SPORTL'année 2009

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Natation : les piscines sens dessus dessous

La natation se voit classiquement considérée comme le deuxième sport olympique après l'athlétisme. Mais cette discipline ne fait réellement la une de l'actualité sportive qu'à l'occasion des Jeux. Néanmoins, un élan médiatique inédit semblait naître autour de ce sport depuis les exploits des nageurs dans le « cube d'eau » de Pékin en 2008, sur les plans tant mondial – en raison des huit médailles d'or de Michael Phelps – que français – à la suite de la victoire d'Alain Bernard sur 100 mètres nage libre. Par ses atermoiements et ses volte-face concernant l'homologation de nouvelles combinaisons entièrement fabriquées en polyuréthane, la Fédération internationale (F.I.N.A.) a sans doute brisé net cet élan, et les Championnats du monde de Rome furent dénaturés.

Natation : les combinaisons en polyuréthane

Photographie : Natation : les combinaisons en polyuréthane

Les combinaisons entièrement fabriquées en polyuréthane ont dénaturé les Championnats du monde de natation, à Rome, en 2009. Durant ces compétitions, 43 « records du monde » ont été améliorés dans la piscine olympique ! La Fédération internationale, par ses atermoiements et ses... 

Crédits : A. Bello/ Getty

Afficher

En effet, en début d'année, de nombreux records du monde furent améliorés avec ce nouveau matériel, souvent de manière spectaculaire (20,94 s sur 50 m par Frédérick Bousquet aux Championnats de France de Montpellier, par exemple), ce qui provoqua l'ire de nombreux puristes. Passant outre cette colère, la F.I.N.A. autorisa, en deux temps, le 18 mai puis le 21 juin 2009, la quasi-totalité de ces tenues « tout polyuréthane », dont celle qui avait été mise au point par Jaked, le sponsor des Championnats du monde de Rome. Cette décision provoqua une levée de boucliers chez la plupart des nageurs et chez tous les entraîneurs. Pourtant, dira-t-on, dans chaque sport, les évolutions technologiques font partie intégrante de la progression des champions et des records : imaginerait-on bannir le Tartan des pistes d'athlétisme pour en revenir à la cendrée ou limiter l'emploi du dérailleur dans les compétitions cyclistes ? Certes non. Mais, dans ce cas précis, le problème est plus complexe. En effet, outre la vitesse, la puissance et la résistance, la flottabilité est un élément crucial pour réussir en natation. Or celle-ci ne s'acquiert qu'au prix d'années d'entraînement. Avec les combinaisons « tout polyuréthane », la flottabilité devient naturelle, épargnant ainsi des mois de travail acharné et méticuleux. Les champions qui nagent en finesse, élaborent une tactique de course savante, savent préserver leurs forces pour finir en trombe se trouvent ainsi fortement pénalisés. Malgré l'amélioration en trompe l'œil des performances, le polyuréthane a donc provoqué un nivellement des valeurs par le bas.

Juste avant le début des Championnats du monde, la F.I.N.A. décida finalement d'interdire les combinaisons en polyuréthane... mais à partir de 2010 seulement ! Dès le 24 juillet, la F.I.N.A. édictait un nouveau règlement : en 2010, toutes les combinaisons, en polyuréthane mais aussi en tissu, seront prohibées. On en reviendra au bermuda en tissu pour les hommes (shorty) comme pour les femmes (maillot à bretelles descendant au-dessus du genou). Cette décision – bien trop tardive – a semblé salutaire à tous ou presque. Néanmoins, la question des records du monde fait encore débat. En effet, les premières combinaisons à plaques sont apparues en compétition le 16 février 2008. Or, depuis cette date, quelque deux cent cinquante records du monde ont été battus en vingt-deux mois ! Avec le retour du bermuda en tissu, la quasi-totalité des records du monde seront donc figés pour des années. Le grand public continuera certainement de vibrer à l'occasion des épreuves de natation aux jeux Olympiques ; les férus des joutes aquatiques suivront encore les compétitions majeures, tels les Championnats du monde. Mais, dans ce sport ou l'exploit chronométrique est essentiel pour faire la une de l'actualité, la presse généraliste et la télévision couvriront-elles encore largement des Championnats de France lors desquels les maîtres du sprint se disputeront le titre du 100 mètres en près de 49 secondes sans doute, alors que la barrière des 47 secondes a été cassée par deux fois en 2009 ?

Les Championnats du monde furent donc dénaturés par ce « dopage technologique ». Quarante-trois « records du monde » et cinquante-sept « records d'Europe » furent améliorés à Rome, parfois de manière sidérante. Et l'événement que tous les amoureux de ce sport redoutaient se produisit le 28 juillet : Michael Phelps, pourtant à son meilleur niveau mais fidèle à sa combinaison Speedo à plaques, fut humilié sur 200 mètres (1 min 42,00 s, contre 1 min 43,22 s) par le colosse allemand Paul Biedermann dans sa combinaison « tout polyuréthane » Arena X-Glide. Paul Biedermann, dont le record en 2008 se situait à 1 min 46,00 s, avait donc progressé de 4 secondes en onze mois (Bob Bowman, l'entraîneur de Phelps, soulignait que son élève avait, lui, mis cinq ans pour effectuer pareille progression). Néanmoins, la hiérarchie des nations n'a pas vraiment été bouleversée par rapport aux jeux Olympiques de Pékin : les États-Unis demeurent en tête (10 médailles d'or, 22 médailles au total), mais l'Allemagne (4 médailles d'or, 9 médailles au total) progresse de la cinquième à la deuxième place, la Chine (4 médailles d'or, 10 médailles au total) passe de la sixième à la troisième place, tandis que l'Australie (3 médailles d'or, 16 médailles au total) recule de la deuxième à la quatrième place. La France, neuvième à Pékin, chute à la dix-huitième place : les Tricolores obtiennent six médailles, comme en Chine, mais aucune médaille d'or, ce qui provoque ce recul. Cependant, le vrai classement ne serait-il pas celui-ci : 1. Arena (38 médailles, dont 14 en or, 14 records du monde) ; 2. Jaked (34 médailles, dont 9 en or, 12 records du monde) ; 3. Speedo (17 médailles, dont 6 en or, 5 records du monde) ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Football : France-Eire, 2009

Football : France-Eire, 2009
Crédits : Stu Forster/ Getty Images Sport /AFP

photographie

Lionel Messi

Lionel Messi
Crédits : J. Juinen/ Getty Images Sport/ AFP

photographie

Usain Bolt

Usain Bolt
Crédits : Cameron Spencer/ Getty Images

photographie

Bouabdellah Tahri

Bouabdellah Tahri
Crédits : Stu Forster/ Getty Images Sport/ AFP

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT - L'année 2009 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2009/