Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STANISLAVSKI (1863-1938)

Stanislavski fut à la fois un acteur remarquable, un grand metteur en scène et un prestigieux directeur de théâtre. Mais c'est surtout par ses recherches et ses idées constructives, en constante évolution, sur la formation de l'acteur qu'il s'est fait universellement connaître comme un théoricien réformateur de l'art dramatique et lyrique. Son influence a débordé largement son époque et la Russie, et régit de nos jours mêmes la technique théâtrale d'une grande partie du monde, en particulier aux États-Unis d'Amérique, où elle a fait souche.

Théâtre et vérité humaine

Né à Moscou, Stanislavski (de son vrai nom Konstantin Sergheïevitch Alexeïev), mêlé très tôt au théâtre dont son milieu familial était féru, y débuta en amateur dès sa quinzième année. Mais ses goûts autant que le sérieux et la ferveur de sa recherche, bien qu'il continuât à travailler dans la manufacture familiale, orientèrent nettement son amateurisme en le contraignant à un entraînement technique rigoureux. En 1888, il fonde la Société d'art et de littérature, l'un des plus actifs groupements moscovites semi-professionnels.

En 1897, Nemirovitch-Dantchenko, directeur de l'École dramatique de la société philharmonique de Moscou, l'invite à former avec lui le Théâtre d'art de Moscou, dont la renommée fut mondiale.

Acteur, Stanislavski s'est signalé surtout dans la puissante incarnation de personnages dont il a recherché avant tout l'authenticité et le naturel, en mettant avant l'art de « représenter » celui de « sentir », et en revivant sur la scène les créations du dramaturge, au lieu de s'efforcer de leur ressembler par la copie ou l'imitation.

Metteur en scène, il livra la lutte contre les pratiques artificielles de la scène et les prétendues règles de l'art érigées en canon par la routine. Il combattit « le théâtre dans le théâtre », remontant aux sources de la vie et, faute de pouvoir recréer dans sa totalité le réel sur la scène, il s'efforça d'y imposer au moins la vérité psychologique de l'âme humaine.

Metteur en scène d'opéra, Stanislavski fut un rénovateur. Appliquant à la technique de l'art lyrique ses découvertes dans l'art dramatique, il eut recours à l'émotion et à la pensée intérieure des personnages pour enrichir le chant, et obtint la fusion de l'action dramatique avec le mouvement musical et l'expression.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : secrétaire général du Centre chilien de l'Institut international du théâtre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACTEUR

    • Écrit par Dominique PAQUET
    • 6 815 mots
    • 2 médias
    À la même époque, Stanislavski jette sur le papier des notes sur la formation de l'acteur et la construction du personnage. Il enjoint à ses élèves de lutter contre le cliché, la mauvaise théâtralité gesticulatoire fabriquée sous le prétexte de la sincérité à tout prix. À partir de la biographie du...
  • ACTORS STUDIO

    • Écrit par Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU
    • 1 432 mots
    • 1 média
    ...s’inscrit dans une lignée d’ateliers d’acteurs qui se sont inspirés de celui du Théâtre d’art de Moscou fondé en 1898 par Vladimir Nemirovitch-Dantchenko et Constantin Stanislavski, metteur en scène de plusieurs pièces de Tchekhov. En 1923-1924, Stanislavski fait une tournée théâtrale et donne une série de...
  • BLOK ALEXANDRE (1880-1921)

    • Écrit par Sophie LAFFITTE
    • 6 154 mots
    La quatrième pièce de Blok, la plus autobiographique et la moins réussie de toutes, Le Chant du destin (1908), fut refusée par Stanislavski qui, dans une longue lettre écrite à Blok, dit « qu'on ne pouvait pas, et qu'il ne fallait pas jouer cette pièce » (Journal de Blok, 1er déc....
  • FONDATION DU THÉÂTRE D'ART DE MOSCOU

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 258 mots

    Issu de la grande bourgeoisie moscovite, Konstantin Stanislavski (1863-1938), encore adolescent, pratique le théâtre dans un cercle d'amateurs. En 1888, par l'entremise de la Société d'art et de littérature qu'il anime, il côtoie les comédiens du Théâtre Maly qui lui permettent de poursuivre une formation...

  • Afficher les 13 références

Voir aussi