STAGNATION ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est possible d'envisager la stagnation de façon étroite en la limitant à un composant de la demande globale, investissement, exportation, consommation, dont le taux de croissance serait nul. Mais, en général, elle se caractérise par un arrêt plus ou moins durable de l'expansion d'une économie. Elle ne doit cependant pas être confondue avec la récession, qui n'est qu'un ralentissement, où le taux de croissance demeure positif quoique plus faible que dans la période précédente, ni avec la dépression, où le taux de croissance est négatif. En fait, ces deux phénomènes sont plutôt propres à des fluctuations conjoncturelles, alors que la stagnation s'envisage sur de plus longues périodes, pour une économie dont le produit national, global ou par tête, reste constant (par exemple celle de la France de 1920 à 1940). Certains auteurs tels que A. H. Hansen, Higgins, Sweezy, que l'on a appelés les « stagnationnistes », ont vu dans la stagnation un acheminement inévitable vers la maturité. Le concept de stagnation a retrouvé une nouvelle jeunesse, dans les années 1970, associé à celui d'inflation. Si la stagnation peut apparaître comme le résultat d'une politique délibérée de stabilisation après une période de surchauffe génératrice de tensions inflationnistes, elle n'est pas forcément accompagnée d'une résorption de ces tensions. On parlera alors de stagflation, situation où le ralentissement de l'expansion, voire son arrêt, coexiste durablement avec une tension maintenue, ou même accrue, des prix et des salaires.

—  Jean-Paul HUET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STAGNATION ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les dimensions de la crise »  : […] Comparée à celle de 1920-1921, la crise n'apparaît pas d'abord comme particulièrement violente. La baisse des prix de gros américains (— 9 p. 100 en moyenne de 1929 à 1930) ne prend pas les proportions d'un effondrement aussi soudain qu'au début de la décennie (— 37 p. 100 en un an). Le recul de la production industrielle débute de manière graduelle en Europe ; même aux États-Unis, le rythme de co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques/#i_17846

DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « Étude de tendance séculaire »  : […] L'étude dynamique de la dépression peut être entendue dans un second sens, comme constituant l'étude des facteurs qui tendent à freiner la croissance. C'est alors, non plus une étude de cycle, mais une étude de tendance séculaire. Le trend de la croissance peut s'infléchir et la croissance se ralentir par un processus d'autofreinage, de telle sorte que soit finalement atteint, au moins de façon a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-economique/#i_17846

HANSEN ALVIN HARVEY (1887-1975)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul HUET
  •  • 439 mots

À partir des années 1930, beaucoup d'auteurs se montrèrent préoccupés par une crise qui s'aggravait et se prolongeait. À la question fort déprimante de la survie du capitalisme, Alvin Hansen, professeur d'économie à Harvard, et d'autres auteurs américains (B. Higgins, A. Sweezy), répondirent par la thèse de la maturité économique. Reprenant l'idée de Werner Sombart, selon laquelle le capitalisme m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alvin-harvey-hansen/#i_17846

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 162 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Faiblesse de l’investissement et de la productivité de la main-d’œuvre »  : […] L’une des causes de cette médiocre performance de l’économie italienne est la faiblesse de l’investissement productif, dont le volume s’est effondré de 30 p. 100 entre 2007 et 2015, et était encore, à la fin de 2016, inférieur de 20 p. 100 à son pic d’avant la crise. La part de cet investissement productif dans le PIB s’est contractée d’environ deux points depuis le début des années 2000. Il est v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-economie/#i_17846

SALVADOR EL

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY
  • , Universalis
  •  • 9 390 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le Salvador de l'après-guerre : paix, stagnation économique et violence »  : […] L'intervention des Nations unies, pour encadrer la fin de la négociation et jouer activement un rôle de médiateur puis de garant de la paix, ainsi que le processus politique et militaire sont présentés comme des succès. Mais certains programmes prévus dans les accords de paix, notamment ceux pour la réintégration des anciens combattants dans la société, connaissent de sérieux problèmes. La réinser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/el-salvador/#i_17846

YEN

  • Écrit par 
  • Sophie BRANA, 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 7 672 mots

Dans le chapitre « La déflation »  : […] Jusqu'à la fin des années 1980, la croissance japonaise, au rythme de 4 p. 100 l'an, semblait ne jamais devoir s'arrêter. Mais, en accroissant la richesse relative des Japonais, la nouvelle opulence favorise des comportements d'investissement peu rentables. La très forte appréciation du yen se conjugue avec la libéralisation des échanges mondiaux et, bientôt, elle favorise les exportations de nou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yen/#i_17846

Pour citer l’article

Jean-Paul HUET, « STAGNATION ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stagnation-economique/