (2005), dont l'écriture n'évoque plus que de très loin les fastes d'Hollywood, tente, sans y parvenir vraiment, l'impossible : concilier un fait[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer cet article

Joël MAGNY. SPIELBERG STEVEN (1946- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Indiana Jones et le temple maudit</it>, S. Spielberg - crédits : Paramount/ Getty Images

Indiana Jones et le temple maudit, S. Spielberg

Autres références

  • E.T. L'EXTRA-TERRESTRE, film de S. Spielberg

    • Écrit par Laurent JULLIER
    • 874 mots

    E.T. l'extra terrestre (E.T. The Extra-Terrestrial, 1982) est le deuxième des films que Steven Spielberg consacre à la venue de visiteurs de l'espace, après Rencontres du troisième type (Close Encounters of the Third Kind, 1977). À la différence du premier, E.T. connaît un succès planétaire,...

  • THE FABELMANS (S. Spielberg)

    • Écrit par Michel CIEUTAT
    • 1 124 mots

    Homme discret, cinéaste passionné par son art et désireux d'en traiter pratiquement tous les genres, Steven Spielberg s'est, jusqu’à The Fabelmans (2022), limité à mettre un peu de lui-même dans certains de ses films comme E.T. l'extraterrestre (1982) ou Hook ou la Revanche du...

  • AARDMAN STUDIO

    • Écrit par Bernard GÉNIN
    • 1 107 mots
    • 1 média
    Ces trois oscars remportés coup sur coup attirent l’attention de Steven Spielberg. En 1997, celui-ci propose à Nick Park et Peter Lord de réaliser un long-métrage coproduit par Dreamworks (David Sproxton, de son côté, endosse de plus en plus un rôle de supervision et de gérant des affaires financières)....
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par Marc CERISUELO, Jean COLLET, Claude-Jean PHILIPPE
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    ...». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005), Steven Spielberg, né en 1946, montre parfaitement que du « pur » divertissement aux grands sujets, la nouvelle matrice hollywoodienne peut engendrer...
  • CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

    • Écrit par Bernard GÉNIN, André MARTIN
    • 17 657 mots
    • 6 médias
    ...mâtinée d'heroicfantasy ». La Warner revisite la légende des chevaliers de la Table ronde (Excalibur, l'épée magique, de Frederik Du Chau). Steven Spielberg, lui, s'associe avec Jeffrey Katzenberg (ex-producteur du Roi Lion, qui vient de quitter les studios Disney). Il va développer le...
  • CRICHTON MICHAEL (1942-2008)

    • Écrit par Universalis
    • 891 mots

    Auteur américain connu pour ses thrillers populaires, Michael Crichton évoque souvent dans son œuvre les dérives possibles du progrès technologique. Nombre de ses romans ont été portés au grand écran avec succès, en particulier Jurassic Park (adapté au cinéma en 1993).

    Né le 23 octobre 1942...

  • Afficher les 9 références

Voir aussi