WYSPIANSKI STANISŁAW (1869-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spectacle total et théâtre engagé

Wyspiański s'efforce donc de créer des spectacles où le rythme, la vision plastique, l'ambiance musicale comptent autant sinon plus que le verbe ; l'intrigue y est remplacée par l'exposé d'un mythe ou d'un combat d'idées. L'acteur, le décor, le costume, la lumière, la musique constituent l'« orchestre », et l'auteur impose la réalisation scénique plus qu'il ne la propose. Le texte ne s'anime vraiment que sur les planches, lorsqu'il est complété par de grands effets musicaux, plastiques ou gestuels chargés d'un symbolisme violent et efficace. Ainsi, Wyzwolenie (1903, « La Libération »), dont le cadre est le théâtre même de Cracovie, joue constamment sur le symbolisme d'une scène vide que viennent peupler les phantasmes du héros. Dans Akropolis (1904), ce sont les personnages des tapisseries du château royal de Cracovie qui s'animent et jouent des scènes mythologiques et bibliques conduisant à l'identification triomphale, et quasi nietzschéenne, du Christ et d'Apollon. De tels effets sont courants chez Wyspiański dont l'imagination est véritablement hantée par sa ville natale. Toutefois, Wyspiański ne veut ni raconter ni illustrer, seulement mettre l'imagination en branle : les hommes et les dieux, les rêves et les symboles se retrouvent sur le même plan, tandis que le public semble assister à la naissance sinon d'un mythe, du moins d'une image archétypale, jaillissant du fond de la conscience collective. Dessein hardi, dont la réalisation n'est pas toujours également heureuse ; mais nombre d'images et de situations du théâtre de Wyspiański, reprises, jusqu'à nos jours, par des écrivains et des cinéastes, témoignent de l'influence du poète.

Wyspiański se définit lui-même comme « l'esclave d'une seule pensée », et son œuvre est, en effet, une réflexion incessante sur le destin national, ce qui a singulièrement limité son rayonnement. Cette réflexion est dominée par l'idée de la fatalité et par la fascination de l'effort et du sacrifice. L'analyse des deux tragédies « modernes » de Wyspiański, L'Anat[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WYSPIANSKI STANISLAW (1869-1907)  » est également traité dans :

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Stanisław Wyspiański »  : […] en scène et la scénographie du xxe siècle. Moins connue, l'œuvre du Polonais Stanisław Wyspiański (1869-1907), parallèlement à sa connotation nationale, s'inscrit elle aussi dans la réforme de la scène européenne alors en cours. Peintre, dramaturge, metteur en scène et décorateur de théâtre, il ne refuse pas la synthèse des arts dans le théâtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_46690

Voir aussi

Pour citer l’article

Jón BLONSKI, « WYSPIANSKI STANISŁAW - (1869-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislaw-wyspianski/